Navigation – Plan du site
Notes critiques

DE AMICIS (Edmondo). – Le livre Cœur

Traduction de Piero Caracciolo, Marielle Macé, Lucie Marignac et Gilles Pécout. Suivi de deux essais d’Umberto Eco. Notes et postface de Gilles Pécout. – Paris : Éditions rue d’Ulm, 2001. – 490 p. (Collection Versions françaises).
Mariella Colin
p. 122-126
Référence(s) :

DE AMICIS (Edmondo). – Le livre Cœur. / Traduction de Piero Caracciolo, Marielle Macé, Lucie Marignac et Gilles Pécout. Suivi de deux essais d’Umberto Eco. Notes et postface de Gilles Pécout. – Paris : Éditions rue d’Ulm, 2001. – 490 p. (Collection Versions françaises).

Texte intégral

  • 1  G. Bonheur : Qui a cassé le vase de Soissons ? L’album de famille de tous les Français, Paris, Nat (...)
  • 2  Ibid., p. 42.

1La collection « Versions françaises » des éditions de l’École normale supérieure a comme ambition de faire connaître au moyen de nouvelles traductions des textes étrangers importants, et néanmoins jamais traduits, inédits ou épuisés. Ce dernier cas de figure est actuellement celui du Livre Cœur : Cuore de l’écrivain italien Edmondo De Amicis. Celui-ci avait été publié en français dès 1892, soit six ans après sa parution en Italie, et au XXe siècle il a été imprimé par des éditeurs français, comme Nathan. La première édition par Delagrave, intitulée Cœurs, avait été aussitôt suivie par une deuxième, au titre plus emphatique de Grands Cœurs : c’est cette dernière qui a été promise au succès en France, puisque entre 1892 et 1962, 36 éditions ont vu le jour pour un total de plus de 400 000 exemplaires. Avec le sous-titre de « Livre de lecture pour toutes les écoles », Grands Cœurs était destiné à être largement connu de tous les écoliers de l’hexagone, soit sous forme de volume, soit aux moyens d’extraits insérés dans des manuels et des anthologies. C’est d’ailleurs sous cette dernière forme que le recense Gaston Bonheur, dans ce qu’il a défini comme L’album de famille de tous les Français (sous-titre du livre Qui a cassé le vase de Soissons ?). Dans ce recueil qui se veut exemplaire du bagage culturel commun à tous les Français à la veille de la Seconde Guerre mondiale, sont cités plusieurs morceaux choisis de Grands Cœurs : « Qui a lancé l’encrier ? », « Le charbonnier et le gentilhomme », « Le protecteur de Nelli », « La maîtresse »1. La raison qui met De Amicis à égalité avec les grands classiques français du patrimoine culturel de base est clairement expliquée par G. Bonheur : « Anatole France, Alphonse Daudet, François Coppée et Sully Prudhomme tournent autour de l’école. Il n’y en a qu’un qui y entre vraiment : c’est Edmondo De Amicis »2. L’une des raisons de la diffusion de son ouvrage en France, tout comme en Italie, est bien celle-là : De Amicis fut le premier à donner à l’institution scolaire, vue à la fois comme le lieu de la formation de la personne et comme le creuset de la nation, sa dignité littéraire. L’école est non seulement le chronotope du récit (qui se présente comme le journal d’un élève turinois pendant l’année scolaire 1881-1882), mais aussi le lieu symbolique où s’épanouit « l’enfance en éducation » : l’école primaire reçoit l’humanité jeune et fraîche qui vient se préparer confiante aux devoirs qui l’attendent. La capacité de De Amicis à exprimer les idéaux et les valeurs de son temps fut étonnante, et fit de lui le meilleur interprète d’une époque exemplaire (la période post-unitaire). En Italie, ce livre connut un énorme succès de vente, jusqu’à devenir le premier grand best-seller des librairies italiennes, et ses tirages devaient rester longtemps extraordinairement élevés (encore de l’ordre de 800 000 par an pendant les années 1960). Considéré à juste titre comme « l’un des cent livres qui ont fait l’Italie », il fut un instrument simple mais efficace d’« acculturation », un facteur puissant de consensus national, dont l’influence sur la formation mentale de générations entières de jeunes Italiens devait rester d’une ampleur exceptionnelle.

