Navigation – Plan du site

Présentation

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est une revue historique à comité de lecture consacrée à l’enseignement et à l’éducation en France et à l’étranger. À travers les articles, notes d’actualité scientifique, notes critiques et comptes rendus d’ouvrages publiés dans ses deux numéros de varia et ses deux numéros thématiques annuels, elle entend faire connaître le meilleur de la recherche dans ce domaine, rendre compte des évolutions et débats historiographiques, contribuer à l’animation de son milieu scientifique et promouvoir une histoire de l’éducation conforme aux méthodes et exigences de la discipline historique. Histoire de l’éducation s’adresse aussi bien aux historiens et chercheurs d’autres disciplines dans le domaine de l’éducation qu’aux enseignants, aux formateurs et à tous ceux qui cherchent, dans le passé de l’éducation, l’une des clés permettant de comprendre ses problèmes actuels.

Sur ce site, on trouvera les numéros depuis 2000, avec une barrière mobile de deux années. Les compte rendus et les notes critiques sont intégralement accessibles. Ces mêmes années sont accessibles sur le Portail Cairn.

Les numéros parus entre 1979 et 1999 peuvent être consultés sur le portail Persée.

Une étude rétrospective sur les vingt première années de la revue a été publiée en 2000.

Dernier numéro en ligne
138 | 2013
Apprendre à lire aux débutants dans les pays de langue romane (1750-1950)

Teaching beginning readers in Romance language countries (1750-1950)
Ce numéro présente une histoire comparée des alphabétisations scolaires. En effet, les enquêtes révélant un illettrisme persistant ont mis à mal les histoires nationales pour qui l’action conjuguée de la loi (obligation scolaire) et de la science (méthodes nouvelles) garantissait une entrée en lecture universelle et irréversible. Plutôt qu’un progrès continu, l’approche historique doit repérer comment de nouveaux usages sociaux font changer à la fois les visées scolaires de la lecture et son enseignement.
Deux conceptions du savoir lire opposent ainsi la literacy anglo-saxonne et l’alphabétisation, concept usuel des pays de langues romanes. Cet écart est-il imputable à l’héritage religieux (catholique vs protestant), aux visées culturelles (lectures d’instruction vs utilitaires), aux langues (latines vs non latines), à des choix didactiques (méthodes) ?
Si le savoir lire n’est pas un invariant, l’analyse comparée des outils peut seule faire percevoir comment le déchiffrage et la compréhension ont (ou non) été articulés dans les pratiques de classe au fil du temps.
Le dossier conçu par E. Rockwell et A-M. Chartier présente des manuels en cinq langues, dans huit pays (Italie, Chili, Mexique, Espagne, Portugal, Brésil, France et États-Unis). Des années 1750 aux années 1950, on voit les décalages temporels entre pays, les techniques innovantes (illustrations, outils d’écriture) et la mise en place, vers 1900, des débats actuels entre « méthodes » (syllabique/phonique/globale). L’unanimité des discours théoriques contraste avec l’hétérogénéité des situations (urbain/rural, langue scolaire/langues locales) et en cherchant à ajuster les prescriptions au terrain, les maîtres modèlent de façon inédite les cultures scolaires nationales.