Navigation – Plan du site
Compte rendu

BROSSEAU (Marc), Les manuels de géographie québécois. Images de la discipline, du pays et du monde 1800-1960

Québec, Presses de l’université Laval, 2011, 170 p.
Yann Calbérac
p. 149-150
Référence(s) :

BROSSEAU (Marc), Les manuels de géographie québécois. Images de la discipline, du pays et du monde 1800-1960, Québec, Presses de l’université Laval, 2011, 170 p.

Texte intégral

1Marc Brosseau, professeur de géographie à l’université d’Ottawa, travaille depuis longtemps sur le corpus des manuels de géographie québécois dont il est l’un des spécialistes reconnus. Cet ouvrage qui reprend des textes qu’il a écrits (seul ou en collaboration avec Vincent Berdoulay) tout au long de son parcours permet de faire le point sur les recherches qu’il mène sur cet objet et de dégager des axes de recherche féconds. C’est en effet un objet dont Marc Brosseau a parfaitement montré la richesse, d’autant plus qu’il l’étudie dans une période très longue (celle de la construction du territoire et de la nation québécois) qui va de 1800 à 1960 : il permet non seulement d’étudier l’évolution de la géographie scolaire et ses liens avec les géographies savantes et plus largement la demande sociale que suscite cette discipline, mais aussi d’observer l’autonomisation de la géographie québécoise en même temps que le Québec se construit. Les manuels scolaires cristallisent donc des questionnements aux confluents de l’histoire et de l’épistémologie de la géographie, de l’histoire de l’éducation, mais aussi de l’histoire sociale des auteurs et des usagers de ces manuels, ainsi que de l’histoire politique et intellectuelle.

2L’ouvrage commence ainsi par une présentation externe du corpus : la forme, les partis pris éditoriaux, les contenus sont abordés, ce qui permet de mettre en avant la cohérence et l’homogénéité des manuels tout au long de la période. L’accent est mis sur leurs auteurs, notamment les religieux qui ont joué un grand rôle dans la promotion de l’enseignement. Ces manuels permettent aussi d’interroger les évolutions de la discipline : c’est l’objet de la deuxième partie qui étudie, à partir du contenu des manuels, la construction d’une discipline géographique qui s’autonomise de la double tutelle des discours thomistes et de la géographie vidalienne. Une école québécoise se développe progressivement au contact de la géographie française ; le rôle de Raoul Blanchard, passeur entre les deux rives de l’Atlantique, dans l’émergence de cette école est bien étudié. Par leur approche régionale, les manuels donnent aussi à voir le monde et sa complexité. Pour beaucoup d’écoliers, ces manuels sont en effet la seule source de connaissances sur le globe. Mais c’est aussi un instrument privilégié pour comprendre la construction progressive de l’espace québécois et l’organisation du territoire : le discours scientifique se double alors d’un discours militant et idéologique. Le principal intérêt de l’ouvrage est de montrer que le territoire est une composante essentielle du nationalisme québécois, au même titre que la langue française et la religion. On appréciera enfin que de nombreuses illustrations regroupées dans des intermèdes thématiques permettent de donner à voir ces manuels et leur matérialité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Calbérac, « BROSSEAU (Marc), Les manuels de géographie québécois. Images de la discipline, du pays et du monde 1800-1960 », Histoire de l’éducation, 135 | 2012, 149-150.

Référence électronique

Yann Calbérac, « BROSSEAU (Marc), Les manuels de géographie québécois. Images de la discipline, du pays et du monde 1800-1960 », Histoire de l’éducation [En ligne], 135 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 22 août 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2575

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page