Navigation – Plan du site
Actualité scientifique

Un chantier à ouvrir : l’histoire du baccalauréat, 1808-1940

A piece of work to be in hand : the history of Baccalauréat, 1808-1940
Ein weites und noch kaum beackertes Feld : die Geschichte des französischen Zentralabiturs
Philippe Marchand
p. 201-208

Résumés

L’histoire des examens s’est considérablement enrichie depuis quelques années avec des ouvrages portant sur l’histoire du certificat d’études primaires, sur l’histoire de l’agrégation… En revanche, on ne sait toujours pas grand-chose sur l’histoire du baccalauréat dont la création remonte au décret du 17 mars 1808 fondateur de l’Université. Cette note rappelle la bibliographie dont les titres les plus intéressants pour le chercheur datent de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle. Le baccalauréat a été à l’origine de la production d’archives abondantes dont on essaie de préciser la constitution en partant des textes officiels. Les documents produits par cet examen sont aux Archives nationales et dans les archives départementales. La note attire l’attention sur les documents les plus significatifs et apporte quelques informations sur les dépôts d’archives les plus prometteurs.

Haut de page
  • 1 Émile Boutmy : Le baccalauréat et l’enseignement secondaire, Paris, A. Colin, Questions du temps pr (...)
  • 2 « Titre III, Article 16- Les grades dans chaque faculté seront au nombre de trois : savoir le bacca (...)
  • 3 Le Monde de l’éducation, Dossier Bac : la réforme taboue, n° 293, juin 2001, pp. 21-35. L’erreur es (...)
  • 4 Georges Solaux : Le baccalauréat, Paris, La Documentation française, 1995, p. 14 : « Le titre III d (...)

« Le baccalauréat est une institution sociale et politique de grande conséquence, et les effets qu’il produit à ce titre dépassent de beaucoup en étendue et en gravité ses effets pédagogiques » (1899), écrivait Émile Boutmy1. Que sait-on pourtant de cet examen dont la création remonte au Décret impérial portant organisation de l’Université publié le 17 mars 18082 ? Pas grand-chose, ce qu’illustre la bévue commise par un périodique pourtant réputé, Le Monde de l’éducation, mettant en surtitre d’un copieux dossier« 1801-2001, le bac a 200 ans »3 : la rédaction du journal fonde cet anniversaire sur une simple coquille nichée dans un ouvrage de Georges Solaux, Le baccalauréat4

Les quelques pages qui suivent sont une simple présentation de la bibliographie et des sources de l’histoire de cet examen curieux : parce qu’il est à la fois le premier grade universitaire, dont la collation est réservée aux professeurs de l’enseignement supérieur, mais aussi la sanction et le couronnement des études secondaires.

Bibliographie

  • 5 Philippe Savoie : « Quelle histoire pour le certificat d’études ? », Histoire de l’éducation, janvi (...)
  • 6 André Chervel : Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, (...)
  • 7 Guy Brucy : Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel. L’État, l’École, le (...)
  • 8 J.-F. Chanet : « Baccalauréat » dans Jean-François Sirinelli (Dir.) : Dictionnaire de l’histoire de (...)
  • 9 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Paris, Éditions Flohic, Collection Le Patrimoine des instit (...)
  • 10 W. Gagen : The Development of the baccalauréat examinations (1803-1983) an its role within the Fren (...)
  • 11  Françoise Mayeur : L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris (...)
  • 12 Karen Offen : « The Second Sex and the Baccalauréat in IIId Republic France, 1880-1924 », French St (...)
  • 13 Bruno Poucet : Enseigner la philosophie. Histoire d’une discipline scolaire 1860-1990, Paris, CNRS (...)
  • 14 Claire Decomps : « La composition française aux examens. Étude des sujets proposés au baccalauréat, (...)
  • 15 Philippe Marchand : « L’interrogation d’histoire au baccalauréat, révélateur d’un enseignement, 188 (...)

