Navigation – Plan du site
Notes critiques

CONTRENI (John J.), Learning and Culture in Carolingian Europe. Letters, Numbers, Exegesis, and Manuscripts

Farnham/Burlington, Ashgate, (Variorum collected studies), 2011, 336 p.
Sumi Shimahara
p. 91-94
Référence(s) :

CONTRENI (John J.), Learning and Culture in Carolingian Europe. Letters, Numbers, Exegesis, and Manuscripts, Farnham/Burlington, Ashgate, (Variorum collected studies), 2011, 336 p.

Texte intégral

1John Contreni republie dans ce volume dix articles en les complétant de correctifs et de mises à jour bibliographiques, ainsi que d’index très utiles. Presque tous concernent des sources inédites et s’appuient donc sur l’étude de manuscrits carolingiens. Tous ont trait à l’histoire culturelle de cette époque, domaine que John Contreni a très largement renouvelé depuis de nombreuses années. Ces contributions peuvent être regroupées selon trois axes : étude des lettres (I, II, IX, X), des nombres (III, IV, V), exégèse biblique (VI, VII, VIII).

2Le premier thème comprend un article général (« The pursuit of knowledge in Carolingian Europe ») qui étudie quelques textes phares et normatifs de la renaissance carolingienne, puis montre les variations dans l’application de ces directives. Les trois autres s’attachent des sources précises. « Building Mansions in Heaven”: The Visio Baronti, Archangel Raphael, and a Carolingian King » porte sur un texte du VIIe siècle, bien diffusé, en particulier à l’époque carolingienne. Il s’agit d’une révélation sur l’au-delà écrite par un moine. John Contreni montre que les réminiscences du livre de Tobie contribuent à en faire un lieu de réflexion sur les questions de la richesse et de la propriété, susceptible d’intéresser aussi bien les moines que les grands laïcs. Telle est la raison pour laquelle un des manuscrits aurait été offert par Hincmar à Charles le Chauve, en vue de l’édification du souverain. « What was emperor Augustus doing at a Carolingian banquet (anth. Lat.2 719 f) ? » s’intéresse à une épigramme copiée dans un manuscrit de Berne et jadis attribuée par Hermann Hagen à Octave Auguste, premier empereur romain. John Contreni est d’avis que le titre abrégé de l’œuvre a été mal compris et qu’il se réfère plutôt à l’octave de la fête de saint Germain d’Auxerre. Le poème pourrait être d’Heiric d’Auxerre qui appellerait, de manière classicisante, à festoyer autour d’un repas monastique pour célébrer le patron de son abbaye. C’est un exemple de texte révélateur, d’une certaine manière, du succès de la renaissance carolingienne : on peut aussi bien le prêter à un auteur antique qu’à un moine carolingien.

3Le deuxième champ d’études comprend un article général, long de 50 pages (« Counting, calendars, and cosmology : numeracy in the early Middle Ages »). Il montre combien est fausse l’idée courante selon laquelle les savants carolingiens se seraient principalement consacrés au triuium et peu au quadriuium. 1 500 manuscrits carolingiens et plusieurs savants témoignent du renouveau des sciences des nombres. Notons que souvent le regard des historiens est biaisé par l’édition des sources et ne tient pas compte de l’épaisseur matérielle que constitue la réalité manuscrite. Cette dernière atteste pourtant la réception, la lecture, l’intérêt de certains textes au Moyen Âge. John Contreni montre que l’innovation concerne aussi bien les problèmes d’arithmétique que les diagrammes illustrant les textes d’astronomie. Il publie en annexe la traduction anglaise d’un traité d’arithmétique, agrémenté de planches avec les diagrammes. L’auteur s’intéresse ensuite dans deux articles à la réception carolingienne de l’œuvre scientifique de Bède le Vénérable, à travers l’étude de gloses du IXe siècle. Il enquête dans un champ ouvert par la thèse inédite de Frances Lipp, soutenue à Yale en 1961. Le matériel est très riche et on ne peut que regretter qu’il n’ait pas été davantage étudié jusqu’à présent. « Bede’s scientific works in the Carolingian Age » montre la variété des gloses d’un manuscrit à l’autre, donc la vitalité de l’enseignement fondé sur le De natura rerum et le De temporum ratione. « John Scottus and Bede » relève les indices de l’influence de Jean Scot dans ces gloses carolingiennes sur l’œuvre scientifique de Bède. Empruntant à Patrick Gautier-Dalché l’expression « de la glose à la contemplation », John Contreni conclut en montrant que les sciences du nombre rejoignent les sciences scripturaires : en appréhendant l’univers créé, elles cherchent à entrevoir le créateur lui-même. Étude du monde sensible et étude des Écritures permettent de s’approcher de Dieu.

