Navigation – Plan du site
Notes critiques

KAHN (Pierre), MICHEL (Youenn) (dir.), Formation, transformations des savoirs scolaires : histoire croisée des disciplines, XIXe-XXe siècles

Caen : Presses universitaires de Caen, 2016
Catherine Radtka
p. 114-117
Référence(s) :

KAHN (Pierre), MICHEL (Youenn) (dir.), Formation, transformations des savoirs scolaires : histoire croisée des disciplines, XIXe-XXe siècles, Caen : Presses universitaires de Caen, 2016

Texte intégral

  • 1 Ce programme conduit de 2007 à 2011 avec le soutien de l’ANR a donné lieu à trois ouvrages : R. d’E (...)
  • 2 La question des PEGC a également été abordée dans le cadre de la recherche REDISCOL. Voir sur ce po (...)

1Le volume coordonné par P. Kahn et Y. Michel s’insère dans une série de publications parues dans les dernières années sur les transformations de l’enseignement en France après la Seconde Guerre mondiale, en lien notamment avec le programme de recherche « Réformer les disciplines scolaires. Enjeux, institutions, acteurs, 1945-1980 » (REDISCOL)1. Pour autant, malgré une continuité évidente (voir les contributions de C. Cardon-Quint et M.-F. Bishop sur les lettres, J. Lebaume sur la technologie, E. Auvray et Y. Forune sur l’EPS ou encore F. Charles sur la physique), ce volume élargit la focale à d’autres disciplines ou objets d’enseignement, la géographie à travers les textes de M. Roumégous et J.-P. Chevalier, les langues régionales par Y. Michel, l’éducation artistique par N. Dupont, l’histoire par P. Legris, et les sciences économiques et sociales par É. Châtel ; mais aussi à des « savoirs scolaires » ou « savoirs sur l’école », avec le texte de J.-Y. Seguy sur les classes d’orientation et les rapprochements et distinctions qui s’établissent dans l’entre-deux-guerres entre pédagogie et psychologie, celui de M.-N. Allart-Gondouin sur les interprétations données, à l’époque de la commission Langevin-Wallon, à la notion d’enseignement général culturel pour les ouvriers et les employés, et celui, enfin, de P. Mazereau sur l’enseignement spécialisé dans les années 1960 et les principes psychologiques et pédagogiques à son fondement. Le volume aborde aussi une période bien plus large que le programme REDISCOL ne le faisait, du début du XIXe siècle avec le chapitre de C. Le Lay sur la « science des astres » jusqu’aux années 2000 avec les chapitres d’É. Châtel et celui d’A. Belhadjin et M. Lopez sur le français dans l’enseignement professionnel. Il est enrichi par des éclairages sur des groupes d’acteurs et leur rapport aux méthodes pédagogiques ou aux réformes disciplinaires, comme la Société française de pédagogie abordée pour la période de l’entre-deux-guerres par L. Guttierez, ou le corps des professeurs d’enseignement général des collèges (PEGC) valence éducation physique et sportive étudié par D. Bret et A. Le Moal2. Enfin, le volume inclut également des perspectives internationales : le chapitre de L. Giacardi sur le projet de réforme de l’enseignement des mathématiques au début du XXe siècle en Italie, et celui d’E. Zardo Búrigo sur les mathématiques modernes au Brésil dans les années 1960 et l’influence de Lucienne Félix.

2L’ensemble, on le voit, brille par sa diversité. Revendiquée dans l’introduction, cette diversité y est aussi utilement éclairée par la mise en regard d’approches ou de traditions historiographiques variées (p. 10-14). Lorsque l’on considère le résultat obtenu dans ce volume, l’ensemble constitue plutôt une invitation à des parcours de lecture multiples, aidés par l’appareil éditorial que constituent la présentation des contributions et le plan de l’ouvrage, les résumés, et les index (des matières et des noms). Des parcours qui répondront et stimuleront la curiosité des lecteurs en les invitant à découvrir des acteurs et des disciplines qui ne sont pas au centre de leur travail, mais aussi en offrant des jalons et des éléments nouveaux sur certaines disciplines ou groupements professionnels peu ou moins étudiés dans l’historiographie, comme la cosmographie (limitation imposée à la science des astres dans le secondaire masculin au XIXe siècle que présente C. Le Lay), l’éducation artistique (mise en regard par N. Dupont avec les politiques culturelles ne relevant pas de l’Éducation nationale), les langues régionales (auxquelles Y. Michel a consacré sa thèse de doctorat), la société française de pédagogie (présentée par L. Guttierez et mise en regard du domaine, davantage travaillé, de l’éducation nouvelle), ou encore la question de l’enseignement d’une discipline dans un ordre ou segment scolaire pour lequel l’historiographie connaît un développement récent (le lycée professionnel dont traitent A. Belhadjin et M. Lopez, qu’il faut inscrire plus largement dans la question de la formation professionnelle ou technique), en éclairant par le biais des savoirs scolaires la question de l’autonomie de l’école vis-à-vis de la psychologie (qui distingue le cas français de l’entre-deux-guerres traité ici par J.-Y. Séguy de celui britannique par exemple où le recours aux tests de quotient intellectuel et la tendance à la classification des « esprits » ou « types d’intelligence » ont été beaucoup plus marqués), ou encore en replaçant le cas français dans l’ensemble international par le biais de comparaisons (ce que suggère le chapitre de L. Giacardi qui invite à relire les travaux qui avaient été consacrés à la réforme des lycées de 1902) ou d’études de circulations d’acteurs et d’idées (dont relève l’approche d’E. Zardo Búrigo).

