Navigation – Plan du site
Compte rendus

FIÉVET (Michel). – L’invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux XVIIe et XVIIIe siècles

Préface de Michelle Perrot. – Paris : Éditions Imago, 2006. – 237 p.
Rebecca Rogers
p. 260-261
Référence(s) :

FIÉVET (Michel). – L’invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux XVIIe et XVIIIe siècles. / Préface de Michelle Perrot. – Paris : Éditions Imago, 2006. – 237 p.

Texte intégral

1Auteur en 2001 d’un livre sur la révolution scolaire de Jean-Baptiste de La Salle sévèrement critiqué dans cette même revue, Michel Fiévet déplace ici son attention vers l’école des filles et surtout vers les « Amazones de Dieu », Alix Le Clerc, Louise de Marillac, Marguerite Lestocq et quelques autres, qui ont œuvré pour l’éducation des filles à l’époque moderne. Historien amateur, l’auteur aborde son sujet avec ferveur – la préface de Michelle Perrot nous parle de « fragments d’un discours amoureux » – si bien que la part n’est pas toujours faite entre réalités historiques et subjectivité contemporaine. Quoi qu’il en soit, l’ouvrage fait découvrir au grand public la multiplicité des initiatives éducatives en faveur des filles et cite abondamment règlements, correspondances et recommandations, de façon à mieux donner vie à ces femmes audacieuses.

  • 1  Elizabeth Rapley, Les dévotes : les femmes et l’Église en France au XVIIe siècle, trad. de l’angla (...)
  • 2  Roger Chartie, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe s (...)

2Cinq initiatives constituent l’objet de l’analyse : celles des Ursulines, des chanoinesses de Saint Augustin, des Filles de la Charité, des Filles du Père Barré et de Charles Démia à Lyon. Si le sous-titre met l’accent sur les femmes, il est en réalité davantage question des hommes fondateurs, à propos desquels on dispose de davantage d’informations. Sans recourir aux archives des établissements, ni aux monographies d’historiens consacrées à ces ordres et congrégations, l’auteur doit se contenter de nous faire découvrir les biographies individuelles et les principes éducatifs annoncés dans les règlements, ce qui permet toutefois de retracer des évolutions importantes. En particulier, M. Fiévet insiste sur la perte de l’esprit novateur des premières années de la Contre-réforme, chez les Ursulines et les Chanoinesses notamment, avec une tendance à l’enfermement des religieuses et des élèves. Cette évolution s’accompagne de l’abandon de l’éducation des filles pauvres – « exit, donc, l’apostolat éducatif des filles du monde rustique » (p. 54) – au profit de la création de pensionnats pour filles aisées. Avec les congrégations séculières, dont l’essor se situe à la fin du XVIIe siècle, l’axe privilégié devient la charité, et c’est alors qu’apparaissent des écoles publiques gratuites, avec ce que l’auteur qualifie d’éducatrices professionnelles. En insistant sur l’action des Filles de la Charité dans des écoles de fortune à la campagne, comme sur celle des Barettes dans les quartiers déshérités de Rouen, le livre fait effectivement découvrir l’existence d’écoles féminines pour filles pauvres, du moins à ceux qui ne connaissent ni les livres très bien documentés d’Elizabeth Rapley1, ni le chapitre de Marie-Madeleine Compère dans L’éducation en France, paru il y a maintenant 30 ans2. Quant aux historiens, ce livre risque de les irriter par l’usage très particulier des notes de bas de pages (nombreuses mais souvent peu précises dès qu’il s’agit d’informations quantitatives), et surtout par un vocabulaire jargonnant qui tend à plaquer sur le passé des préoccupations contemporaines.

Haut de page

Notes

1  Elizabeth Rapley, Les dévotes : les femmes et l’Église en France au XVIIe siècle, trad. de l’anglais par Charlotte Melançon, s.l. Bellarmin, 1995 ; A Social history of the Cloister. Daily Life in the Teaching Monasteries of Old Regime, Montréal, Mac Gill, Ithaca, Queen’s University Press, 2001.

2  Roger Chartie, Marie-Madeleine Compère, Dominique Julia, L’éducation en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 1976.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Rogers, « FIÉVET (Michel). – L’invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire de l’éducation, 115-116 | 2007, 260-261.

Référence électronique

Rebecca Rogers, « FIÉVET (Michel). – L’invention de l’école des filles : des Amazones de Dieu aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire de l’éducation [En ligne], 115-116 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1438

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page