Navigation – Plan du site
Comptes rendus

LÜSEBRINK (Hans-Jürgen), MIX (York-Gothart), MOLLIER (Jean-Yves), SOREL (Patricia). – Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle)

Bruxelles : Éditions Complexe, 2003. – 348 p.
Anne-Marie Chartier
p. 130-131
Référence(s) :

LÜSEBRINK (Hans-Jürgen), MIX (York-Gothart), MOLLIER (Jean-Yves), SOREL (Patricia). – Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle). – Bruxelles : Éditions Complexe, 2003. – 348 p.

Texte intégral

1Les « lectures du peuple » étudiées dans ce recueil concernent exclusivement les almanachs de large circulation édités du xviie au xixe siècle, en Europe et dans les Amériques. Les trente contributeurs du colloque de l’Université de Versailles-Saint-Quentin (octobre 1999) font commencer le voyage du lecteur dans « l’aire de naissance de l’almanach » (presque simultanément en Franche Comté vers 1670, aux Pays-Bas et en Belgique, avant l’Allemagne du Sud, et la Suisse). L’aire de diffusion s’élargit (vers l’Espagne au xviiie siècle, en Hongrie, Bulgarie et Pologne au xixe), avant de toucher les Amériques (fin xviiie siècle aux États-Unis et au Canada, au xixe au Brésil). On aurait pu croire qu’était en voie d’extinction ce genre archaïque de petit format, comportant un calendrier, des éphémérides, des relations historiques ou anecdotiques, mais il a passé sans problème le cap du xxie siècle. Comme le rappelle Jean-Yves Mollier, ses destinataires naturels, les milieux populaires encore peu familiers de l’écrit, sont encore plus d’un milliard de personnes. Lorsque le livre est encore rare, avant la révolution industrielle, l’almanach a constitué une « encyclopédie pour tous » où on pouvait apprendre à la fois quand planter les arbres et fêter les saints, comment soigner les hommes et les bêtes. Comme le montrent plusieurs communications, ces savoirs d’usage se coulent dans des formes textuelles inventives et évolutives qui font plus de place qu’on ne l’imagine aux savoirs nouveaux (utilisation des journaux de médecine au xixe siècle, par exemple). Appartenant au monde de l’écrit, l’almanach fait la part belle à des formes de communication orales ou semi-orales, qui en font une « machine textuelle » à part, liant textes et images, lecture et mémoire, consultation et récitation, étonnamment perméable aux discours politiques, scientifiques, littéraires, religieux, philosophiques les plus divers. Considéré comme un produit « dépassé » par les éditeurs modernes, l’almanach survit grâce à l’édition artisanale et provinciale. Ainsi, conclut Hans-Jürgen Lüsebrink, lorsqu’il se trouve en concurrence avec la grande presse, il change de fonction et ce sont les contenus folklorisants qui prennent le dessus, en particulier en France, en Allemagne, en Suisse, tandis que son rôle de « livre d’usage » reste fort dans l’Amérique latine, jusqu’à notre époque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Chartier, « LÜSEBRINK (Hans-Jürgen), MIX (York-Gothart), MOLLIER (Jean-Yves), SOREL (Patricia). – Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle) », Histoire de l’éducation, 101 | 2004, 130-131.

Référence électronique

Anne-Marie Chartier, « LÜSEBRINK (Hans-Jürgen), MIX (York-Gothart), MOLLIER (Jean-Yves), SOREL (Patricia). – Les lectures du peuple en Europe et dans les Amériques (xviie-xxe siècle) », Histoire de l’éducation [En ligne], 101 | 2004, mis en ligne le 07 janvier 2009, consulté le 23 avril 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/787

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page