Navigation – Plan du site
Comptes rendus

BOPP (Marie-Joseph). – Ma ville à l’heure nazie. Colmar, 1940-1945

Édition établie par Nicolas Stoskopf et Marie-Claire Vitoux avec avant-propos, notes et notices biographiques. – Strasbourg : La Nuée Bleue, 2004. – 494 p.
Annie Bruter
p. 181-182
Référence(s) :

BOPP (Marie-Joseph). – Ma ville à l’heure nazie. Colmar, 1940-1945. / Édition établie par Nicolas Stoskopf et Marie-Claire Vitoux avec avant-propos, notes et notices biographiques. – Strasbourg : La Nuée Bleue, 2004. – 494 p.

Texte intégral

1Le 14 juin 1940, Joseph-Marie Bopp, devant la perspective de l’occupation de l’Alsace par l’Allemagne nazie et la distorsion des faits opérée par la presse aux ordres de Goering, « prend la résolution, autant que les circonstances le [lui] permettront, de contribuer au rétablissement de la vérité historique » en tenant la chronique des événements dans sa ville, Colmar. Dactylographié par la suite, ce journal de guerre, longtemps resté confidentiel, a été déposé en 1974, deux ans après la mort de l’auteur, aux Archives départementales du Haut-Rhin, à Colmar. Joseph-Marie Bopp avait demandé qu’il ne soit pas communicable avant 2000. Cette date étant passée, c’est ce document qui est publié ici, mais pas en version intégrale, les éditeurs ayant coupé ce qui leur est apparu comme digressions et redites, ainsi qu’une partie écrite par une autre plume à l’époque où Joseph-Marie Bopp, inquiété par la Gestapo, ne pouvait plus tenir sa chronique. Le texte est accompagné de notes abondantes, de repères biographiques présentant les Alsaciens mentionnés, d’un glossaire des termes allemands utilisés et d’une bibliographie sommaire sur l’histoire de l’Alsace. La dimension alsacienne y est en effet très présente.

2L’intérêt de ce journal, pour l’historien de l’éducation, réside dans le fait que son auteur, qui enseignait depuis 1916 au lycée de la ville, fut témoin de la nazification de l’enseignement. Au-delà des faits qu’il raconte, qui sont déjà connus (serment de fidélité des professeurs à Hitler en tant que fonctionnaires, enrôlement forcé des élèves dans les Jeunesses hitlériennes, mobilisation d’adolescents de plus en plus jeunes au fur et à mesure que l’étau se resserre sur les armées allemandes, etc.), ses notations éparses éclairent la façon dont ces événements furent vécus et ressentis, par ses collègues comme par ses élèves. On retrouve bien entendu dans leurs réactions toute la gamme des comportements humains, des pires aux meilleurs, mais la majorité se soumet extérieurement aux exigences de l’occupant. Les actes d’insubordination des jeunes sont, du coup, rapportés avec une secrète admiration même s’ils sont jugés imprudents. Il y a là des éléments qui, utilisés avec la prudence méthodologique nécessaire, peuvent servir à une histoire de la jeunesse sous les régimes totalitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bruter, « BOPP (Marie-Joseph). – Ma ville à l’heure nazie. Colmar, 1940-1945 », Histoire de l’éducation, 113 | 2007, 181-182.

Référence électronique

Annie Bruter, « BOPP (Marie-Joseph). – Ma ville à l’heure nazie. Colmar, 1940-1945 », Histoire de l’éducation [En ligne], 113 | 2007, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1403

Haut de page

Auteur

Annie Bruter

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page