Navigation – Plan du site
Comptes rendus

ROLLIN. – Discours préliminaire du Traité des études

Introduction et notes de Jean Lombard, Paris : L’Harmattan, 1998. – 138 p.
Marcel Grandière
Référence(s) :

ROLLIN. – Discours préliminaire du Traité des études, Introduction et notes de Jean Lombard, Paris : L’Harmattan, 1998. – 138 p.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage remet en lumière le pédagogue sans doute le plus illustre du XVIIIe siècle (1661-1741), lequel garda aussi, au siècle suivant, une bonne place dans les bibliothèques, particulièrement dans celles des écoles normales d’instituteurs. Jean Lombard ne retient ici du Traité des études (1726-1728) que le « Discours préliminaire » enrichi de notes (pp. 62-138), mais précédé d’une intéressante et copieuse introduction (pp. 7-59) qui concerne l’ensemble de l’ouvrage du célèbre recteur de l’université de Paris. Sur quelle édition du texte s’appuie Jean Lombard ? Il est dommage que ce ne soit pas précisé.

2Le Traité des études occupe une position intermédiaire entre la pédagogie issue de l’humanisme et celle des philosophes des Lumières : c’est ce que tend à montrer Jean Lombard dans son introduction. Rollin reste attaché à l’humanisme, au modèle humain qu’il se propose de réaliser par l’éducation, à l’héritage gréco-latin et à ses valeurs d’harmonie, aux liens qui unissent le savoir et l’être. Mais sa démarche est aussi marquée par la méthode de pensée cartésienne, par les « considérations touchant les sciences » qui forment la première partie du Discours de la méthode. Il est encore l’héritier de la réflexion pédagogique des jansénistes desquels il fut proche : la formation du jugement doit l’emporter sur l’acquisition de connaissances, une position qui est au cœur de la critique déclenchée contre les collèges et qui finira par atteindre lourdement leur image et celle de leurs maîtres les plus éminents, les jésuites.

3C’est cet héritage janséniste qui donne au traité son aspect réellement novateur (Rollin se situe « résolument du côté du mouvement », p. 48) qui va lui assurer une carrière sur deux siècles : équilibre entre indulgence et fermeté, suivant les principes de Jacqueline Pascal formulés pour les pensionnaires de Port-Royal, place accordée au français (pour Nicole, le latin s’enseigne en français), importance de l’étude de l’histoire. Le collège « rend l’enfant capable d’étudier » (p. 48) selon la formule du chancelier d’Aguesseau. Se constitue ainsi tout un corpus d’idées qui feront leur chemin dans le siècle.

4Il n’est pas sûr toutefois, comme l’affirme l’auteur, que Rollin se situe dans un « intervalle apparemment voué aux pédagogues » (p. 7) qui aurait séparé les deux « temps forts » que représentent Descartes et Rousseau. La forte présence de Newton, accompagnée par celle de Locke, fait du célèbre savant un véritable maître à penser pour les pédagogues. La méthode des physiciens n’est certes pas conçue pour servir à l’instruction de la jeunesse, mais, dans les faits, elle devient pour ceux qui pensent à sortir l’éducation de sa routine, la méthode incontournable pour acquérir des connaissances, pour penser par soi-même, en dehors de la coutume et de l’autorité des Anciens dont on se sert de moins en moins. C’est ce qui fait que, dans le contexte éducatif de Rollin, la période de 1710-1740 est fondatrice des changements qui illumineront le siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcel Grandière, « ROLLIN. – Discours préliminaire du Traité des études », Histoire de l’éducation [En ligne], 85 | 2000, mis en ligne le 12 octobre 2008, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/440

Haut de page

Auteur

Marcel Grandière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page