Navigation – Plan du site

Enseignement, protestantisme et modernité. Les écoles du pays de Montbéliard (1724-1833)

Teaching, Protestantism and Modernity. Schools in the County of Montbéliard (1724-1833)
Bildungswesen, Protestantismus und Modernität. Schulen im Raum Montbéliard/Mömpelgard (1724-1833)
Enseñanza, protestantismo y modernidad. Las escuelas de la tierra de Montbéliard (1724-1833)
Élisabeth Berlioz
p. 23-52

Résumés

La principauté de Montbéliard adopta au XVIe siècle le luthéranisme, dans le sillage des ducs de Wurtemberg, ce qui entraîna dès la fin du XVIe siècle le développement d’un réseau d’écoles primaires et secondaires stable. Ce réseau connut, au XVIIIe siècle, un développement important accompagné d’une modernisation des enseignements que promouvaient pasteurs et administrateurs, à la confluence des influences française et allemande. Le rattachement du pays de Montbéliard à la France durant la Révolution aurait pu modifier cet état de fait. Il montre en réalité que les notables, et notamment les pasteurs, luttèrent pour garder les caractéristiques protestantes de leurs écoles mais qu’ils ne rejetèrent jamais l’apport des réflexions qui s’ébauchaient nationalement. Ils ne refusèrent pas les innovations, nécessaires dans ce pays modifié par une industrialisation déstabilisante, car ils les percevaient comme nécessaires pour conserver leur héritage.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Françoise Mayeur

Texte intégral

  • 1  Jean-Marc Debard, communication sur La réforme à Montbéliard au XVIe siècle. Colloque Images du te (...)
  • 2  Nous omettons ici les seigneuries alsaciennes, qui bénéficiaient d’une administration ecclésiastiq (...)

1Au XVIe siècle, les princes du Wurtemberg, devenus luthériens, imposèrent leur confession à leurs sujets francophones de la principauté de Montbéliard, alors en majorité calvinistes. Pour ce faire, ils firent traduire en français les ordonnances ecclésiastiques du Wurtemberg (en 1543 et 1568) et imposèrent la Formule de concorde de Wittemberg. Un réseau scolaire stable, constitué d’écoles françaises et latines, se mit en place pour apprendre aux garçons comme aux filles les fondements de la vraie foi, donc de l’Évangile, dans le respect de la confession d’Augsbourg. Vingt-trois écoles françaises, soit quasiment une par paroisse, existaient à la fin du XVIe siècle1. Des classes latines se trouvaient à Montbéliard même2. Le faîte du système se trouvait en Allemagne, à Tübingen : à compter de 1557, dix jeunes gens issus de Montbéliard, Riquewihr et Horbourg bénéficièrent de bourses pour y étudier la théologie. Commença ainsi une histoire scolaire ancrée dans le luthéranisme et d’autant plus soucieuse de son développement que la principauté voulait marquer son autonomie tant à l’égard du Wurtemberg que de la Franche-Comté catholique voisine.

  • 3  En 1617, la principauté fut administrée indépendamment par la branche puînée de la famille. La cré (...)
  • 4  Supplément aux ordonnances ecclésiastiques de la Principauté de Montbéliard, Montbéliard, J. Biber (...)
  • 5  René Rémond, Religion et société en Europe. La sécularisation aux XIXe st XXe siècles, 1780-2000, (...)

2En 1724, au sortir d’une longue crise3, l’ordonnance traduite en 1568, qui n’était plus respectée, fut modernisée par un Supplément aux ordonnances4. Il rétablit la discipline ecclésiastique tombée en déshérence et fut la base, avec l’ordonnance de 1568, de tout ce qui fut construit au XVIIIe siècle. Deux éléments auraient pu alors modifier encore la discipline ecclésiastique et bouleverser la physionomie des écoles : l’impact des Lumières, puis le rattachement à la France, en 1793, du comté de Montbéliard. Or ce serait faire fi du royaume de la conscience où la liberté du croyant est entière5 ainsi que de l’habitude que les pasteurs luthériens avaient de travailler en collaboration avec les autorités administratives, étant fonctionnaires du prince. Ainsi, le XVIIIe siècle ne fut pas celui de la déconstruction mais celui de la diversification scolaire dans le cadre de nombreuses discussions des théologiens et des administrateurs. Le premier tiers du XIXe siècle fut une période ambiguë : les cadres protestants locaux revendiquèrent leur héritage pour garder leur autonomie, l’ancien réseau des écoles assurant la pérennité de la religion et la stabilité de l’ordre social. En même temps, ils souhaitaient s’intégrer dans la nation, obtenir la considération des centres cultuels et culturels, ce qui les amena à moderniser une nouvelle fois les écoles. Dès lors, l’histoire des écoles dans le pays de Montbéliard que nous allons aborder ici est aussi une contribution à l’étude du rapport des protestants avec la modernité – rapport que, sans académies lointaines et sans voyages, il leur eût été difficile d’entretenir.