4Le lien avec la section exégétique de l’ouvrage est donc naturel. Cet ensemble comprend un article général (« Carolingian Biblical Culture ») qui souligne le lien entre religion, culture et politique : John Contreni y offre une mise au point des normes édictées par les carolingiens (Charlemagne, Raban Maur, ou Notker de Saint-Gall) en matière biblique et exégétique, insiste sur l’importance, aux yeux de Charlemagne, de ce domaine du savoir, puis montre le succès du renouveau des sciences scripturaires, à la fois d’un point de vue quantitatif et d’un point de vue qualitatif. Il décrit, dans la lignée des travaux de Beryl Smalley, les trois étapes de la renaissance exégétique de cette époque, étapes également décrites par Silvia Cantelli-Berarducci. « The Early career and Formation of John Scottus » fournit un bilan sur le réseau social et l’œuvre de ce penseur majeur de l’époque carolingienne, puis cherche à en déduire quelques éléments biographiques – mais l’homme persiste à se dérober à la connaissance des historiens. John Contreni donne également, à cette occasion, un tableau de l’exégèse biblique irlandaise de cette époque, dont bien des traits marquent les écrits de Jean Scot : intérêt pour la forme de la glose, y compris en langue vernaculaire, importance des étymologies dans le savoir grammatical, attention au grec, même si Jean Scot en a sûrement parfait sa connaissance sur le continent. Enfin, dans « By Lions, Bishops are meant ; by Wolves, Priests : History, Exegesis and the Carolingian Church in Haimo of Auxerre’s Commentary on Ezechiel », John Contreni exploite un commentaire inédit d’Haymon d’Auxerre et montre les allusions explicites et implicites renvoyant au contexte politique carolingien. Rappelons que les premières sont rarissimes dans l’exégèse de cette époque, donc remarquables. John Contreni souligne la virulence de la critique d’Haymon à l’égard des puissants – y compris religieux – et établit un lien entre l’éthique réformatrice du moine d’Auxerre et son abbatiat à Cessy-les-bois, qui aurait été une manière de s’écarter de Saint-Germain, abbaye trop impliquée dans les réseaux de pouvoir. Il fournit en appendice une révision de la biographie d’Haymon.

5Voici donc une série d’études, certaines générales fournissant un panorama utile, d’autres érudites fourmillant de références à des textes insuffisamment connus, qui précisent et nuancent la connaissance de la culture à l’époque carolingienne. En cela, le livre de John Contreni rend d’immenses services.

6John Contreni fait cependant de nombreuses hypothèses, en particulier concernant des attributions et des datations. Il les présente parfois comme telles, parfois se montre plus affirmatif. Si elles sont nécessaires et stimulantes, présentées comme des faits avérés, elles risquent au contraire de figer le tableau que nous avons de la culture à l’époque carolingienne. Nous ne connaissons que peu de noms de personnes, de savants, ne disposons que de repères chronologiques partiels. Relier ce qu’on observe dans les sources aux dates et aux personnes qui sont par ailleurs attestées est possible à condition d’être conscient de la part d’ombre, de doute, d’incertitude qui demeure, afin d’éviter de prêter à l’excès à quelques personnes dont les noms nous ont été transmis. Une des tâches de l’historien consiste à distinguer ce qui est certain de ce qui est probable, voire possible. À titre d’exemple, la relecture de la biographie d’Haymon d’Auxerre, ouvre un certain nombre d’hypothèses, de possibilités, en aucun cas de certitudes. À l’inverse, un trait flagrant est sous-exploité : à la différence de ses contemporains, Haymon ne dédicace aucune de ses œuvres et nous ne conservons que très peu de témoignages concernant sa vie de maître, de savant, d’abbé. Cela me paraît significatif d’une figure intellectuelle qui détient, par son activité, une aura, une autorité, sans que cette dernière lui confère une position de pouvoir social ou politique. Le manque d’informations, le doute qui entoure sa biographie me paraissent, en soi, relativement significatifs du statut d’Haymon et de ses choix éthiques : ceux d’un réformateur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sumi Shimahara, « CONTRENI (John J.), Learning and Culture in Carolingian Europe. Letters, Numbers, Exegesis, and Manuscripts », Histoire de l’éducation, 135 | 2012, 91-94.

Référence électronique

Sumi Shimahara, « CONTRENI (John J.), Learning and Culture in Carolingian Europe. Letters, Numbers, Exegesis, and Manuscripts », Histoire de l’éducation [En ligne], 135 | 2012, mis en ligne le 08 mai 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2522

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page