Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Arnal (Thierry), Terret (Thierry). Aux origines de la gymnastique moderne

Valenciennes : Presses universitaires de Valenciennes, 2012
Carine Érard
p. 179-180

Texte intégral

1En réunissant les travaux de trois générations d’historiens et d’historiennes, Thierry Terret et Thierry Arnal nous proposent de revenir Aux origines de la gymnastique moderne, « pour offrir, sinon une synthèse, du moins un bilan provisoire et suggérer de nouvelles pistes de réflexion ». Cette thématique des origines de la gymnastique n’est en effet pas nouvelle. L’introduction en rappelle à ce titre assez bien ses principales inflexions historiographiques (depuis les années 1960).

2Avec une première partie d’ouvrage qui s’attache aux conditions de développement de la gymnastique, on en comprend bien la « genèse ». Fruit d’un héritage antique reformulé, amalgame de jeux de l’époque moderne et des nouveaux loisirs du siècle des Lumières, cette gymnastique « nouvelle » s’est constituée en exercice pensé avec raison pour optimiser son effet sur les fragilités corporelles et les facultés de l’âme (S. Vaucelle). Produit de conceptions parfois contradictoires de l’Homme (de la nature des interactions entre ses facultés), elle est au principe du renouvellement des pédagogies corporelles et de leurs usages (T. Arnal). Comme le souligne G. Vigarello, « le contexte fait aussi l’invention du mouvement ». Si la gymnastique culturiste et le développement d’une force calculée étaient « pensables » au début du XIXe siècle, et pourtant non réalisés, c’est qu’ils accompagnent un contexte plus tardif et daté : un contexte plus individualiste et concurrentiel dans lequel se développent une vision nouvelle des engraissements, des grosseurs et du développement personnel, une conviction de possible mobilité sociale, une plus stricte surveillance des mouvements dans des dispositifs industriels bouleversés et le souhait de mesurer les gestes pour mieux les rentabiliser.

3Les contributions de la deuxième partie s’attachent ensuite aux résistances, échecs et conditions du déclin de la gymnastique, en s’appuyant sur des exemples pris aux confins de l’école, de l’armée et de l’hygiène : les bataillons scolaires (T. Froissart ; H. Humbert et T. Terret), la gymnastique scolaire en collège et lycée du Nord entre 1869 et 1914 (P. Marchand) et les origines de l’éducation physique pour les filles au sein de la ligue girondine d’éducation physique (N. Bazoge).

4En traitant enfin des « frontières, modèles et contre-modèles » (allemands notamment), les auteurs nous montrent la difficile intégration de la gymnastique en Belgique (P. Delheye) tout comme le poids du modèle allemand. Ainsi, dans le contexte de rivalité franco-allemande, la gymnastique apparaît comme un espace où se forge et se montre une nouvelle masculinité (J. Saint-Martin). La germanophobie n’est en outre pas sans teinter « l’Éducation physique » d’un Pascal Grousset qui vante les mérites d’une gymnastique aux agrès pour « fondre les esprits dans le moule républicain et patriotique » (P.-A. Lebecq). La gymnastique a aussi représenté un véritable outil de séduction politique comme en atteste la préoccupation d’Edwin Manteuffel (1879-1885) qui œuvre en faveur d’une éducation physique héritée en grande partie du Turnen allemand (E. Dreidemy).

5En guise de conclusion, c’est une mise en perspective du travail socio-historique pionnier et fondateur, L’excellence corporelle, qui nous est livrée avec d’autant plus d’intérêt qu’elle est réalisée par l’auteur lui-même et avec toutes les qualités d’acuité et de pertinence historiques qu’on lui connaît. En revenant sur les aspects historiques les plus saillants et travaillés de son histoire de la genèse et de l’institutionnalisation de la gymnastique, J. Defrance nous permet de revenir sur un ouvrage majeur dans l’histoire des pédagogies corporelles.

6Si chacune des contributions nous offre sans conteste l’occasion de se pencher sur les origines de la gymnastique, on peut tout de même regretter l’absence (en introduction, ou conclusion ou pour chacune des parties) de synthèse et/ou de mise en perspective serrées des travaux rassemblés dans l’ouvrage : leur profondeur historique en aurait été plus explicite et mieux mise en valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Érard, « Arnal (Thierry), Terret (Thierry). Aux origines de la gymnastique moderne », Histoire de l’éducation, 137 | 2013, 179-180.

Référence électronique

Carine Érard, « Arnal (Thierry), Terret (Thierry). Aux origines de la gymnastique moderne », Histoire de l’éducation [En ligne], 137 | 2013, mis en ligne le 08 octobre 2014, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2639

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page