Navigation – Plan du site

Une réforme à l’épreuve des réalités. Le cas des « mathématiques modernes » en France, au tournant des années 1960-1970

A reality-proof reform. The case of “modern maths” in France, at the turn of the 1970s
Eine Reform auf dem Prüfstein der Wirklichkeit. Das Beispiel der „modernen Mathematik“ in Frankreich während den 1970er Jahre
Una reforma a prueba de las realidades. El caso de las “matemáticas modernas” en Francia, tras los años 1970
Renaud d’Enfert et Hélène Gispert
p. 27-49

Résumés

En 1966, le ministre de l’Éducation nationale Christian Fouchet crée une commission d’études sur l’enseignement des mathématiques. Installée dans un quasi-consensus, cette commission, présidée par le mathématicien André Lichnerowicz, va s’atteler à la rénovation de l’enseignement des mathématiques, notamment en rédigeant de nouveaux programmes de mathématiques « modernes » pour l’enseignement du second degré. Cet article, fondé principalement sur une analyse des archives de la commission Lichnerowicz, examine la façon dont certaines réalités engendrées par la démocratisation de l’accès à l’enseignement du second degré dans les décennies 1950 et 1960, et qui n’avaient pas été envisagées a priori, ont pu ou non être prises en compte par les membres de cette commission : réalités institutionnelles, avec l’existence de filières courtes à côté de l’enseignement long menant au baccalauréat; réalités humaines également, les professeurs de CEG étant supposés inaptes à enseigner de « vraies mathématiques » du fait de leur origine « primaire », contrairement à leurs collègues certifiés ou agrégés. Le poids de ces réalités se fait plus spécialement sentir lors de l’élaboration des programmes de mathématiques de quatrième et de troisième, qui aboutit, en janvier 1971, à une crise ouverte faisant voler en éclat le consensus initial. Le cas de la réforme des mathématiques modernes constitue ainsi un observatoire particulièrement efficace pour analyser les contradictions induites par la pluralité des acteurs qui interviennent dans le processus réformateur, ainsi que pour interroger la pertinence du modèle disciplinaire de l’enseignement secondaire long – celui des lycées – comme modèle de référence pour l’enseignement de tous les élèves.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2015.
Consulter cet article

Plan

I — Un lancement consensuel : la convergence de logiques d’action
1 — Du côté du ministère
2 — Du côté du milieu mathématique
3 — La commission Lichnerowicz : principes d’action
II — Réformer l’enseignement mathématique au premier cycle : ambitions et réalités
1 — Les programmes de quatrième et de troisième: intentions et contenus
2 — Les « profs de maths » en premier cycle : une hétérogénéité problématique
3 — Le premier cycle : l’écueil de finalités différentes
III — La fin d’un consensus : le jeu des acteurs collectifs
1 — Un ministère déterminé à mener la réforme jusqu’au bout
2 — Une inspection générale divisée, en concurrence de légitimité
3 — Sauver la réforme?

Aperçu du début du texte

En octobre 1966, le ministre de l’Éducation nationale Christian Fouchet annonce à la télévision, au cours de l’émission « En direct avec », la réunion d’une commission chargée de « repenser l’enseignement des mathématiques ». Installée dans un quasi-consensus que semblent partager tant les milieux mathématique, scientifique et enseignant que les cercles dirigeants politiques et économiques, cette « Commission d’étude pour l’enseignement des mathématiques » débute ses travaux en janvier 1967. Elle s’attelle notamment à la rédaction de nouveaux programmes de mathématiques « modernes », en privilégiant d’abord l’enseignement du second degré. Quatre ans plus tard, alors que la commission avait posé pour objectif que « l’action systématique envisagée ne provoque aucun désordre, intellectuel ou matériel, et soit engagée sans retard mais sans précipitation », une crise éclate au plein jour à l’occasion de la mise au point des nouveaux programmes de mathématiques pour les classes de quatriè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud d’Enfert et Hélène Gispert, « Une réforme à l’épreuve des réalités. Le cas des « mathématiques modernes » en France, au tournant des années 1960-1970 », Histoire de l’éducation, 131 | 2011, 27-49.

Référence électronique

Renaud d’Enfert et Hélène Gispert, « Une réforme à l’épreuve des réalités. Le cas des « mathématiques modernes » en France, au tournant des années 1960-1970 », Histoire de l’éducation [En ligne], 131 | 2011, mis en ligne le 29 mars 2012, consulté le 22 juillet 2014. URL : http://histoire-education.revues.org/2357 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2357

Haut de page

Auteurs

Renaud d’Enfert

École normale supérieure de Lyon, UMR 5190 LARHRA (équipe « Histoire de l’éducation »)
renaud.denfert@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Hélène Gispert

Université Paris-Sud, Groupe d’histoire et de diffusion des sciences d’Orsay (EST-EA 1610)
Helene.Gispert@u-psud.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page