I. La modernisation des écoles dans le cadre de l’Aufklärung

3Le Supplément aux ordonnances de 1724, influencé par le piétisme que Spener avait développé à la fin du XVIIe siècle, dressait la liste des réformes scolaires à entreprendre et rappelait les devoirs essentiels des chrétiens, des pasteurs et des surintendants.

  • 6  Bernard Cottret, Histoire de la réforme protestante. XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 2001, p. (...)

4Ces derniers avaient la responsabilité de la discipline ecclésiastique, des ministres et de leur ordination. Ils visitaient les écoles annuellement. Les ministres, que l’on souhaitait plus exemplaires, étaient chargés de visites plus fréquentes et du choix des régents ruraux, conjointement avec les consistoires. Ils obéissaient aux décisions du Conseil de régence, créé par le duc de Wurtemberg pour le représenter et administrer la principauté. Le conseil ecclésiastique, formé du conseil de régence et du surintendant, avalisait les nominations des régents ruraux. Pour les écoles urbaines, le duc seul agréait les candidats aux postes vacants. L’Église était donc « magistérielle » : la collusion, l’interpénétration du magistère et du pouvoir civil (conseil de régence, Magistrat de Montbéliard) étaient totales6. Le Supplément admettait, dans ce cadre, que la scolarisation des enfants était obligatoire, les écoles soumises à un strict encadrement et qu’elles devaient aider le chrétien à connaître la voie du salut sans négliger de l’insérer dans la société civile.

1. L’obligation de la scolarisation

  • 7  Les ordonnances royales des 13 décembre 1698 et 14 juin 1724 étaient essentiellement destinées à l (...)
  • 8  Tel était d’ailleurs l’élément que retenait Maggiolo dans l’article « Doubs » du Dictionnaire de p (...)
  • 9  Supplément, op. cit., p. 50.
  • 10  Ibidem.

5L’obligation de scolarisation, si difficile à faire admettre en France au XIXe siècle et que les rois de France n’avaient proposée que dans un cadre d’intolérance confessionnelle7, était un principe admis dans l’ordonnance publiée en 1568 et le Supplément de 17248. Ainsi, en 1568 l’on exhortait les parents à envoyer les enfants à l’école, « lieu ordonné de Dieu » ; les ministres devaient rappeler en chaire, deux fois par an, l’utilité de l’instruction et le rôle primordial du maître d’école. En 1724, si le Supplément ne mentionnait plus qu’un sermon annuel « au moins », mais il introduisait une amende pour sanctionner les parents qui ne scolarisaient pas leurs enfants de plus de six ans9. Les élèves ne quittaient théoriquement l’école qu’après avoir obtenu « la permission dans des cas de nécessité » ou quand ils avaient « acquis assés de capacité » selon les visiteurs10, généralement après la confirmation. Cela signifie que de 6 à 12-13 ans, voire plus, les enfants devaient être scolarisés obligatoirement.

  • 11  Ces dernières permettaient au surintendant de « surveiller » les positions doctrinales des pasteur (...)
  • 12  Ainsi les assesseurs du consistoire de Mandeure se plaignaient parce que leur pasteur n’exhortait (...)
  • 13  Archives départementales du Doubs, EPM 89.
  • 14  Archives communales de Montbéliard, AIE, 5D7, conférence de 1776, régent de Mandeure.
  • 15  Ce consistoire, créé par le Supplément aux ordonnances de 1724, était constitué d’ecclésiastiques (...)

6Si les contraintes économiques rendaient cette règle difficile à appliquer, des solutions étaient recherchées, surtout après 1769, quand la scolarisation devint obligatoire en Prusse. Les pasteurs multiplièrent les interventions sur ce sujet dans le cadre de leurs conférences ecclésiastiques annuelles11, bien que tous ne se soient pas sentis concernés de la même manière12. En 1780, après plusieurs demandes, ils obtinrent du conseil de régence une ordonnance stipulant l’obligation de tenir une liste des écoliers et de leurs absences dans toutes les écoles13. Le conseil ecclésiastique était ensuite informé par le pasteur et appliquait aux parents les peines adéquates. Si des régents notèrent les absences14, le conseil n’appliqua pas plus ces mesures coercitives que le grand consistoire15 chargé de la discipline ecclésiastique ne l’avait fait jusque-là. Cela s’explique peut-être parce que les enfants étaient plus souvent absentéistes que déscolarisés : ils fréquentaient l’école en pointillé, peu de mois dans l’année, mais elle était devenue une sorte de réflexe, facilité par le maillage très serré du territoire par les écoles.

