Navigation – Plan du site
Notes critiques

MONTEL (Nathalie), Écrire et publier des savoirs au XIXe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866)

Presses universitaires de Rennes, 2015
Norbert Verdier
p. 122-125
Référence(s) :

MONTEL (Nathalie), Écrire et publier des savoirs au XIXe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866), Presses universitaires de Rennes, 2015

Texte intégral

1N. Montel étudie les Annales des ponts et chaussées (désignés désormais par APC) dès leur création en 1831 et suit leur évolution sous la monarchie de Juillet et le Second Empire afin de saisir les raisons qui poussent des ingénieurs (des ponts et chaussées) à écrire et publier leurs savoirs. L’étude est centrée sur le deuxième tiers du XIXe siècle, mais évoque aussi la période 1780-1830. N. Montel montre – à partir de son cas d’étude – que monde de l’édition et des savoirs techniques ne tissent de véritables rapports qu’au XIXe siècle.

2L’ouvrage est bâti en sept chapitres à partir de sources archivistiques, primaires (une centaine) et secondaires (presque deux cents). Deux index (d’environ cinq cents personnalités et d’une centaine de revues), une table d’une quinzaine de graphiques et d’une vingtaine de tableaux achèvent l’ouvrage. Notons l’absence de représentations en réseaux (pourtant appropriées pour synthétiser les complexités comme les organisations éditoriales) et quelques erreurs dans les index (comme la double erreur sur les dates de Liouville et de son Journal).

3Après un premier chapitre (« Pourquoi créer une revue en 1831 ? ») montrant la « victoire par étatisation » des APC en les plongeant dans le milieu éditorial des années trente (comparaison avec les Annales des mines et le Journal du génie civil), N. Montel focalise son deuxième chapitre (« Les défis d’une mise en revue des savoirs de l’ingénieur ») sur les ancêtres des APC. Elle s’intéresse précisément aux Collections lithographiques qui, entre 1821 et 1827, ouvrent, avec leurs 1 300 dessins relatifs à l’art de l’ingénieur, la voie à une revue dont le défi fut d’associer à la pratique de l’ingénieur une dimension iconographique et écrite. Le troisième chapitre (« La conception du périodique ») compare les intentions (du directeur général des ponts et chaussées et des mines Bérard et des douze membres de la commission éditoriale) et les réalisations effectives. Le quatrième chapitre (« Le travail éditorial : acteurs, organisation et modalités ») est centré sur la revue totalisant, sur 35 ans, environ un millier d’articles et sept cents planches. Une place importante est accordée aux divers acteurs de la revue relevant du champ scientifique, mais aussi matériel (éditeurs, imprimeurs et graveurs). Dans son cinquième chapitre (« Entre élaboration des savoirs et action administrative »), N. Montel montre que la dynamique éditoriale des APC résulte d’une logique interne, mais aussi d’une logique politico-administrative spécifique à ce périodique constituant la branche éditoriale d’une administration d’État.

4Dans « Une inscription durable dans le paysage éditorial » (Ch. 6), les APC sont confrontées aux revues concurrentes en France et à l’étranger. N. Montel s’attarde sur les revues d’Oppermann, comme ses Nouvelles annales de la construction qui sont, selon elle, une critique en acte des APC avec une réelle et nouvelle ouverture sur l’espace éditorial international (Europe et Amérique). Cependant, elle démontre que les APC s’inscrivent durablement grâce à une stratégie à « intérêts croisés » : c’est certes une entreprise collective de perfectionnements des savoirs de l’ingénieur d’État en devenant un espace de débat renouvelé et un « lieu de l’accumulation ordonnée de savoirs », mais c’est aussi un lien ténu entre les ingénieurs et leur administration de tutelle. Le dernier chapitre : « Le corps en représentation » s’appuie sur le concept de représentation de Bourdieu, cité en exergue, et sur la notion de corps désignant l’ensemble des ingénieurs des ponts et chaussées. Les APC ont construit et promu l’image sociale du corps des ponts. Pour y parvenir, N. Montel examine comment ces ingénieurs sont représentés en se livrant à une étude quantitative (81 % des articles sont signés par des ingénieurs des ponts avec une surreprésentation des plus gradés d’entre eux) et qualitative (faible intérêt pour tout ce qui se produit à l’étranger ou pour les autres acteurs participant aux constructions des ponts et des chaussées, étude matérielle du statut de signataire d’un article, étude de la rubrique nécrologique, etc.). Les APC ont ainsi propagé l’image d’un corps homogène savant et uni en édulcorant les polémiques au profit d’un ton et d’un style « adaptés à l’éthique de modestie et d’humilité valorisée dans le milieu des ingénieurs, mais aussi garants de pondération dans le jugement ». Par divers artifices, les APC ont contribué à l’« édification d’un panthéon de papier » du corps des ponts et chaussées.