2Mais l’influence du modèle de De Amicis dépassa les frontières de la péninsule, et le livre fut traduit dans presque toutes les langues. L’entreprise de scolarisation de l’Italie libérale – où le début de l’alphabétisation de masse coïncida avec la naissance d’un État national moderne – avait été par lui transfigurée en modèle idéal pour tous les États nationaux en phase de formation ou de refondation. L’école de Cuore était au cœur de la cité, et ses écoliers étaient les petits soldats de l’armée du progrès qu’engendraient l’instruction et l’éducation dispensées par l’institution scolaire : cette vision longtemps partagée par les hommes politiques et les intellectuels de la Troisième République explique son succès durable dans notre pays. Toutefois, le livre de De Amicis était aussi un bréviaire de patriotisme italien, cherchant par tous les moyens à inculquer aux enfants le sentiment national et l’amour patriotique : les références à l’histoire italienne, et tout particulièrement à celle du Risorgimento, y sont continuelles ; la monarchie de Savoie y est très présente, et les grands hommes qui avaient unifié le pays par leur action, comme Garibaldi, Cavour, Mazzini, y sont sans cesse célébrés. Ces enseignements conçus pour enflammer les enfants de la péninsule n’étaient pas adaptés à l’éducation des jeunes Français, et cela d’autant plus que les relations entre Paris et Rome étaient alors on ne peut plus mauvaises. C’était l’époque où l’Italie avait scellé le pacte de la Triple Alliance avec le pire ennemi de la France, l’Allemagne, et qu’elle était gouvernée par l’homme politique « gallophobe » le plus détesté par les dirigeants français : Francesco Crispi. Imprégné comme il était d’italianité, comment Cuore pouvait-il convenir à l’institution scolaire française, tout aussi soucieuse de transmettre à ses jeunes générations une éducation semblable dans le propos, mais différente dans les contenus ? La réponse à cette question est simple : la version française proposée par Grands Cœurs n’était pas l’édition intégrale, mais une version « naturalisée » qui censurait ses caractéristiques originales. L’éditeur Delagrave s’en expliquait lui-même dans un Avant-propos, en avertissant les lecteurs que, pour que rien ne restât inintelligible aux enfants français, certains passages avaient été omis ou modifiés. Ce fut donc une version largement mutilée et même falsifiée qu’il diffusa.

  • 3  L’édition Delagrave n’est plus imprimée depuis 1962, et l’édition Nathan n’offre qu’un abrégé très (...)

3L’édition du livre Cœur de Gilles Pécout est donc la bienvenue, non seulement parce qu’elle redonne vie à un texte actuellement épuisé3, mais aussi et surtout parce qu’elle répare un tort historique, en donnant pour la première fois, grâce à un travail réalisé en équipe, une traduction intégrale et soignée du texte italien : il s’agit de la traduction du texte original, c’est-à-dire du manuscrit déposé à la Bibliothèque nationale de Rome (il existe en effet une autre version plus tardive, dite « définitive »). Le texte traduit est accompagné d’un apparat de notes dont la richesse d’informations est du plus grand intérêt pour les chercheurs. La documentation convoquée ici est considérable, et cela d’autant plus que le commentaire combine la reconstitution du cadre littéraire et intertextuel avec la reconstitution du cadre historique de l’ouvrage. Cette dernière, qui est la plus importante, se fait à plusieurs niveaux : en liaison avec les personnages et les situations narratives, on trouve tant l’histoire de l’école primaire publique italienne, dans ses aspects législatifs et institutionnels (lois fondamentales organisant l’instruction publique, formation et conditions de travail du corps enseignant, programmes et matières d’enseignement), que l’histoire politique, économique et sociale du Royaume d’Italie, sans oublier celle de la ville de Turin, qui loin d’être un simple décor fictif est la matière vivante dont se nourrit la construction narrative et qui lui confère sa connotation réaliste. On ne peut que déplorer le fait que les notes soient confinées en fin de texte au lieu d’être mises en bas de page, ce qui pourrait rebuter le lecteur, car si la traduction réalisée sous la direction de Gilles Pécout dissipe tous les malentendus instaurés par les éditions précédentes, seule la lecture de ces notes, rédigées par un excellent connaisseur de l’Italie libérale, permet une bonne compréhension de l’œuvre.

