Navigation – Plan du site
Notes critiques

VICTORIEN (Sophie), Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1975

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, 317 p., (coll. « Histoire »)
Catherine Dorison
p. 143-146
Référence(s) :

VICTORIEN (Sophie), Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1975, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, 317 p., (coll. « Histoire »)

Texte intégral

1L’ouvrage de Sophie Victorien, issu d’une thèse soutenue en 2009, est consacré à l’histoire de l’éducation spécialisée en Seine-Maritime de 1945 au milieu des années 1980. L’étude s’attache aux établissements privés, fondés par des associations et auxquels sont confiés des mineurs « inadaptés », délinquants ou en danger. Le choix d’étudier ces établissements est justifié par l’importance du secteur privé dans ce département, qui, comme le souligne l’auteur « remplit un service public ».

2La première partie est consacrée au contexte de la création des établissements dans l’immédiat après-guerre. L’application des ordonnances du 2 février et du 1er septembre 1945 sur la justice des mineurs est rendue difficile en Seine-Maritime par la quasi absence d’établissements spécialisés, alors même que le département a été particulièrement détruit et que la délinquance juvénile liée à la guerre et à la présence de troupes allemandes puis américaines « semble atteindre des proportions inquiétantes » (p. 61). Les initiatives de création vont venir du secteur associatif catholique avec l’Entraide Sainte-Marie créée par l’abbé Bernard Daubeuf et du mouvement quaker au Havre autour d’André Colleu, à l’origine de l’association fraternelle de Beuzevillette. Plusieurs catégories d’établissements sont créées. Un centre d’observation (L’Éclaircie à Rouen), des internats de rééducation (le logis Saint-François de Thiétreville, le foyer fraternel de Beuzevilette), des foyers de semi-liberté accueillant les jeunes quittant l’internat (l’association du Val d’Aubette à Saint-Aubin-Epinay, le foyer Les terrasses à Bois-Guillaume, le foyer de Trigauville au Havre). Ces établissements sont destinés aux garçons. Pour les filles n’existent que quelques établissements tenus par des congrégations religieuses qui ne réussiront pas à faire évoluer leurs méthodes éducatives.

3La deuxième partie, intitulée « Rencontre avec les pensionnaires des établissements spécialisés », fondée sur l’étude de 2 300 dossiers individuels est particulièrement intéressante. Reconstituant le parcours des jeunes pensionnaires, l’auteure montre que seuls 8 % sont passés par des centres d’observation, que les internats reçoivent à la fois des jeunes placés par décision de justice et des mineurs en danger. Empruntant les catégories des sociologues de la jeunesse, l’auteure construit une grille de lecture des dossiers particulièrement sensible à la façon dont la souffrance des jeunes placés s’inscrit dans les corps. La lecture des courriers lui permet de saisir les relations entre les jeunes et leurs familles ou les liens qu’ils tissent avec les établissements.

4La recherche des « causes de l’inadaptation » conduit l’auteure à une présentation synthétique et illustrée des enquêtes menées dans les années 1950 sur les conditions de vie dans le quartier de La Croix de Pierre à Rouen. Elle utilise les rapports établis par les assistantes sociales, les éducateurs, et les psychologues pour présenter les difficultés du milieu familial des pensionnaires. On peut cependant regretter que ces rapports soient traités comme des témoignages et que les catégories utilisées par ceux que l’auteur nomme les « experts de l’enfance » ne soient pas étudiées en tant que telles.

5La troisième partie analyse « les caractéristiques et l’évolution des structures associatives en faveur des jeunes en difficulté ». Les conseils d’administration des associations sont constitués d’un noyau de personnalités appartenant principalement à la bourgeoisie rouennaise, qui mettent au service de l’association leurs réseaux pour l’obtention de l’agrément, l’attribution de subventions, etc. Mais le financement des établissements dépend quasi uniquement du remboursement des « prix de journée » par le ministère de la Justice et l’Aide sociale à l’enfance, les dons étant très rares. « Le service public » rendu par les établissements est contrôlé par les organismes de tutelle, qui n’ont cependant ni les moyens de visites inopinées ni de réelles possibilités de coercition. À partir des années 1970, les évolutions dans les politiques de prévention privilégiant le maintien de l’enfant dans la famille ou le placement familial entraînent une diminution des placements en établissement et en fragilisent l’équilibre financier.

  • 1 Sur la question de l’évolution de la profession d’éducateur, le lecteur trouvera des développements (...)

6Les derniers chapitres sont consacrés au personnel et aux évolutions des méthodes utilisées. Au début de la période, les directeurs ont un rôle prépondérant et les éducateurs peu nombreux manquent de formation. Les méthodes utilisées sont très marquées par le scoutisme et les valeurs catholiques. Les éducateurs se professionnalisent progressivement et, après 1968, leurs références à des théories éducatives comme celle de Neill les conduisent à s’opposer à des formes antérieures d’éducation1.

7À différents moments, et particulièrement dans la dernière partie, l’auteur souligne l’effet des évolutions sociales sur les modalités de prise en charge de ces enfants et adolescents, en particulier la montée du chômage qui rend très difficile la rééducation par le travail. Mais on peut regretter que dans la deuxième partie l’auteure n’utilise pas une périodisation fine prenant en compte ces évolutions, qui mettrait en évidence les transformations dans les publics accueillis.

8L’auteure a mené un important travail sur des archives privées originellement non classées, à partir desquelles elle a constitué une base de données dont elle tire des tableaux statistiques récapitulatifs clairs. L’analyse très précise de l’histoire des établissements de ce département est toujours située par rapport aux évolutions de ce secteur au niveau national. Cette mise en perspective permet de mesurer ce que peut signifier, à une période donnée et dans un contexte particulier, telle décision prise au niveau national, ou ce qu’il en est du poids des différentes catégories d’acteurs. Ainsi, alors que les psychiatres sont censés jouer un rôle clé dans l’observation et l’orientation des jeunes tant dans les centres d’observation que dans les internats, l’auteure montre comment cette catégorie d’acteurs est faiblement et tardivement représentée en Seine-Inférieure.

9Les qualités d’écriture de l’auteur lui permettent de croiser avec une grande maîtrise la présentation des enjeux globaux, l’examen détaillé de l’histoire des établissements et l’analyse des dossiers individuels des jeunes.

Haut de page

Notes

1 Sur la question de l’évolution de la profession d’éducateur, le lecteur trouvera des développements approfondis dans la thèse de Samuel Boussion : Les éducateurs spécialisés et leur association professionnelle l’ANEJI de 1947 à 1967. Naissance et construction d’une profession sociale, université d’Angers, 2007 (accessible en ligne).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Dorison, « VICTORIEN (Sophie), Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1975 », Histoire de l’éducation, 135 | 2012, 143-146.

Référence électronique

Catherine Dorison, « VICTORIEN (Sophie), Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L’éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1975 », Histoire de l’éducation [En ligne], 135 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2567

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page