Navigation – Plan du site
Comptes rendus

BANDINI (Gianfranco), BIANCHINI (Paolo), Fare storia in rete. Fonti e modelli di scrittura digitale per la storia dell’educazione, la storia moderna e la storia contemporanea

Roma : Carocci, 2007, 167 p.
Mariella Colin
p. 162-163
Référence(s) :

BANDINI (Gianfranco), BIANCHINI (Paolo), Fare storia in rete. Fonti e modelli di scrittura digitale per la storia dell’educazione, la storia moderna e la storia contemporanea, Roma : Carocci, 2007, 167 p.

Texte intégral

1Ce livre est un ouvrage collectif paru sous la direction de deux chercheurs italiens, Gianfranco Bandini (historien de la pédagogie) et Paolo Bianchini (historien de l’éducation), qui réunit neuf contributions sur les sites d’histoire (moderne et contemporaine) de l’éducation présents sur Internet. Ces contributions sont réparties en trois volets, qui traitent respectivement de la mise en ligne de sources historiques, de l’élaboration de programmes permettant leur collecte, leur gestion et leur interprétation, et des divers modèles faisant appel à des procédés interactifs. L’élaboration des logiciels pour recueillir, gérer et cataloguer les sources, essentielle pour l’existence des sites, est appelée à être constamment soumise à une maintenance impliquant des révisions et des mises à jour constantes.

2Les auteurs se proposent de faire œuvre utile en faisant l’état des lieux au plan national et international, de façon à aider le lecteur à se repérer dans le vaste territoire de la recherche en ligne. De fait, cet inventaire des sites et des banques de données analyse également leurs modalités de fonctionnement et permet de présenter les résultats d’expériences personnelles en matière de création, d’implantation et de gestion. Ont été ainsi recensés des dizaines de sites dans tous les pays, dont la finalité est de rapprocher les historiens des sources primaires, sans compter les catalogues on line des bibliothèques, qui se sont généralisés. Plusieurs banques de données permettent de consulter à distance des documents d’archives, des textes rares et jamais réédités ; mais on peut aussi effectuer des recherches plus complexes, parfois sur le mode de l’interactivité. La contribution de Paul Aubin et Alain Choppin (« Le fonti storiche in rete : i manuali scolastici ») brosse un tableau complet de tous les sites repérables par leur visibilité ; mais lui échappent tous les fonds nichés dans des collections plus vastes ou bien éparpillées au sein de collections spécialisées, privées ou publiques, qui n’ont pas été recensées. Nombreux sont aussi les sites qui valorisent un patrimoine culturel particulier, comme les archives « inventées » ou les « musées imaginaires », réunissant dans un lieu virtuel les sources et documents relatifs à un thème donné.

3Dans le secteur spécifique de l’histoire de l’éducation, sont présentés dans le volume des répertoires biographiques et autres répertoires nationaux, suivis par les répertoires des manuels scolaires, parmi lesquels figure au premier rang la banque de données EMMANUELLE (http://www.inrp.fr/​she/​choppin_emma_banque.htm), qui a servi de modèle pour des opérations semblables, en Europe et dans le monde. La version italienne (EDISCO) est actuellement en cours (elle comprend à ce jour environ 20 000 entrées) et devra recenser, à terme, tous les manuels scolaires édités dans la péninsule de 1820 à nos jours. Une équipe de chercheurs réunis dans un réseau scientifique piloté par l’université de Macerata et regroupant les universités de Bologne, Florence, Gênes, Padoue, Turin, Macerata et Udine travaille à cette banque de données, consultable sur le site (http://www.reseducationis.it/​edisco).

4Le nombre des sites et de banques de données en histoire, et tout particulièrement en histoire de l’éducation, tout comme l’effervescence des initiatives et des programmes en cours, impressionne et porte à conclure qu’à l’époque de la globalisation, la recherche sur Internet n’est pas le futur mais bien le présent. Les deux directeurs de l’ouvrage, cependant, apportent quelques bémols à cette thèse en constatant qu’en Europe, les sites ne sont pas toujours construits par des historiens reconnus. Les « professionnels du passé » qui travaillent sur Internet et n’hésitent pas à mettre leurs travaux en ligne plutôt qu’en revue se trouvent dans leur grande majorité aux États-Unis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « BANDINI (Gianfranco), BIANCHINI (Paolo), Fare storia in rete. Fonti e modelli di scrittura digitale per la storia dell’educazione, la storia moderna e la storia contemporanea », Histoire de l’éducation, 118 | 2008, 162-163.

Référence électronique

Mariella Colin, « BANDINI (Gianfranco), BIANCHINI (Paolo), Fare storia in rete. Fonti e modelli di scrittura digitale per la storia dell’educazione, la storia moderna e la storia contemporanea », Histoire de l’éducation [En ligne], 118 | 2008, mis en ligne le 20 octobre 2008, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/511

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page