Navigation – Plan du site
Comptes rendus

BAUBÉROT (Arnaud), DUVAL (Nathalie), Le scoutisme entre guerre et paix au XXe siècle

[Préface de Jean-Noël Luc], Paris : L’Harmattan, 2006, 244 p.
Gérard Cholvy
p. 126-127
Référence(s) :

BAUBÉROT (Arnaud), DUVAL (Nathalie), Le scoutisme entre guerre et paix au XXe siècle. [Préface de Jean-Noël Luc], Paris : L’Harmattan, 2006, 244 p.

Texte intégral

1L’association « 1907, réseau de recherches interdisciplinaires sur le scoutisme et les mouvements de jeunesse » a pris à cœur de favoriser les rencontres et les recherches concernant ce grand mouvement éducatif né en Angleterre il y a maintenant cent ans. Une collection vient de naître, « Jeunesse, scoutisme, société », sous la direction de Jean-Jacques Gauthé, auteur d’un inventaire de la bibliographie et des sources sur l’histoire du mouvement qui, avec ses 850 références, est le « modèle », unique à ce jour, des recherches concernant les organisations et mouvements de jeunesse. Longtemps considérées comme un genre historique mineur, les études sur le scoutisme ont connu une croissance rapide à partir de la fin des années 1980, les premières thèses ayant été soutenues dans la décennie suivante et le premier colloque international s’étant tenu à Montpellier en 2000.

2On pourra s’étonner de voir le premier volume de la nouvelle collection aborder le scoutisme sous l’angle de la fraternité par-delà les frontières, sinon même du pacifisme. S’étonner, car qui ne sait combien scoutisme et préparation au métier des armes vont de pair (que d’officiers passés par le scoutisme !) depuis les origines, au principe desquelles se trouve un général de l’armée coloniale britannique. Cependant, le paradoxe n’est qu’apparent. La mystique d’une fraternité mondiale fait bien partie de la culture du mouvement, ce qu’atteste la tenue périodique des Jamborees, ces grands rassemblements internationaux. Exalter le courage, l’audace et le dévouement, ce n’est pas succomber nécessairement à la violence guerrière. Baden Powell entretint des relations avec la SDN, étudiées ici par Mario Sica, le plus âgé des contributeurs, né en 1936. Ce qui frappe, en effet, c’est la jeunesse des auteurs de ce volume : sept sur dix ont moins de 40 ans.

3L’éventail couvert est large, allant de « La crise américaine du scoutisme français (1918-1923) », sujet neuf traité par Nicolas Palluau, au scoutisme français durant la Seconde Guerre mondiale (Lionel Christien, Clément Million, Christophe Carichon, Julien Fuchs, ces deux derniers pour la Bretagne et l’Alsace), aux Scouts de France en AEF (Charles Édouard Harang) et aux Scouts musulmans algériens vus par l’armée française en 1945 (J.-J. Gauthé). Le portrait complet d’un chef Éclaireur de France, Henri Marty, est traité par Nathalie Duval, qui fait aussi le lien entre l’École des Roches, ce laboratoire de l’éducation nouvelle, et l’adoption précoce (mars 1911) de la méthode de Baden Powell, avec sa promesse, sa loi et son système des patrouilles. Conçu comme un instrument de paix par Baden Powell, le scoutisme, comme le relate aussi l’historien américain Timothy H. Parsons, devient « l’un des instruments du combat anticolonialiste et des guerres d’indépendance » (J.-J. Gauthé). Éclairants sont les hymnes scouts ou chantés par les scouts musulmans reproduits aux pages 231-236.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Cholvy, « BAUBÉROT (Arnaud), DUVAL (Nathalie), Le scoutisme entre guerre et paix au XXe siècle », Histoire de l’éducation, 125 | 2010, 126-127.

Référence électronique

Gérard Cholvy, « BAUBÉROT (Arnaud), DUVAL (Nathalie), Le scoutisme entre guerre et paix au XXe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 125 | 2010, mis en ligne le 23 septembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2100

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page