7L’offre scolaire répondait à l’obligation et en était la condition. Elle était importante car l’école était dévolue à l’apprentissage des fondements confessionnels et donc au salut.

2. Écoles et salut

  • 16  Georges David Rossel, (1727-1789), Projet d’un nouveau plan d’instruction. 16 mars 1769. Archives (...)
  • 17  En réalité, Les Principes ou les premiers élémens de la Religion chrétienne […] pour l’usage de la (...)
  • 18  Voir, par exemple, les prières comprises dans J.-G. Surleau, Grammaire latine divisée en deux part (...)

8Le Supplément aux ordonnances de 1724 revenait sur le fait que le salut consistait « dans la vraie connaissance de Dieu, mais aussi dans l’union étroite avec lui par la foi ». Georges-David Rossel, conseiller de régence qui réfléchissait à un plan de modernisation du gymnase16, estimait que l’instruction, utile à l’homme, « bornerait l’immensité » de ses vues s’il ne pouvait « aspirer à la continuation de son existence ». « L’étude de la religion est donc la plus intéressante, la plus essentielle » de toutes les instructions, écrivait le conseiller, « elle est pour ainsi dire le centre commun auquel toutes les autres doivent se rapporter ». Partant, la récitation du catéchisme17, les prières et les chants ainsi que la lecture des psaumes ou du Nouveau Testament rythmaient le temps scolaire. Les livres rédigés pour les élèves n’omettaient jamais les prières à prononcer au début et à la fin des leçons18. L’aspect confessionnel du travail des maîtres était donc primordial, d’autant qu’il s’étendait à la catéchèse.

  • 19  Les adultes devaient s’y rendre. Cependant, il était peu fréquenté, semble-t-il, y compris lorsque (...)
  • 20  Il s’agissait alors de lire quotidiennement un chapitre de l’Écriture et, deux fois par semaine, l (...)
  • 21  Ils étaient dans la majorité des communautés payés par tous les chefs de famille, y compris ceux q (...)

9Les contrats passés entre les communautés rurales et leurs régents montrent la fonction, classique, d’exemplarité des maîtres et leur rôle catéchistique dans le cadre scolaire. Mais le fait qu’ils assuraient également le catéchisme dominical obligatoire pour tous19 lorsque le pasteur officiait dans les autres communautés de la paroisse les différenciait profondément de leurs collègues catholiques. De surcroît, ils récitaient les prières publiques20. En dépit de cette fonction religieuse, qu’explique le principe du sacerdoce universel, ils n’étaient pas ou peu rémunérés par la recette ecclésiastique21.

3. L’augmentation du nombre des établissements scolaires

  • 22  Cependant certains auteurs ne comprennent dans le gymnase que les classes latines ; nous préférons (...)
  • 23  Les écoles françaises urbaines furent alors confiées à des candidats en théologie afin que les fut (...)

10L’établissement le plus important en matière d’enseignement de la religion était le gymnase, creuset de la rencontre entre futurs ecclésiastiques et futurs administrateurs qui, tous, serviraient le prince en respectant la confession d’Augsbourg. Financé par la recette ecclésiastique, il était constitué des classes latines mais aussi des classes françaises de garçons22. L’ensemble des enseignants était des théologiens, depuis 175323.

11Ces classes étaient organisées de manière progressive mais un certain nombre d’élèves ne suivaient que les écoles françaises. L’enseignement y était plus approfondi que dans les écoles rurales, ce qui permettait de partir en apprentissage doté d’un bagage solide. Les autres élèves passaient dans les classes latines. Elles permettaient d’accéder aux universités allemandes ou suisses pour apprendre droit, médecine et théologie. Les jeunes gens qui se destinaient à la théologie y étaient classés. Les meilleurs bénéficiaient de bourses. Le classement qui précédait le départ à Tübingen restait en vigueur pour l’octroi des postes de précepteurs au gymnase puis, souvent longtemps après, des cures.

12La recette ecclésiastique gageait aussi une école française destinée aux filles de la bourgeoisie urbaine et située dans le même bâtiment que les écoles françaises de garçons, vers le temple Saint-Martin. Les fillettes, y apprenaient à lire et écrire en s’appuyant sur le catéchisme, des sonnets, des psaumes et le Nouveau Testament. On voit que la mixité n’était pas acceptée dans les écoles urbaines gagées par la recette, suivant en cela l’ordonnance de 1568. Elle était en revanche pratiquée dans les écoles de pauvres.