Si l’histoire des examens s’est considérablement enrichie depuis quelques années avec des ouvrages portant sur l’histoire du certificat d’études primaires5, sur l’histoire de l’agrégation6 et sur celle des diplômes de l’enseignement technique7, la moisson est pauvre pour le baccalauréat. En se limitant aux vingt dernières années, on relève de brèves notices dans un récent Dictionnaire de l’histoire de France8 et dans Le Patrimoine de l’éducation nationale9ainsi qu’un ouvrage de synthèse de W. Gagen10. La question de l’accès des jeunes filles au baccalauréat a été étudiée par Françoise Mayeur11 et Karen Offen12. Quelques études ponctuelles portent sur l’épreuve de philosophie13, sur l’épreuve de français14, sur l’épreuve d’histoire15.

  • 16 O. Gréard : Le baccalauréat et l’enseignement secondaire. Mémoire présenté au Conseil académique de (...)
  • 17 Paul Meuriot : Le baccalauréat, son évolution historique et statistique des origines (1808) à nos j (...)
  • 18 Jean-Baptiste Piobetta : Le Baccalauréat, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1937, 1 040 p. et un appe (...)
  • 19 Cf. Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement supérieur, Publications du ministère de l’Instr (...)
  • 20 O. Gréard, op. cit., p. 92.

Pour qui s’intéresse à l’histoire du baccalauréat, les ouvrages de référence restent les études anciennes d’Octave Gréard16, de Paul Meuriot17 et surtout la thèse de Jean-Baptiste Piobetta18. Le mémoire d’O. Gréard s’inscrit dans le prolongement de la grande enquête de 1885 sur le baccalauréat19. Outre un historique très clair des transformations du baccalauréat, de sa création à la réforme de 1880, et l’analyse et la discussion des propositions de réformes souhaitées en particulier par les facultés, on en retiendra surtout les pages consacrées à la question des résultats du baccalauréat. Gréard s’interroge sur l’intérêt du discours sur la valeur de l’examen fondé sur le relevé du nombre de diplômes décernés chaque année et estime plus pertinent de s’interroger sur les conditions d’obtention : première tentative ? deuxième tentative… ? Il montre que nombreux sont les candidats qui passent l’examen à plusieurs reprises. « Ainsi, le chiffre des élèves qui, à la fin de leurs classes, atteignent régulièrement le but doit être diminué d’au moins 10 %, ce qui réduit à 1/3 ce qu’on peut appeler les succès de première épreuve ». Et de conclure : « Est-ce là un régime d’études normal et sain ? »20.

L’ouvrage de Paul Meuriot, président de la Société de statistique de Paris, retrace lui aussi l’histoire des transformations du baccalauréat. Mais surtout, il donne la première analyse des résultats du baccalauréat en fonction de toute une batterie de paramètres : admissions aux différentes sessions, admissions selon les séries, admissions selon les académies, répartition des bacheliers suivant la population, résultats des jeunes filles pour l’académie de Paris…

  • 21 À compléter par l’abondante bibliographie citée par Viviane Isambert-Jamati : Crises de la société, (...)

Publiée en 1937, la thèse de J.- B. Piobetta, réalisée par celui qui était directeur du Service central des examens de l’Université de Paris, comprend deux parties. Dans la première (pp. 5-332), l’auteur entreprend de décrire « l’évolution de cette vieille institution universitaire en essayant de préciser la nature et la portée des tendances pédagogiques et sociales qui en caractérisent les étapes ». Cette histoire repose sur une masse impressionnante de documents législatifs et administratifs. Lois, ordonnances, décrets, arrêtés, rapports et discussions parlementaires, circulaires et instructions, plans d’études et programmes, comptes rendus des débats du Conseil supérieur de l’Instruction publique, enquêtes officielles sont passées au crible. L’auteur a également consulté l’abondante bibliographie disponible au moment de la rédaction de sa thèse21. La seconde partie de l’ouvrage (pp. 335-1020) est un corpus des textes officiels. J.-B. Piobetta en a recensé 1 316 concernant la législation de l’examen et ses programmes.

On a donc là un ouvrage de base constituant une formidable banque de données et que tout auteur d’une recherche sur l’histoire du baccalauréat doit lire. Mais J.-B. Piobetta, et on aurait mauvaise grâce à lui en faire le reproche, n’a pas consulté les archives produites par et pour l’examen. Il nous donne du baccalauréat une histoire institutionnelle et politique. Elle ne correspond plus aux exigences d’une histoire de l’éducation qui rende à cet examen toutes ses dimensions institutionnelles et politiques, mais aussi sociales, économiques et culturelles.

