Navigation – Plan du site
Compte rendus

HOUBRE (Gabrielle). – Histoire des mères et filles

Paris : Éditions de La Martinière, 2006. – 224 p.
Rebecca Rogers
p. 262-263
Référence(s) :

HOUBRE (Gabrielle). – Histoire des mères et filles. – Paris : Éditions de La Martinière, 2006. – 224 p.

Texte intégral

1Les éditions de la Martinière produisent depuis quelque temps de « beaux livres », dans lesquels des historiens de qualité font découvrir au grand public des thématiques de l’histoire de l’éducation au sens large. Dans Histoire des mères et filles, Gabrielle Houbre s’attaque à l’histoire de cette relation filiale tant vantée dans la littérature pédagogique du XIXe siècle, et relativement peu étudiée. Sensible aux textes littéraires comme à l’iconographie, l’historienne de « l’éducation sentimentale » des garçons et des filles nous livre ici un fort bel objet, où texte et images nous plongent dans l’intimité des familles pour cerner les solidarités, mais aussi les déchirements, de cette relation devenue objet de culte. Le livre porte surtout sur le XIXe siècle, avec une chronologie qui met en valeur l’apogée de la mission de mère éducatrice à l’époque du Second Empire et les débuts de la contestation de cette emprise maternelle par la jeune fille nouvelle de la Belle Époque. Si le livre vise évidemment un public large, le texte reflète néanmoins les connaissances actuelles, habilement mises en valeur par la juxtaposition de dessins, lithographies et peintures. Ainsi, même le lecteur spécialiste découvre de petits bijoux, comme le portrait romantique de Mme Darling et de deux de ses enfants (1825) de l’anglais John Linell ou les lamentations de la jeune Laure Frémont à la veille des examens dans sa pension, en 1880. Le choix de marier images et sources écrites — un cahier de citations termine chacun des six chapitres — tend à privilégier les sources bourgeoises, qui évoquent l’éducation au domicile, l’apprentissage de l’écriture féminine et l’entrée dans le monde. Les filles de la paysannerie ou de la classe ouvrière sont cantonnées à quelques brèves pages sur l’apprentissage des travaux d’aiguille et les difficultés de la relation mère-fille en milieu ouvrier, objet des mémoires de la syndicaliste féministe Jeanne Bouvier.

2Le livre suit les rapports entre mères et filles de la naissance à la mort, cette dernière superbement décrite par la prose de Simone de Beauvoir dans Une mort si douce (1962). Entre-temps, il décrit les apprentissages au sein du foyer, évoquant aussi bien la nature des châtiments que le rôle de la poupée dans l’éducation, puis le rôle de la mère dans la transmission religieuse et l’éducation ménagère. Un chapitre intitulé « L’ellipse de la chair » revient sur une thématique chère à G. Houbre : la transmission ou non des connaissances corporelles et la comparaison franco-anglaise. Après une réflexion sur la nature des changements dans la relation filiale induits par le mariage, le livre se termine par un ultime chapitre, bienvenu, sur le rôle de la grand-mère, figure bien moins étudiée que celle de la mère. Au total, un livre stimulant et bien mené dont les images, puisées dans un corpus européen (alors que le texte reste très centré sur les exemples français), suggèrent l’intérêt de recherches plus approfondies dans ce domaine de la représentation iconographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Rogers, « HOUBRE (Gabrielle). – Histoire des mères et filles », Histoire de l’éducation, 115-116 | 2007, 262-263.

Référence électronique

Rebecca Rogers, « HOUBRE (Gabrielle). – Histoire des mères et filles », Histoire de l’éducation [En ligne], 115-116 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 31 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1439

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page