Navigation – Plan du site
Notes critiques

GUIGNET (Philippe), CHANET (Jean-François) (éd.), « Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle. En mémoire à Alain-René Michel »

Revue du Nord, hors-série, collection Histoire, no 23, 2009, 278 p.
André Encrevé
p. 135-138
Référence(s) :

GUIGNET (Philippe), CHANET (Jean-François) (éd.), « Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle. En mémoire à Alain-René Michel », Revue du Nord, hors-série, collection Histoire, no 23, 2009, 278 p.

Texte intégral

1Maître de conférence en histoire contemporaine, Alain-René Michel est décédé brutalement, en 2006. Agrégé d’histoire, il avait soutenu en 1985 une thèse de troisième cycle sur la Jeunesse étudiante chrétienne et, en 2002, une habilitation à diriger les recherches intitulée Catholiques en démocratie, l’Association catholique de la jeunesse française, 1918-1956. En 2007, ses collègues et amis ont organisé, en hommage à sa mémoire, une journée d’études intitulée « Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle », dont les actes sont parus dans ce volume hors-série de la Revue du Nord.

2Naturellement, comme c’est de règle pour ce genre de publication, les communications possèdent une assez grande diversité. Sans chercher, évidemment, à les citer toutes nous allons signaler les principaux points évoqués dans cet ouvrage, qui se focalise surtout sur les diverses formes d’action entreprises par des catholiques français en direction de la jeunesse. Après une présentation de l’œuvre historique d’A.-R. Michel par Yves-Marie Hilaire, et, en quelque sorte en complément, une étude de Jacques Prévotat sur un aumônier ayant joué un rôle important dans la vie de l’ACJF, les communications s’ordonnent autour de trois thèmes. Le premier, intitulé « Scoutisme, mouvements associatifs et culturels », permet, en particulier, de mesurer l’importance du scoutisme catholique dans le nord de la France. D’autant plus que, rappelle Jean-Jacques Gauthé, le « Nord-Pas-de-Calais reste [aujourd’hui] une région de masse pour les Scouts et guides de France » et que « le scoutisme continue à marquer profondément les jeunes qui y passent » (p. 50). Dans cette région le scoutisme possède d’ailleurs des formes d’expression originales, comme le montre Emmanuelle Loyer en s’attachant à l’itinéraire de Léon Chancerel, le fondateur d’une troupe théâtrale, celle des Comédiens routiers, qui représente l’une « des expériences les plus palpitantes de l’histoire du théâtre populaire français » (p. 53). Cette troupe n’est pas sans rapports avec le « Groupe octobre » de Jacques Prévert, cette sorte d’avant-garde du Front populaire. Tant il est vrai que, tout en visant des buts différents, s’ils veulent toucher les jeunes de leur temps, les animateurs des mouvements de jeunesse sont souvent conduits à adopter des formes d’action qui se ressemblent sur certains points.

3Le second thème est intitulé « Des mouvements au roman : l’évangélisation des jeunes ». On y trouve une analyse de la littérature catholique destinée à la jeunesse. Cela nous vaut, en particulier, une étude très sérieuse de l’hebdomadaire catholique Cœurs vaillants. Né dans les patronages catholiques, dans un but de formation, il connaît un grand succès puisque, fondé en 1928, il possède 5 000 abonnés dès 1935, 120 000 en 1937 et 155 000 en 1956. Or, explique Philippe Guignet, il présente une conception de l’éducation religieuse, selon laquelle « le christianisme est d’abord un humanisme » (p. 117) et donc qu’en « éduquant au vrai, au beau, au bien, à la culture, à la connaissance, on ne s’écarte pas de sa mission d’éducateur chrétien » (p. 117) ; d’autant plus que son supplément, apparu en 1960, ne répugne pas « à se faire l’écho des tumultes du monde » (p. 118). Toutefois, la rapide évolution de la société française dans les années 1960 induit de profondes modifications dans les centres d’intérêts de la jeunesse. Si bien qu’un fossé se creuse « entre les exigences éthiques du journal et les attraits d’un mouvement en harmonie avec une société de consommation amie du loisir » (p. 136). Cette analyse est confortée par la communication de Paul Servais qui présente la série des 47 romans de Berthe Bernage, centrés autour de la vie de son héroïne Brigitte Louvain, et publiés entre 1928 et 1974 avec un très grand succès. On peut certes y trouver un reflet de l’évolution de la société européenne entre ces deux dates, mais on remarque surtout que ces romans sont totalement imprégnés par la religion catholique. Cette religion structure toute la vie de son héroïne, et elle fait appel « non seulement à l’intelligence et à la raison, mais aussi, et peut-être surtout, aux sens et au sentiment, à l’affectivité » (p. 153) ; mais, à partir du début des années 1970, ce type de littérature n’est plus guère en phase avec son temps.