  • 22 La correction des épreuves écrites dans les examens. Enquête expérimentale sur le baccalauréat, Par (...)
  • 23 Enquêtes sur le baccalauréat. Recherches statistiques sur les origines scolaires et sociales des ca (...)

À ces ouvrages, il convient d’ajouter les enquêtes menées en 1935-1936 à l’initiative de la Fondation Carnegie de New-York. L’une porte sur la correction des épreuves écrites22, la seconde sur les origines scolaires et sociales des candidats de l’académie de Paris23.

Sources d’archives

  • 24 Créé par le Statut sur les examens des facultés des Lettres et des Sciences du 16 février 1810, le (...)

Le baccalauréat est à l’origine de la production de fonds d’archives abondants dont les textes officiels expliquent la constitution et le contenu. La circulaire du 13 septembre 1820 attire l’attention des recteurs sur la nécessité pour les commissions d’examen d’établir des procès-verbaux des opérations d’examen. La circulaire tient à préciser : « La commission d’examen de votre académie pourrait avoir un registre dont chaque page contiendrait un pareil procès-verbal où il ne resterait que les blancs à remplir ». Le règlement pour le baccalauréat ès lettres du 14 juillet 1840, qui introduit une épreuve écrite, demande aux doyens des facultés organisatrices de l’examen ou aux présidents des commissions d’examen de transmettre aux recteurs un exemplaire du certificat d’aptitude24 délivré aux candidats proclamés admis. Ce certificat doit être accompagné du procès-verbal de chaque séance d’examen signé par tous les juges ainsi que d’un rapport sur l’ensemble des examens et sur la force relative des épreuves. De son côté, le recteur doit transmettre au ministre de l’Instruction publique les certificats d’aptitude avec les procès-verbaux des séances d’examen et les rapports des doyens ou des présidents. Ils y joignent les listes des candidats refusés. Un modèle de certificat d’aptitude complète le règlement.

Ces dispositions font l’objet de plusieurs rappels. Le Second Empire peut être considéré comme une étape décisive dans l’organisation du contrôle a posteriori du bon déroulement de l’examen. Le règlement du 25 mars 1865 enjoint aux secrétaires des facultés de tenir le registre des procès-verbaux de chaque examen. Le 19 juin 1865, le ministre de l’Instruction publique fait parvenir de nouveaux modèles de certificats d’aptitude et surtout des modèles de procès-verbaux. Il est demandé aux doyens des facultés des lettres et des sciences d’en faire imprimer le nombre nécessaire pour le service des examens. Cet envoi est complété par celui de modèles de tableaux statistiques des épreuves. Une instruction du 3 juillet 1866 vient rappeler aux recteurs l’obligation, au terme de chaque session d’examen, de faire parvenir au ministre les procès-verbaux des examens avec les textes et les sujets des épreuves, les copies classées par ordre des candidats admis ou ajournés, les rapports des doyens et les tableaux statistiques. Jusqu’en 1940, des circulaires, des arrêtés renouvellent ces prescriptions.

Où retrouver ces documents conçus non pour l’historien mais pour garantir le sérieux de l’examen ? Dans les Archives nationales où le ministère de l’Instruction publique fait, à partir de 1870, d’importants versements constitutifs de la série F17. Le chercheur doit aussi consulter les archives versées par les rectorats aux archives des départements où ils avaient leur siège. Dans les versements effectués par les rectorats, on aura aussi intérêt à consulter les fonds des établissements secondaires qui peuvent contenir des documents relatifs au baccalauréat : plaintes de professeurs relatives au comportement d’un jury, d’un examinateur, inquiétudes et interrogations des enseignants lors de la mise en œuvre de réformes, l’instauration du livret scolaire en 1890 par exemple. Les procès-verbaux des réunions des conseils académiques doivent également être consultés.

