Navigation – Plan du site
Comptes rendus

CRÉPIN (Thierry), HACHE-BISSETTE (Françoise) (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle

Arras : Artois Presses Université, 2008, 258 p.
Guillemette Tison
p. 137-138
Référence(s) :

CRÉPIN (Thierry), HACHE-BISSETTE (Françoise) (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle, Arras : Artois Presses Université, 2008, 258 p.

Texte intégral

1Ce volume publie les actes d’un colloque tenu en décembre 2004 à Arras, ville où fut fondée en 1928 la revue Cœurs Vaillants. Les communications ici réunies forment un panorama assez complet de l’important média qu’a été la presse des jeunes. Jean-Pierre Rioux, dans la postface, évoque un cycle de 1860 à 1960 où lecture de ces illustrés et foi religieuse allaient de pair, tandis que Christian Amalvi en situe « l’âge d’or » entre 1930 et 1944. Les travaux des chercheurs couvrent la littérature francophone de France, de Belgique (Pierre-Yves Kirschleger, Jean-François Zorn) et de Suisse (Josiane Cetlin), et des publications aussi bien catholiques que protestantes. Leurs approches sont très diverses et ouvrent d’intéressantes perspectives transversales.

2L’étude des maisons Gautier-Languereau en France (Jean-Yves Mollier) et Averbode en Belgique (Rita Ghesquière), ou de la Revue Mame (Francis Marcoin), montre bien qu’il faut retrouver les origines de cette presse dès le XIXe siècle. Les années heureuses du début du XXesiècle voient la création de La Semaine de Suzette, hebdomadaire catholique auquel plusieurs études sont ici consacrées, ainsi qu’à ses concurrents Lisette et Fillette (Sylvette Giet, Manon Pignot). Dans l’entre-deux-guerres, les journaux chrétiens utilisent la thématique de la chevalerie et de la croisade ; la naissance du scoutisme, en Belgique en 1912, en France en 1920, ainsi que l’importance des patronages (c’est dans ce cadre que naquit Cœurs Vaillants) assurent la diffusion de nombreux titres ; une étude (Christian Guérin) est consacrée à Pierre Joubert, dont les dessins sont liés à l’histoire du scoutisme. C’est aussi l’époque d’un colonialisme un peu naïf, voire raciste, comme le montrent certaines productions d’Hergé (P. Rocher, J.-F. Zorn), où l’image de l’étranger peut tourner à la caricature (M. Renouard). On sait les problèmes que rencontra la presse et, entre autres, la presse enfantine pendant la Deuxième Guerre mondiale et dans les années qui suivirent, à cause de la pénurie de papier, mais surtout à cause de la difficulté de se situer idéologiquement : ainsi, un dessinateur de Cœurs Vaillants fait montre d’un net antisémitisme (Thierry Crépin). Dans les années 1960, notamment à la suite du concile de Vatican II, la presse catholique se modernise et s’adapte à des lecteurs en évolution : le groupe Bayard prend son essor face à son concurrent Fleurus (Michèle Piquard) et le succès de Pomme d’Api (M. Garnier) entraîne toute une série de nouveaux titres pour les différentes classes d’âge.

3Comme le note C. Amalvi dans sa présentation, cette presse reflète bien les transformations de la société européenne au long du siècle. Ces études très approfondies font progresser la connaissance de ces illustrés pour la jeunesse dont on perçoit l’impact important sur la formation des générations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillemette Tison, « CRÉPIN (Thierry), HACHE-BISSETTE (Françoise) (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle », Histoire de l’éducation, 127 | 2010, 137-138.

Référence électronique

Guillemette Tison, « CRÉPIN (Thierry), HACHE-BISSETTE (Françoise) (dir.), Les Presses enfantines chrétiennes au XXe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 127 | 2010, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2215

Haut de page

Auteur

Guillemette Tison

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page