Navigation – Plan du site
Notes critiques

FONTAINE (Alexandre), Aux heures suisses de l'école républicaine. Un siècle de transfert culturel et de déclinaisons pédagogiques dans l'espace franco-romand

Paris, Demopolis, 2015
Jérôme Krop
p. 117-119
Référence(s) :

FONTAINE (Alexandre), Aux heures suisses de l'école républicaine. Un siècle de transfert culturel et de déclinaisons pédagogiques dans l'espace franco-romand, Paris, Demopolis, 2015.

Texte intégral

1L'année 2015 a connu la publication de deux livres mettant en évidence l'importance du rôle de la circulation internationale des idées pédagogiques et des retours d'expérience des hommes politiques, des hauts fonctionnaires et surtout des pédagogues qui ont fondé au XIXe siècle les systèmes scolaires, alors que ceux-ci sont restés jusqu'à nos jours perçus comme des constructions institutionnelles nées dans un cadre strictement national. Après le travail de Damanio Matasci qui a montré, dans L’école républicaine et l’étranger, comment l’école républicaine s’est largement construite sous la IIIe République en référence à des modèles étrangers, que ce soit celui de la Prusse ou des États-Unis, Alexandre Fontaine nous propose dans cet ouvrage d’analyser plus spécifiquement ces interactions entre la France et la Suisse romande. Aboutissement d’une recherche doctorale soutenue en juin 2013 à l’université Paris VIII mais menée en co-tutelle internationale sous la direction de Volker Reinhardt et de Michel Espagne, cet ouvrage nous propose une analyse stimulante du rôle de la Suisse romande comme plaque tournante des transferts culturels inhérent à l’essor de la réflexion pédagogique au XIXe siècle, particulièrement pendant la période du Second Empire au cours de laquelle elle accueille nombre de Français en exil politique, qui joueront un rôle majeur après 1870.

2L’auteur dresse un portrait très suggestif de la vie des proscrits républicains. Bien que l’épisode soit déjà bien connu, le lecteur français est évidemment très attentif au séjour de Ferdinand Buisson, professeur à l’académie de Neuchâtel de 1866 à 1870, pour observer l’intérêt qu’a engendré sa présence en Suisse mais aussi les polémiques qu’elle a parfois suscitées. Mais surtout, l’auteur montre que la Suisse romande a été le lieu où la législation scolaire française du début des années 1880 est née, au-delà du cadre national, de la fermentation des idées dans une constellation pédagogique européenne. La Suisse en serait le centre en tant qu’espace de structuration d’une possible association pédagogique universelle. À ce propos, un des grands mérites de ce travail réside dans la mise en exergue du rôle d’Alexandre Daguet, célèbre pédagogue suisse, élève du Père Girard qui introduisit l’enseignement mutuel en Suisse, à travers la lecture systématique de son journal l’Éducateur et l’analyse d’une correspondance de 3 000 lettres témoignant de l’importance de son insertion au cœur des réseaux internationaux qui se structurent dans la seconde moitié du XIXe siècle. Cependant, il faut insister sur le caractère foisonnant de cet ouvrage qui fait se croiser la plupart des grandes figures pédagogiques de cette époque pour mettre au jour les flux croisés au sein de l’espace francophone. Par exemple, il montre bien comment les fondateurs de l’école de la IIIe République ont réinterprété et transféré des éléments de morale laïque de l’espace helvétique vers la France, avant que les réalisations scolaires de la IIIe République viennent en retour alimenter la réflexion des autorités scolaires de la Suisse romande.

3Plus généralement, en nous plongeant au cœur des interactions dont la Suisse romande a été le théâtre au XIXe siècle, Alexandre Fontaine interroge le concept de modèle qui empêche d’appréhender les hybridations pédagogiques et culturelles. À cette époque déjà, la comparaison internationale, notamment lors des expositions universelles, générait l’angoisse persistante d’un déclassement au gré de tables statistiques comparatives souvent discutables. Cette notion de modèle fait florès aujourd’hui par la transformation des évaluations internationales des systèmes scolaires en palmarès médiatique. Le grand mérite de ce livre est de souligner le rôle de la création d’un champ intellectuel international, reposant largement sur la libre collaboration et l’échange, dans l’élaboration du cadre conceptuel qui a permis historiquement la mise en œuvre des politiques de développement de la scolarisation des nations européennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Krop, « FONTAINE (Alexandre), Aux heures suisses de l'école républicaine. Un siècle de transfert culturel et de déclinaisons pédagogiques dans l'espace franco-romand », Histoire de l’éducation, 144 | 2015, 117-119.

Référence électronique

Jérôme Krop, « FONTAINE (Alexandre), Aux heures suisses de l'école républicaine. Un siècle de transfert culturel et de déclinaisons pédagogiques dans l'espace franco-romand », Histoire de l’éducation [En ligne], 144 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3087

Haut de page

Auteur

Jérôme Krop

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page