Certificats d’aptitude et procès-verbaux sont assurément les documents les plus précieux pour une histoire du baccalauréat puisqu’ils comportent les indications suivantes : académie, faculté, date de la session, régime de l’examen, nature du baccalauréat, partie, série, nom, prénoms, date et lieu de naissance du candidat, suffrages puis notes obtenues aux différentes épreuves (écrites, orales), sujets des interrogations orales, mention, noms et signatures du président et des membres du jury. Ces différentes rubriques n’ont pas toujours été renseignées de façon exhaustive. C’est à partir des années 1870 que les certificats d’aptitude et les procès-verbaux fournissent régulièrement toutes ces indications. Les sujets de la, puis des épreuves écrites, ne sont jamais mentionnés. Les rapports des doyens des facultés, rapports plus ou moins détaillés selon leurs auteurs et selon les époques, procurent des renseignements statistiques repris dans des tableaux récapitulatifs, des commentaires sur les épreuves écrites et sur les épreuves orales. Les sujets des épreuves écrites ne sont pas régulièrement mentionnés. Et surtout, les copies dont les ministres exigeaient l’envoi sont très rarement présentes dans ces rapports.

Dans les versements effectués par les rectorats aux archives départementales peuvent figurer les procès-verbaux des candidats et des dossiers relatifs à l’organisation des sessions. Ces dossiers, dans lesquels on retrouve parfois des rapports de doyens, voire des copies, regroupent surtout les pièces relatives à l’organisation des sessions (dates, lieux, formation des jurys, règlements des indemnités de leurs membres), à la fraude, aux demandes de dispense d’âge, aux demandes d’exonération des droits d’inscription, à la mise en œuvre de réformes de l’examen.

  • 25 F 17 4705-5524.
  • 26 F 17 1651-1665.
  • 27 F 17 1650 par exemple.

Quel est l’état général de ces fonds d’archives ? Aux Archives nationales, il y a surtout la collection des certificats d’aptitude au baccalauréat de 1810 à 190625 et une belle série de rapports pour les années 1857-1866 qui permettent de mener à bien une étude nationale et académique de l’examen pendant cette période26. Quelques séries de copies de l’épreuve de version latine ont été repérées27.

  • 28 Sur cette question, cf. Hélène Benrekassa et Thérèse Charmasson : « Archives des administrations et (...)
  • 29 Belle série de procès-verbaux d’examens pour la période 1880-1940. Compositions repérées pour la mê (...)
  • 30 Les archives relatives au baccalauréat viennent de faire l’objet d’un reclassement. Un répertoire n (...)
  • 31 Procès-verbaux de 1883 à 1935.
  • 32 Belle série de procès-verbaux de 1873 à 1940.
  • 33 Procès-verbaux de 1837 à 1939.
  • 34 Procès-verbaux conservés de manière discontinue. Séries de compositions de français, de mathématiqu (...)
  • 35 Procès-verbaux de 1857 à 1940. Compositions de français, de latin, de mathématiques et de sciences (...)
  • 36 Procès-verbaux de 1873 à 1940.
  • 37 Procès-verbaux de 1884 à 1940.
  • 38 La série T est en cours de classement. Procès-verbaux pour les années 1865-1881.

Les situations sont très diverses dans les archives départementales ayant reçu les versements des rectorats. C’est seulement en 1936 qu’un décret du 21 juillet prescrivit aux administrations de l’État le versement de leurs dossiers périmés aux Archives nationales ou départementales. Ce décret fut suivi de peu d’effet en ce qui concerne les services de l’Éducation nationale. Il faut attendre la circulaire du 28 avril 1970 rappelant aux administrations, services et établissements de l’Éducation nationale pour que les rectorats se mettent à verser leurs fonds aux archives départementales28. Entre temps, on peut penser que bon nombre de documents ont été détruits. Depuis 1970, les versements se sont accélérés. Si certains dépôts d’archives présentent des fonds importants [Caen29, Besançon30, Bordeaux31, Clermont-Ferrand32, Dijon33, Grenoble34, Lille35, Poitiers36, Toulouse37] d’autres semblent beaucoup plus démunis [Lyon, Montpellier38].

  • 39 Cf. par exemple une fraude à Cambrai en juillet 1896 qui remonte jusqu’au Parlement. La presse clér (...)

