Navigation – Plan du site
Comptes rendus

KANT (Emmanuel), Sur la différence des sexes et autres essais

[traduit de l’allemand et présenté par Philippe Ivernel], Paris : Rivages poche, 2005, 126 p. (Petite bibliothèque)
Bruno Poucet
p. 116-117
Référence(s) :

KANT (Emmanuel), Sur la différence des sexes et autres essais, [traduit de l’allemand et présenté par Philippe Ivernel], Paris : Rivages poche, 2005, 126 p. (Petite bibliothèque)

Texte intégral

1Ce petit ouvrage rendra bien des services tant aux professeurs de philosophie qu’aux historiens de l’éducation.

2Les premiers retrouveront les travaux préparatoires à un livre publié vingt-cinq ans plus tard, en 1798 et en 1800, l’un des derniers parus du vivant de Kant, Anthropologie du point de vue pragmatique, composé, aux dires de l’auteur, à partir des notes prises par ses auditeurs en sept séries. Les spécialistes de la philosophie kantienne ouvrent ainsi la porte du laboratoire du maître et entrent au cœur de la démarche kantienne : c’est en effet le moment où il conçoit une anthropologie pragmatique, c’est-à-dire une science de l’homme qui, au-delà de la connaissance, n’oublie pas la sphère de l’action. Sont ainsi développées des considérations sur le progrès humain et la destination de l’espèce humaine, la sensibilité et l’entendement, le sommeil et le rêve, le caractère de l’humanité, la différence des sexes et l’éducation. Bref, une manière de Traité des passions relu à l’aune de la philosophie des Lumières.

3Quant aux historiens de l’éducation, ils découvriront une pratique d’enseignement relativement exceptionnelle. En effet, Kant, à la différence de ce qu’il faisait dans ses autres cours, comme celui de pédagogie — de même que tous les universitaires de l’époque —, ne s’appuie pas ici, pour professer, sur un traité écrit par un tiers, puisqu’un tel traité n’existe pas et qu’il invente la substance d’une nouvelle discipline : l’anthropologie. Il ne rédige donc pas un cours qu’il lirait mais procède à une analyse qui prend le ton de la conversation. Son cours sera ensuite recopié et diffusé, bien avant, donc, que la pensée de l’auteur ne soit fixée dans son ouvrage. Ici, il s’agit précisément des notes prises pendant le semestre d’hiver 1775-1776. On constate ainsi que, loin de développer des considérations d’histoire de la philosophie, le professeur Kant s’appuie librement sur Rousseau, Basedow, etc., discute leurs analyses sans préciser en aucune manière ses références, illustre son propos de nombreux exemples empruntés à la vie quotidienne, ne craint pas de faire usage d’anecdotes. Certes, le texte publié par les auditeurs va à l’essentiel : on perd ainsi, vraisemblablement, une grande partie de la substance orale du propos et on est invité à se concentrer sur la structure d’ensemble du raisonnement. On le voit, l’historien de l’éducation est, d’une certaine manière, nécessairement frustré : il approche l’acte même d’enseignement sans l’atteindre réellement. Mais il peut au moins ici mesurer l’écart entre ce que les auditeurs ont retenu et ce que le professeur a fixé par écrit plus tard. Ce n’est pas si fréquent !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bruno Poucet, « KANT (Emmanuel), Sur la différence des sexes et autres essais », Histoire de l’éducation, 125 | 2010, 116-117.

Référence électronique

Bruno Poucet, « KANT (Emmanuel), Sur la différence des sexes et autres essais », Histoire de l’éducation [En ligne], 125 | 2010, mis en ligne le 23 septembre 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2090

Haut de page

Auteur

Bruno Poucet

Articles du même auteur

  • Évolution de l’enseignement de la philosophie dans l’enseignement secondaire en France dans la seconde moitié du xixe siècle
    Paru dans Histoire de l’éducation, 89 | 2001
Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page