Navigation – Plan du site
Comptes rendus

DE LUCA (Virginie), ROLLET (Catherine). – La Pouponnière de Porchefontaine. L’expérience d’une institution sanitaire et sociale.

Paris : L’Harmattan, 1999. – 213 p. (Logiques sociales)
Jean-Noël Luc
p. 176-177
Référence(s) :

DE LUCA (Virginie), ROLLET (Catherine). – La Pouponnière de Porchefontaine. L’expérience d’une institution sanitaire et sociale. – Paris : L’Harmattan, 1999. – 213 p. (Logiques sociales)

Texte intégral

1« Porchefontaine est une utopie réalisée » : tel est le bilan flatteur que dressent, au terme de leur étude, ces deux spécialistes de l’enfance et de l’assistance, démographes et membres du laboratoire Printemps de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines. La pouponnière de Porchefontaine, créée à l’origine pour aider les mères célibataires et sauver les nouveau-nés, s’installe dans un quartier de Versailles en 1893. Reconnue d’utilité publique en 1896, elle se développe ensuite sous la direction d’Olga Veil-Picard, sa présidente de 1904 à 1943. Les principes de la pouponnière reposent sur le solidarisme, philosophie quasi-officielle de la Troisième République, et sur les progrès médicaux dus au pastorisme. Les filles-mères y sont accueillies avec leur nourrisson, et formées aux cours ménagers et à la puériculture, en échange de quoi elles doivent allaiter et élever des enfants issus de la classe moyenne (souvent de mères employées, commerçantes ou institutrices). Le système fait des émules dans toute la France, à Antony par exemple, où la pouponnière Paul-Manchon est fondée en 1911 (son histoire est retracée dans une belle monographie, Recueillir… accueillir, publiée à l’occasion de l’exposition organisée en avril-mai 2000 par les Archives départementales des Hauts-de-Seine). Dans les années 1910, l’établissement de Porche-fontaine se transforme en véritable complexe médico-pédagogique : une consultation de nourrissons inspirée des Gouttes de lait voit le jour, complétée par une infirmerie, une société de placement des nouveau-nés (les Nids), un institut de puériculture apte à former des nurses et un centre de formation pour jeunes filles (la Nouvelle étoile, des petits enfants de France).

2Comme les centres maternels, la pouponnière de Porchefontaine souhaite donner la priorité à la relation mère-enfant. Mais, à la fois « crèche interne, nourricerie modèle [et] véritable pensionnat de nouveau-nés », elle se voit dans l’obligation de séparer les enfants en bas âge de leurs mères, requises par le travail salarié. Aérée, aseptisée, dirigée par un personnel médical compétent, la pouponnière ne s’en inscrit pas moins dans la tradition de l’élevage mercenaire décrié depuis la fin du xixe siècle. À partir de la Première Guerre mondiale, les critiques convergent qui dénoncent la rupture du lien maternel, la promiscuité dans les établissements, leur coût et leurs taux de mortalité excessifs (plus de 3 % en 1911). En 1921, une Maison maternelle est ouverte à Porchefontaine : en organisant des repos pré et post-nataux, elle vise à « attacher la mère à l’enfant ». Cette capacité d’évolution souligne le dynamisme d’une institution qui, à partir des années 1920, inscrit dans un encadrement médico-social complet la relation triangulaire entre la mère, son enfant et la puéricultrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Noël Luc, « DE LUCA (Virginie), ROLLET (Catherine). – La Pouponnière de Porchefontaine. L’expérience d’une institution sanitaire et sociale. », Histoire de l’éducation, 93 | 2002, 176-177.

Référence électronique

Jean-Noël Luc, « DE LUCA (Virginie), ROLLET (Catherine). – La Pouponnière de Porchefontaine. L’expérience d’une institution sanitaire et sociale. », Histoire de l’éducation [En ligne], 93 | 2002, mis en ligne le 15 janvier 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/339

Haut de page

Auteur

Jean-Noël Luc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page