Les sources manuscrites doivent bien sûr être complétées par les sources imprimées. Parmi celles-ci, il faut noter les Bulletins, Annales, etc., édités par les facultés. La presse locale se révèle aussi très précieuse, surtout quand les sessions d’examens sont émaillées d’incidents39. Enfin, on ne négligera pas les souvenirs, les récits parfois romancés qui mettent en lumière les images et les représentations que l’examen a fait naître. Au total, on peut considérer que les matériaux ne manquent pas pour écrire l’histoire du baccalauréat, examen qui continue toujours de faire couler beaucoup d’encre alors que son histoire reste bien mal connue.

Notes

1 Émile Boutmy : Le baccalauréat et l’enseignement secondaire, Paris, A. Colin, Questions du temps présent, 1899, 96 p., p. 18.

2 « Titre III, Article 16- Les grades dans chaque faculté seront au nombre de trois : savoir le baccalauréat, la licence, le doctorat ». Les articles 19 et 22 précisent les conditions qu’il faut remplir pour être admis à passer le baccalauréat savoir « pour être admis à subir l’examen du baccalauréat dans la faculté des lettres, il faudra 1° être âgé au moins de seize ans ; répondre sur tout ce qu’on enseigne dans les hautes classes des lycées », pour être « reçu bachelier dans les facultés des sciences, avoir obtenu le même grade dans celle des lettres et répondre sur l’arithmétique, la géométrie, la trigonométrie rectiligne, l’algèbre et son application à la géométrie ».

3 Le Monde de l’éducation, Dossier Bac : la réforme taboue, n° 293, juin 2001, pp. 21-35. L’erreur est répétée p. 25, « Le bac est garanti d’époque : l’esprit de 1801 perdure deux siècles plus tard » et p. 26 « Le bac […] depuis sa création par un décret impérial de 1801 ».

4 Georges Solaux : Le baccalauréat, Paris, La Documentation française, 1995, p. 14 : « Le titre III du décret impérial portant organisation de l’Université du 17 mars 1801 crée le baccalauréat en ces termes […] ; vu la loi du 10 mai 1806 portant création d’un corps enseignant ».

5 Philippe Savoie : « Quelle histoire pour le certificat d’études ? », Histoire de l’éducation, janvier 2000, n° 85, pp. 49-72 qui fait une recension des ouvrages de Claude Carpentier, Brigitte Dancel, Paul Beaujard et Jean Kieffer consacrés au certificat d’études. Il faut leur ajouter, Patrick Cabanel : La République du certificat d’études. Histoire et anthropologie d’un examen (XIXe -XXe siècles), Paris, Belin, Histoire de l’éducation, 2002.

6 André Chervel : Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, INRP/Éditions Kimé, 1993.

7 Guy Brucy : Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel. L’État, l’École, les Entreprises et la certification des compétences, Paris, Belin, Histoire de l’éducation, 1998.

8 J.-F. Chanet : « Baccalauréat » dans Jean-François Sirinelli (Dir.) : Dictionnaire de l’histoire de France, A-J, Paris, Armand Colin, 1999, p. 126.

9 Le Patrimoine de l’Éducation nationale, Paris, Éditions Flohic, Collection Le Patrimoine des institutions politiques et culturelles, Paris, 1999, p. 424, p. 666, pp. 875-877.

10 W. Gagen : The Development of the baccalauréat examinations (1803-1983) an its role within the French education system, Thèse, Hull University, 1983, 369 p. Nous n’avons pu consulter cette thèse et ne savons pas quelle part l’auteur réserve à la dimension historique du sujet.

11  Françoise Mayeur : L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977. Cf. pp. 388-397 : Vers le baccalauréat. Françoise Mayeur étudie essentiellement les débats opposant partisans et adversaires de la préparation des jeunes filles à cet examen.

12 Karen Offen : « The Second Sex and the Baccalauréat in IIId Republic France, 1880-1924 », French Studies (Colombus), t. 13, n° 2, 1983, pp. 252-286.

13 Bruno Poucet : Enseigner la philosophie. Histoire d’une discipline scolaire 1860-1990, Paris, CNRS Éditions, 1999. Cf. pp. 74-76, pp. 167-168, pp. 208-209, pp. 257-258. Michel Jamet : « L’épreuve de philosophie au baccalauréat », Cahiers philosophiques, n° 22, mars 1985, pp. 41-67. L’auteur examine les sujets de dissertation proposés entre 1925 et 1982.