5Par le fonds archivistique finement exploité, l’ouvrage est important pour l’histoire de ce corps d’État (ayant fusionné récemment avec le corps des eaux et forêts : cf. La Jaune et la Rouge, n° 719, novembre 2016). Il possède néanmoins les défauts de ces qualités. Centré sur les archives parisiennes, il oublie les fonds de province (tels ceux des différentes académies savantes, des archives municipales ou départementales) sous exploités par les historiens. Leur utilisation aurait permis d’éclaircir le fait que certains ingénieurs des ponts publient ailleurs que dans les revues des ponts (comme Saint-Guilhem dont il est seulement dit que deux de ses mémoires sont refusés par les APC). Cela aurait permis également de traiter le cas de grands oubliés de l’ouvrage comme ces successeurs de Brémontier – l’aménageur de la forêt des Landes – qui illustrent le rapport entre des ingénieurs des ponts et les éléments naturels : les Potel à Belle-Île en mer, Lescure-Bellerive en Gironde, etc. Au niveau historiographique, regrettons l’absence de mention des études d’A. Moatti sur Coriolis ou encore des travaux de K. Chatzis sur ce sujet (École des ponts et chaussées, parcours et contributions de certains ingénieurs des ponts, etc.).

  • 1 Jean Dhombres, « Le journal professionnel au XIXe siècle : enjeux généraux d’une enquête en cours » (...)
  • 2 Cf. Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Seuil, 2004 ; D. Kalifa, P. Régnier, M-È (...)
  • 3 Cf. P. Bret & J.-L. Chappey, « Spécialisation vs encyclopédisme ? », La Révolution française. Cahie (...)

6L’ouvrage est conçu sur une pulsation annoncée entre histoire de l’édition et histoire des savoirs et des techniques. Ce rapprochement, rarement mis en avant par les historiens, est potentiellement puissant. Mais les sources mobilisées sont anciennes. Ainsi, depuis l’étude programmatique de J. Dhombres1, des dizaines de travaux, non cités, ont été publiés. Leur connaissance aurait permis d’autres éclairages. Pour n’en citer que quelques-uns, la connaissance de la littérature sur la presse généraliste2 aurait permis d’affiner l’étude matérielle et conceptuelle des supports spécifiques que sont les périodiques ; la connaissance sur la presse scientifique3 aurait permis de mieux réinterroger le changement de paradigme supposé entre un XVIIIe siècle encyclopédiste et un XIXsiècle spécialisé et professionnel ; la connaissance de la littérature sur la presse mathématique aurait permis de comprendre l’utilisation par certains ingénieurs des ponts de cette presse pour faire connaître leurs apports, mais aussi pour candidater à l’Académie des sciences, etc. De même, l’historiographie sur la presse scientifique et technique étrangère est absente. Des études comparatives auraient renforcé la connaissance et la spécificité des APC.

7Le récit de N. Montel est de référence, mais en appelle d’autres, fruits de nouvelles lectures référentes et archives. L’histoire est une mise en intrigue renouvelée pour mieux saisir les liaisons objectives des faits et l’organisation qui en résulte. Ici, il s’agissait de saisir l’organisation d’une branche de l’administration d’État à partir d’une revue exclusivement dédiée à l’art de construire.

Haut de page

Notes

1 Jean Dhombres, « Le journal professionnel au XIXe siècle : enjeux généraux d’une enquête en cours », Rivista di Storia della Scienza, II/2, 1994, p. 99-136.

2 Cf. Christophe Charle, Le siècle de la presse (1830-1939), Seuil, 2004 ; D. Kalifa, P. Régnier, M-È Thérenty & A. Vaillant, La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Nouveaux Mondes éditions, 2011.

3 Cf. P. Bret & J.-L. Chappey, « Spécialisation vs encyclopédisme ? », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, n° 2, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norbert Verdier, « MONTEL (Nathalie), Écrire et publier des savoirs au XIXe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866) », Histoire de l’éducation, 146 | 2016, 122-125.

Référence électronique

Norbert Verdier, « MONTEL (Nathalie), Écrire et publier des savoirs au XIXe siècle. Une revue en construction : les Annales des ponts et chaussées (1831-1866) », Histoire de l’éducation [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3247

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page