  • 3 Le croisement entre mathématiques et français est plus amplement développé dans le chapitre, rédigé (...)

3La diversité affichée par le volume présente toutefois une contrepartie et l’on peut s’interroger sur le degré d’unité obtenu par l’ensemble. Les deux questionnements sous-jacents de l’ouvrage (d’une part, les enjeux intra- et extra-disciplinaires de l’émergence et de la transformation des disciplines scolaires et, d’autre part, les acteurs et les dispositifs de réforme) précisés en introduction ne semblent pas ici suffire pour faire émerger une thèse, un axe de lecture qui permettrait de dépasser la thèse fondatrice de l’autonomie scolaire des disciplines. Surtout, on pourra regretter que l’ambition du sous-titre (« histoires croisées des disciplines ») ne soit en grande partie laissée à la charge du lecteur. S’il s’agit peut-être d’une promesse imposée par la maison d’édition, il est dommage qu’elle ne trouve pas davantage de concrétisation ici : les ébauches de croisements entre disciplines, comme celles que propose C. Cardon-Quint entre le français et les mathématiques3, ou entre disciplines et savoirs sur l’école, présentes dans la contribution de J.-P. Chevalier (à travers les liens établis entre géographie, éveil et didactique de la géographie), et plus nettement développées dans les contributions regroupées dans la dernière section de l’ouvrage intitulée « réformes institutionnelles et savoirs scolaires » indiquent bien la richesse d’une démarche qui croiserait contenus, structures, acteurs et publics de l’enseignement d’une manière plus systématique. Peut-être y aurait-il là une piste à suivre pour, tout en tirant profit de ses leçons, dépasser l’affirmation de l’autonomie scolaire et comprendre les relations toujours situées historiquement qui déterminent la valeur, les enjeux et les fonctions des disciplines scolaires dans une société.

Haut de page

Notes

1 Ce programme conduit de 2007 à 2011 avec le soutien de l’ANR a donné lieu à trois ouvrages : R. d’Enfert, P. Kahn (dir.), En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Quatrième République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2010 ; R. d’Enfert, P. Kahn (dir.), Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Cinquième République, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011 ; et R. d’Enfert, J. Lebeaume (dir.), Réformer les disciplines. Les savoirs scolaires à l’épreuve de la modernité, 1945-1985, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

2 La question des PEGC a également été abordée dans le cadre de la recherche REDISCOL. Voir sur ce point D. Bret, « Les professeurs d’enseignement général de collège, un corps entre deux ordres », in R. d’Enfert, J. Lebeaume (dir.), Réformer les disciplines, op. cit., p. 155-179. Elle est ici mise en regard de la discipline « éducation physique et sportive ».

3 Le croisement entre mathématiques et français est plus amplement développé dans le chapitre, rédigé à plusieurs mains par Clémence Cardon-Quint, Renaud d’Enfert et Hélène Gispert, « Démocratiser, orienter, sélectionner : l’enseignement du français et des mathématiques dans le second degré (1945-années 1980) », in R. d’Enfert, J. Lebeaume (dir.), Réformer les disciplines, op. cit., p. 37-60.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Radtka, « KAHN (Pierre), MICHEL (Youenn) (dir.), Formation, transformations des savoirs scolaires : histoire croisée des disciplines, XIXe-XXe siècles », Histoire de l’éducation, 146 | 2016, 114-117.

Référence électronique

Catherine Radtka, « KAHN (Pierre), MICHEL (Youenn) (dir.), Formation, transformations des savoirs scolaires : histoire croisée des disciplines, XIXe-XXe siècles », Histoire de l’éducation [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2016, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3243

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page