Navigation – Plan du site
Comptes rendus

KARAKATSANI (Despina). – Le Citoyen à l’école. Manuels d’éducation civique et citoyenneté dans la Grèce d’après-guerre, 1957-1989

Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien : Peter Lang S.A., 1999. – 403 p.
Annie Bruter
p. 193-194
Référence(s) :

KARAKATSANI (Despina). – Le Citoyen à l’école. Manuels d’éducation civique et citoyenneté dans la Grèce d’après-guerre, 1957-1989. – Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt/M., New York, Wien : Peter Lang S.A., 1999. – 403 p.

Texte intégral

1Montrer « qu’il y a une interdépendance entre l’idéologie politique dominante et l’éducation civique », telle est l’hypothèse que Despina Karakatsani entreprend de vérifier par l’analyse de manuels d’éducation civique grecs parus entre 1957 et 1989, précédée de deux chapitres sur le « parcours historique » de l’éducation civique en Grèce. Cette audacieuse hypothèse se trouvera, on s’en doute, confirmée en fin d’ouvrage, en dépit de quelques nuances apportées par la conclusion : on apprend que « cette interdépendance n’est pas toujours linéaire » (p. 340). Heureuse surprise au vu des pages qui précèdent ! Les chapitres « historiques » se révèlent impuissants à débrouiller l’écheveau des discours pédagogiques tenus en Grèce au xxe siècle, époque marquée par une grande instabilité politique et institutionnelle en même temps que par une longue inertie du système éducatif. L’analyse du contenu des manuels, posés sans autre forme de procès comme « le véhicule privilégié des connaissances et des valeurs de l’éducation civique » (p. 202), est menée de façon plus méthodique, selon une « grille » croisant sept thèmes (société, nation, « cité – régime – constitution », État, religion – Église, société internationale, homme – citoyen) et cinq périodes chronologiques : 1957-1963, 1964-1966, 1967-1974, 1975-1980, 1981-1989. Mais l’appareil de la preuve, à première vue si impressionnant (abondante bibliographie et avalanche de citations, nombreux tableaux et chronologie en annexes), révèle à l’usage plusieurs faiblesses. On regrettera notamment, pour s’en tenir à la plus flagrante, le rejet de toute analyse quantitative, qui prive la démonstration d’une part de sa crédibilité. L’ouvrage apparaît au total comme une mosaïque de paraphrases menées avec si peu de recul critique que le résultat, infiniment répétitif, est conceptuellement incohérent. Il est de plus écrit dans un français plus qu’approximatif. Passons sur le nombre ahurissant de coquilles, la ponctuation défectueuse, l’abondance des hellénismes de vocabulaire ou de syntaxe qui font trébucher la lecture à chaque page, mais on reste parfois confondu devant l’absence de culture historique en langue française et la confusion conceptuelle qui l’accompagne : « ethnosocialisme » se dit en français « national-socialisme », et « autogestion » et « administration » ne sont pas synonymes ! On rencontre même un « absolutisme » dont on se demande ce qu’il fait là… avant de comprendre qu’il s’agit, en fait, du totalitarisme. Seule la conclusion, qui a apparemment bénéficié de davantage de soin, apporte quelques éléments pertinents, clairs et nuancés : on pourra s’en contenter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bruter, « KARAKATSANI (Despina). – Le Citoyen à l’école. Manuels d’éducation civique et citoyenneté dans la Grèce d’après-guerre, 1957-1989 », Histoire de l’éducation, 89 | 2001, 193-194.

Référence électronique

Annie Bruter, « KARAKATSANI (Despina). – Le Citoyen à l’école. Manuels d’éducation civique et citoyenneté dans la Grèce d’après-guerre, 1957-1989 », Histoire de l’éducation [En ligne], 89 | 2001, mis en ligne le 14 janvier 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/902

Haut de page

Auteur

Annie Bruter

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page