Navigation – Plan du site

La différenciation sociale de l’apprentissage de la langue anglaise en France au XIXe siècle

The social differentiation of English learning in France in the 19th century
Die soziale Differenzierung des Erlernens der englischen Sprache in Frankreich im 19. Jahrhundert
La diferenciación social del aprendizaje de la lengua inglesa en Francia en el siglo XIX
Marie-Pierre Pouly
p. 5-41

Résumés

La transmission de l’anglais se cristallise durablement, vers la fin du XIXe siècle, autour de quatre formes, qui mettent en œuvre une différenciation sociale et sexuée. À un pôle, on distingue la transmission précoce et prolongée de l’anglais, inscrite dans un style de vie, caractéristique de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie, où les femmes jouent un rôle d’entretien des investissements éducatifs familiaux. Un deuxième pôle plus pratique, autour d’une langue véhiculaire, est constitué par l’anglais commercial, différent selon qu’il vise la formation des « hommes d’action » du capitalisme ou celle de ses subordonnés, souvent des femmes. L’enseignement scolaire du lycée bourgeois se détache ensuite, occupant une position intermédiaire et contradictoire : sa légitimité est d’ordre savante et scolaire mais il est soumis à des injonctions extérieures contradictoires : celles de la définition pratique de l’anglais par les groupes négociants qui donnent à la matière scolaire son poids social ; celles du modèle aristocratique d’apprentissage familial insensible. Enfin, l’enseignement littéraire universitaire a pour fonction première la fabrication et la légitimation du corps des enseignants du secondaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

I – L’institutionnalisation scolaire de l’anglais
1 – L’anglais dans l’enseignement secondaire public masculin
2 – Émergence de l’anglais universitaire
3 – Les difficultés de l’ennoblissement
II – Différenciation de l’anglais commercial
1 – Des langues vivantes pour les hommes d’action
2 – L’anglais pour les élites commerciales
3 – L’anglais pratique des employés de commerce
III – (Re)privatisation et féminisation de la transmission familiale
1 – La transmission de l’anglais au sein du cercle familial
2 – Une langue pour les filles
3 – En compagnie des nurses et des « mères institutrices »
4 – Les filles de la République

Aperçu du début du texte

Dans la France de la fin du XIXe siècle, la langue anglaise se transmet sous des formes variées qui sont loin de se réduire à l’enseignement scolaire. Cette transmission se stabilise alors autour de quatre formes durablement structurantes, qui renvoient à une division sociale et sexuée des pratiques et des usages de l’anglais. À un pôle, on distingue la transmission précoce et prolongée de l’anglais, d’emblée inscrite dans un style de vie, de ce fait tendanciellement « insensible » (en tout cas « non scolaire »), caractéristique de la grande bourgeoisie et de l’aristocratie, où les femmes jouent un rôle d’entretien des investissements éducatifs familiaux, et qui trouve une extension républicaine dans la place accordée à l’anglais dans l’enseignement secondaire féminin à partir des années 1880. Un deuxième pôle se stabilise autour de l’anglais commercial, langue véhiculaire pratique conçue de façon différente selon qu’elle vise la formation des « hommes d’action » de l’univers commer...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Pierre Pouly, « La différenciation sociale de l’apprentissage de la langue anglaise en France au XIXe siècle », Histoire de l’éducation, 133 | 2012, 5-41.

Référence électronique

Marie-Pierre Pouly, « La différenciation sociale de l’apprentissage de la langue anglaise en France au XIXe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 133 | 2012, mis en ligne le 09 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2014. URL : http://histoire-education.revues.org/2432 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2432

Haut de page

Auteur

Marie-Pierre Pouly

Université de Limoges,
Groupe de recherche et d’études sociologiques du Centre Ouest
marie-pierre.pouly@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page