4On peut en dire autant de la postface « Le livre Cœur : éducation, culture et nation dans l’Italie libérale » de G. Pécout : plus que d’une simple « postface », c’est d’une étude exhaustive de 150 pages qu’il s’agit. Après avoir présenté une biographie complète de l’auteur mettant bien en lumière son évolution idéologique, du patriotisme libéral au socialisme, G. Pécout retrace la genèse de Cuore et analyse sa composition narrative et ses personnages. Son examen de ce classique pour les enfants est complété par une mise en perspective avec l’histoire de la littérature enfantine italienne au XIXe siècle, et par une approche comparative avec les ouvrages ayant pu servir de modèle. S’y ajoute une brève histoire de la réception du livre en Italie et à l’étranger.

5On ne relève qu’une maladresse dans cette opération exemplaire, qui ne se contente pas de proposer la traduction intégrale d’un livre mais qui est un modèle de translation d’un texte étranger en France. Il s’agit de la traduction de deux courts essais d’Umberto Eco sur Cuore, « Éloge de Franti » (1962) et « Franti strikes again » (1973), insérés entre les notes et la postface sans aucune introduction explicative. Ces deux articles au vitriol, bien connus des spécialistes du domaine italien, ont de quoi surprendre le lecteur français non averti. Ils doivent être rattachés à l’histoire de la lecture de Cuore en Italie, ainsi qu’à celle des succès et des revers de sa réception critique. L’importante dimension idéologique de l’ouvrage, qui peut également être vu comme un véritable manuel de mythes à suivre et de valeurs à respecter, doit être rappelée ici : De Amicis ne se borna pas à défendre l’école du peuple et la valeur de l’instruction, mais, en bon pédagogue du XIXe siècle, se fit non seulement le chantre de la nation et de l’amour patriotique, mais aussi de la monarchie et de l’armée, et il élabora une véritable rhétorique nationale à l’usage des enfants. Umberto Eco fut le premier à accuser Cuore d’être l’exemple le plus abouti d’une pédagogie petite bourgeoise, paternaliste et sadique, et son auteur d’être celui qui avait préparé les enfants italiens à être de futurs fascistes. En renversant la typologie des personnages, Eco fait de Franti, le seul personnage enfantin totalement négatif du livre, le symbole des Italiens humiliés et dominés, le prototype du futur anarchiste qui s’incarnera dans la figure historique de Gaetano Bresci, l’assassin du roi Humbert Ier. Eco fut suivi, dans les années 1970, par plusieurs autres critiques, unis dans une charge polémique contre ce condensé de l’« idéologie bourgeoise », ce « véritable bréviaire hypocrite », ce « manuel du paternalisme bourgeois ». Le fait est que Cuore payait là les conséquences du véritable monopole dont il avait longtemps - sans doute trop longtemps - joui auprès des jeunes générations italiennes.

6G. Pécout n’ignore rien de la « désacralisation » qui a été faite de Cuore pendant les années de sa contestation, et il livre dans la conclusion de sa postface ses réflexions sur ce qu’il faut penser de ces attaques, aujourd’hui tout aussi « historiques » que le livre. Dommage que le lecteur doive attendre d’arriver à la page 477 pour lire les essais d’Umberto Eco à la lumière d’aussi justes considérations !

Haut de page

Notes

1  G. Bonheur : Qui a cassé le vase de Soissons ? L’album de famille de tous les Français, Paris, Nathan, 1962. Nous citons d’après l’édition Folio Gallimard (1976), vol. I, pp. 42-46 et pp. 61-62.

2  Ibid., p. 42.

3  L’édition Delagrave n’est plus imprimée depuis 1962, et l’édition Nathan n’offre qu’un abrégé très succinct de l’original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « DE AMICIS (Edmondo). – Le livre Cœur », Histoire de l’éducation, 97 | 2003, 122-126.

Référence électronique

Mariella Colin, « DE AMICIS (Edmondo). – Le livre Cœur », Histoire de l’éducation [En ligne], 97 | 2003, mis en ligne le 12 octobre 2008, consulté le 23 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/477

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page