4Notons, par ailleurs, que cette seconde partie s’intéresse également à des initiatives spécifiques, comme le mouvement « Cadet » développé dans les collèges jésuites en Belgique francophone entre 1930 et 1960 puisque, jusqu’à Vatican II, l’école catholique est vue par ses responsables comme l’un des principaux agents d’une tentative de reconquête catholique du monde moderne. On trouve aussi dans cette partie une analyse de l’action de l’Association populaire des familles, mouvement qui vise à ancrer l’action militante catholique dans les quartiers d’habitat populaire.

5Le troisième thème, intitulé « Jeunesse, engagement politique et syndical », s’intéresse à diverses formes d’encadrement de la jeunesse. Ce qui n’est pas toujours aisé, comme le montre Jean-François Condette dans son étude de l’Union lilloise des étudiants de l’État, fondée en 1881 par des républicains qui souhaitent aider à l’enracinement de la République en agissant sur les étudiants, tout en se présentant comme non directement politiques. Certes, cette union rassemblera jusqu’à 20 à 30 % des étudiants, mais elle sera vite concurrencée par de multiples autres mouvements plus directement politisés (royaliste, socialiste-révolutionnaire, communiste, catholique, etc.). Analyse confirmée par l’étude des mouvements de jeunesse nationalistes pendant l’entre-deux-guerres présentée par Jean Vavasseur-Desperrier. D’ailleurs, ces mouvements, non directement religieux – bien que souvent ancrés dans la tradition catholique française – dans les années 1920, se révèlent de plus en plus catholiques durant les années 1930 ; alors « il ne s’agit plus seulement de rendre hommage à une tradition par des actes rituels, mais […] de recréer en profondeur un ordre spirituel et moral, fondé sur une foi religieuse » (p. 213). Deux autres études, centrées sur la jeunesse socialiste SFIO et sur la « Jeune garde » communiste entre 1919 et 1939 permettent d’utiles comparaisons avec les mouvements de jeunesse nationaliste. Cette troisième partie se clôt sur une communication évoquant l’attitude de la jeunesse catholique en face du MRP entre 1944 et 1965. D’abord très proche de ce parti, l’ACJF prend rapidement ses distances, dénonce la droitisation et la cléricalisation du MRP et se tourne vers Pierre Mendès-France qui « semble apporter une réponse susceptible de sortir la IVe République de l’enlisement qui est clairement détecté » (Bruno Bethouart, p. 264).

6On le voit, cet ouvrage montre que tout au long du XXe siècle les responsables catholiques se sont souvent préoccupés de la jeunesse, et qu’ils ont tenté d’agir sur elles en utilisant des formes d’action nombreuses et diversifiées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Encrevé, « GUIGNET (Philippe), CHANET (Jean-François) (éd.), « Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle. En mémoire à Alain-René Michel » », Histoire de l’éducation, 135 | 2012, 135-138.

Référence électronique

André Encrevé, « GUIGNET (Philippe), CHANET (Jean-François) (éd.), « Jeunesse, éducation et religion au XXe siècle. En mémoire à Alain-René Michel » », Histoire de l’éducation [En ligne], 135 | 2012, mis en ligne le 09 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2563

Haut de page

Auteur

André Encrevé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page