Navigation – Plan du site
Compte rendu

GUEREÑA (Jean-Louis), BERRIO (Julio Ruiz), FERRER (Alejandro Tiana) (éd.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX

Madrid, Ministerio de Educación, IFIIE, 2010, 449 p.
Marie-Hélène Soubeyroux
p. 143-144
Référence(s) :

GUEREÑA (Jean-Louis), BERRIO (Julio Ruiz), FERRER (Alejandro Tiana) (éd.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX, Madrid, Ministerio de Educación, IFIIE, 2010, 449 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 09 décembre 2012.

1L’ouvrage préparé par Julio Ruiz Berrio, Jean-Louis Guereña et Alejandro Tiana Ferrer et publié par le ministère de l’Éducation espagnol, est une remarquable synthèse des derniers travaux de recherche de la communauté scientifique des historiens spécialistes de l’éducation dans l’Espagne contemporaine. Il complète un précédent volume, essentiellement consacré à l’enseignement primaire, avec d’autres niveaux d’enseignement (école maternelle, université, etc.) et d’autres aspects du monde de l’éducation (syndicalisme du corps enseignant, etc.). Au fil de huit chapitres théoriques et d’une abondante bibliographie des publications les plus récentes, un bilan est dressé et de nombreuses perspectives sont ouvertes.

2Manuel de Puelles Benítez définit en ouverture la politique de l’éducation comme une discipline universitaire à part entière en Espagne. Les textes de Puelles Benítez, Carmen Sanchidrián Blanco et Julio Ruiz Berrio se rejoignent par ailleurs sur l’importance des liens entre politiques éducatives, histoire de la famille et histoire sociale. Carmen Sanchidrián note en outre que l’évolution de l’histoire de l’enfance a eu beaucoup d’impact en Espagne ces dernières années sur l’historiographie de l’éducation des jeunes enfants. Les travaux cités par Aida Terrón, et tendant à ébaucher un profil sociologique du corps enseignant à partir de biographies et d’autobiographies, vont dans ce sens et participent à la récupération d’une mémoire historique professionnelle et collective. En ce qui concerne l’histoire de l’institution universitaire, Jean-Louis Guereña et José María Hernández Díaz s’accordent à dire la nécessité de passer d’une histoire parcellaire à une histoire globale. Viñao Frago suggère de nouveaux sujets pour renouveler les recherches sur l’enseignement secondaire (épuration du corps enseignant, élèves filles des lycées, auteurs de manuels scolaire, etc.). Alejandro Tiana Ferrer met enfin en relation histoire des disciplines et « manualistique », un objet récent d’étude s’étant concrétisé par l’élaboration d’une importante base de données bibliographiques consultable sur Internet (projet MANES). En outre, à l’heure de l’Europe et de l’indispensable construction d’une politique commune de l’éducation dans ses États, il semble, comme l’affirment plusieurs des auteurs ayant porté un regard nouveau sur l’historiographie du domaine, que l’avenir appartienne à des travaux d’envergure nationale associables au sein d’un projet européen unique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Soubeyroux, « GUEREÑA (Jean-Louis), BERRIO (Julio Ruiz), FERRER (Alejandro Tiana) (éd.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX », Histoire de l’éducation, 133 | 2012, 143-144.

Référence électronique

Marie-Hélène Soubeyroux, « GUEREÑA (Jean-Louis), BERRIO (Julio Ruiz), FERRER (Alejandro Tiana) (éd.), Nuevas miradas historiográficas sobre la educación en la España des los siglos XIX y XX », Histoire de l’éducation [En ligne], 133 | 2012, mis en ligne le 09 décembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://histoire-education.revues.org/2477

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page