14 Claire Decomps : « La composition française aux examens. Étude des sujets proposés au baccalauréat, au brevet supérieur et au diplôme de fin d’études des lycées de jeunes filles de 1881 à 1925 », Histoire de l’éducation, mai 1992, pp. 97-134 ; André Chervel : « Le baccalauréat et les débuts de la dissertation littéraire », cf. supra pp. 000.

15 Philippe Marchand : « L’interrogation d’histoire au baccalauréat, révélateur d’un enseignement, 1880-1914 ». Communication au colloque Lycées et lycéens en France 1802-1902, Paris, la Sorbonne 9-10 juillet 2002. À paraître.

16 O. Gréard : Le baccalauréat et l’enseignement secondaire. Mémoire présenté au Conseil académique de Paris le 7 juillet 1885, Paris, Imprimerie nationale, 1885, 118 p.

17 Paul Meuriot : Le baccalauréat, son évolution historique et statistique des origines (1808) à nos jours, Nancy, Berger-Levrault, 1919, 56 p.

18 Jean-Baptiste Piobetta : Le Baccalauréat, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1937, 1 040 p. et un appendice, 8 p.

19 Cf. Enquêtes et documents relatifs à l’enseignement supérieur, Publications du ministère de l’Instruction publique, 1885, t. XVIII.

20 O. Gréard, op. cit., p. 92.

21 À compléter par l’abondante bibliographie citée par Viviane Isambert-Jamati : Crises de la société, crises de l’enseignement. Sociologie de l’enseignement secondaire français, Paris, PUF, 1970, 376 p.

22 La correction des épreuves écrites dans les examens. Enquête expérimentale sur le baccalauréat, Paris, À la Maison du Livre, 1936, 226 p.

23 Enquêtes sur le baccalauréat. Recherches statistiques sur les origines scolaires et sociales des candidats au baccalauréat dans l’académie de Paris, avant-propos de C. Bouglé, Paris, Hachette, 1935, 120 p. L’ouvrage propose une fort intéressante classification des professions comprises dans chaque catégorie recensée.

24 Créé par le Statut sur les examens des facultés des Lettres et des Sciences du 16 février 1810, le certificat d’aptitude était échangé contre un diplôme définitif après visa du Grand Maître.

25 F 17 4705-5524.

26 F 17 1651-1665.

27 F 17 1650 par exemple.

28 Sur cette question, cf. Hélène Benrekassa et Thérèse Charmasson : « Archives des administrations et des établissements scolaires : bilan de dix ans de versements », Histoire de l’éducation, n° 18, avril 1983, pp. 49-81 et, infra, l’article de Christophe Dubois et Marie-Édith Naud.

29 Belle série de procès-verbaux d’examens pour la période 1880-1940. Compositions repérées pour la même période.

30 Les archives relatives au baccalauréat viennent de faire l’objet d’un reclassement. Un répertoire numérique a été établi. « Les documents constituent un ensemble important, riche de plus de 150 articles, qui couvre sans lacune majeure les années 1810 à 1940 et représente tous les baccalauréats » (N. Vidal, conservatrice).

31 Procès-verbaux de 1883 à 1935.

32 Belle série de procès-verbaux de 1873 à 1940.

33 Procès-verbaux de 1837 à 1939.

34 Procès-verbaux conservés de manière discontinue. Séries de compositions de français, de mathématiques et de physique pour les années 1854-1860.

35 Procès-verbaux de 1857 à 1940. Compositions de français, de latin, de mathématiques et de sciences physiques pour le Second Empire. Rapports des doyens des facultés responsables de l’examen pour les années 1890-1900.

36 Procès-verbaux de 1873 à 1940.

37 Procès-verbaux de 1884 à 1940.

38 La série T est en cours de classement. Procès-verbaux pour les années 1865-1881.

39 Cf. par exemple une fraude à Cambrai en juillet 1896 qui remonte jusqu’au Parlement. La presse cléricale d’opposition en fait son miel parce qu’à l’origine de la fraude, on trouve un professeur du collège public.

Haut de page