Navigation – Plan du site
Comptes rendus

SIERRA BLAS (Verónica). – Aprender a escribir cartas. Los manuales epistolares en la España contemporánea (1927-1945)

Gijón : Ediciones Trea, 2003. – 250 p.
Anne-Marie Chartier
p. 137-138
Référence(s) :

SIERRA BLAS (Verónica). – Aprender a escribir cartas. Los manuales epistolares en la España contemporánea (1927-1945). – Gijón : Ediciones Trea, 2003. – 250 p.

Texte intégral

1Entre 1927 et 1945, l’Espagne connaît la dictature de Primo de Rivera, le départ du roi, la victoire de la Première République, la guerre civile et l’installation du franquisme. En vingt années, un monde s’est écroulé. En ciblant sa recherche sur les manuels de correspondance de ce temps bref, Verónica Sierra Blas a voulu voir comment évoluaient à la fois la production éditoriale (première partie « Production et diffusion »), les normes d’écriture proposées en modèle (deuxième partie, « La rhétorique épistolaire ») et les usages de l’écriture et de la lecture (troisième partie : « Les modèles : genres, usages et fonction de la lettre »). Dans l’Espagne des années 1930, le pourcentage d’analphabètes recule d’un point chaque année, mais en 1940 ils sont encore 23 %. Ces aides à l’écriture « autodidacte » s’adressent donc en priorité à des usagers de milieux populaires, mais pas seulement. Les manuels généraux, destinés à « toutes les classes sociales », côtoient les manuels spécialisés (pour les hommes, les femmes, les enfants et, pendant la guerre civile, pour les soldats). Un manuel de correspondance pose en effet explicitement la question des destinataires et des auteurs (« on ne doit pas écrire de la même manière à l’ignorant et au docte, à un homme et à une femme, à un vieux et à un jeune… »). En traitant des circonstances de l’écriture et des conditions de sa réception (lettres d’amour et de rupture, lettres entre soldats et marraines de guerre, lettres de félicitations, d’excuses ou de condoléances, destinées à des proches ou des relations plus lointaines), il dévoile tout un univers social bien hiérarchisé et met en scène les relations considérées comme normales. La culture graphique d’une société se donne ainsi à voir, non à travers ses usages réels de la correspondance, mais dans ces leçons de savoir-vivre et savoir-écrire « en bonne et due forme », que ceux qui savent donnent à ceux qui ne savent pas encore ou pas assez. Ce livre poursuit ainsi les travaux d’Antonio Castillo Gomez (La conquista del alfabeto. Escritura y clases populaires, 2002) qui a d’ailleurs rédigé la préface. Assorti d’une belle bibliographie, il sera un instrument utile pour tous ceux qui réfléchissent sur les processus d’alphabétisation, la correspondance ou les instructions extra-scolaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Chartier, « SIERRA BLAS (Verónica). – Aprender a escribir cartas. Los manuales epistolares en la España contemporánea (1927-1945) », Histoire de l’éducation, 101 | 2004, 137-138.

Référence électronique

Anne-Marie Chartier, « SIERRA BLAS (Verónica). – Aprender a escribir cartas. Los manuales epistolares en la España contemporánea (1927-1945) », Histoire de l’éducation [En ligne], 101 | 2004, mis en ligne le 07 janvier 2009, consulté le 24 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/802

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page