Navigation – Plan du site

Présentation

Créée en 1978, Histoire de l’éducation est une revue historique à comité de lecture consacrée à l’enseignement et à l’éducation en France et à l’étranger. À travers les articles, notes d’actualité scientifique, notes critiques et comptes rendus d’ouvrages publiés dans ses deux numéros de varia et ses deux numéros thématiques annuels, elle entend faire connaître le meilleur de la recherche dans ce domaine, rendre compte des évolutions et débats historiographiques, contribuer à l’animation de son milieu scientifique et promouvoir l'histoire de l’éducation. Histoire de l’éducation s’adresse aussi bien aux historiens et chercheurs d’autres disciplines dans le domaine de l’éducation qu’aux enseignants, aux formateurs et à tous ceux qui cherchent, dans le passé de l’éducation, l’une des clés permettant de comprendre ses problèmes actuels.

Sur ce site, on trouvera les numéros depuis 2000, avec une barrière mobile de deux années. Les compte rendus et les notes critiques sont intégralement accessibles. Ces mêmes années sont accessibles sur le Portail Cairn.

Les numéros parus entre 1979 et 1999 peuvent être consultés sur le portail Persée.

Une étude rétrospective sur les vingt première années de la revue a été publiée en 2000.

Dernier numéro en ligne
140-141 | 2014
L’État et l’éducation en France. XIXe-XXe siècles

State and Education in France (19th-20th centuries)

Ce numéro d’Histoire de l’éducation comporte un dossier thématique et trois articles de varia. Il inaugure ainsi une nouvelle formule éditoriale. Le dossier thématique est consacré à « L’État et l’éducation en France, XIXe-XXe siècles » et prolonge le numéro spécial sur « l’État et l’éducation en Europe, XVIIIe-XXIe siècles » (n° 134, avril-juin 2012). Son objet est d’examiner la manière dont l’État a intégré depuis deux siècles la question éducative à son domaine d’intervention, les formes spécifiques de l’institution chargée de cette mission et les relations à l’État et à la société qui en résultent, et d’interroger les particularités supposées de l’État enseignant français (centralisation extrême, importance historique de la guerre scolaire, cogestion du système éducatif avec les syndicats enseignants). Il s’attache ainsi à la construction de l’offre scolaire d’État, au rapport étroit de l’institution scolaire à la notion de corps enseignant, et il met en scène l’institution scolaire publique dans son rapport à la société, de la défense de son autonomie à la production d’indicateurs statistiques.