  • 24  Archives communales de Montbéliard, AG, G 27 ; plan d’une maison de charité par Jean-Jacques Duver (...)
  • 25  Né en 1709, Jean-Jacques Duvernoy était le neveu du pasteur Nardin qui avait introduit le piétisme (...)
  • 26  La chambre de charité accordait aussi des aides ponctuelles pour financer un apprentissage ou enco (...)
  • 27  Les régents urbains et, plus tard, les instituteurs, témoignaient toujours de ce qu’en acceptant d (...)

13La fondation au XVIIIe siècle de l’école des pauvres (1742) et de la maison des orphelins de l’hôpital (1759) avaient pour premier but d’assurer l’instruction religieuse d’enfants qui, déscolarisés, risquaient de ne connaître que l’irréligion, le vagabondage et la rapine24. La maison des orphelins, jointe à l’hôpital, avait été fondée sur l’impulsion d’un pasteur piétiste-morave, Jean-Jacques Duvernoy25. Ces écoles n’étaient pas financées par la recette ecclésiastique mais par le Magistrat, notamment par l’intermédiaire de la chambre de charité26. Cela correspondait au vœu de Luther qui dans son manifeste À la noblesse chrétienne confiait le soin des indigents à la ville – à charge pour elle de les faire travailler. Si l’école des pauvres n’assurait que l’instruction quotidienne classique, les orphelins de l’hôpital travaillaient pour leur part au profit de l’établissement avant d’être placés en apprentissage. Ces écoles permettaient l’intégration des plus défavorisés mais aussi l’instruction des enfants de bourgeois « déclassés », artisans ruinés par l’exiguïté du marché local et concurrencés par les premières fabriques. Elles évitaient aussi aux élites une promiscuité sociale vécue comme gênante pour ses enfants27. À ces écoles s’ajouta en 1773 la Croix d’or, institution fondée grâce à un legs du marchand Beurnier et que la ville finançait avec les intérêts du capital légué. Elle accueillait six jeunes luthériennes, pauvres ou déclassées.

  • 28  L’achat, ponctuel, de catéchismes et d’abécédaires par la boîte des pauvres de Sainte-Suzanne l’at (...)
  • 29  Cela s’explique notamment parce que le Supplément recommandait que les collectes « soient administ (...)

14Parmi les écoles de pauvres, seule l’école allemande, créée en 1749, était financée par la recette ecclésiastique parce qu’elle n’avait pas été conçue pour accueillir des démunis. Cela s’était fait naturellement, les Allemands les plus aisés choisissant toujours le collège. Les boîtes des pauvres des paroisses, fruit de la charité individuelle et des amendes des pécheurs, assuraient des soutiens ponctuels aux démunis pour l’achat, par exemple, de livres nécessaires à leur scolarité et à leur édification28. Mais elles ne finançaient pas les écoles et proposaient essentiellement des prêts à intérêts qui assuraient l’augmentation du capital29. Pour pallier ce problème, des particuliers créèrent des fondations à partir de la fin du XVIIe siècle.

  • 30  Des petits furent également envoyés dans les écoles de filles, bien que les visiteurs ne fussent p (...)
  • 31  Il régna de 1744 à 1793.
  • 32  En ce qui concerne les catholiques, ils n’étaient que très peu dans le comté même. Aucune trace n’ (...)

15La segmentation sociale que supposaient ces écoles posa un problème à la moyenne bourgeoisie qui ne pouvait assurer les dépenses afférentes au gymnase mais ne voulait pas envoyer ses enfants dans les écoles de pauvres. Des écoles privées, toujours plus nombreuses après 1750, tenues par des artisans ou des commerçants, assurèrent la scolarisation des enfants de cette « classe moyenne ». Les bourgeois avaient aussi recours à ces écoles quand le conseil de régence opposait un blocage à la création et au financement d’une institution jugée nécessaire. Ainsi, comme l’école des « abécédaires » créée en 1755 n’assurait plus l’accueil des enfants, sans que le conseil de régence ne voulût rien y changer, des maîtres privés se spécialisèrent dans le domaine30. Le conseil, limité dans ses dépenses par les ponctions pratiquées par Charles-Eugène de Wurtemberg31 se reposait volontiers sur cette offre. Il tolérait aussi, encouragé par l’aménité des ducs à l’égard des anabaptistes, l’école que ces derniers avaient fondée, comme il accepta progressivement des maîtres piétistes32.

  • 33  Cette mixité fut longtemps le propre des écoles protestantes du pays de Montbéliard, en dépit des (...)
  • 34  Ce fut le cas de Bussurel et de Courcelles-lès-Montbéliard en 1770 et 1771.
  • 35  AN, K 2 176.

16Peu financées par la recette ecclésiastique, les écoles rurales, toutes mixtes33, se multiplièrent cependant elles aussi. Le maillage du territoire par ces écoles se resserra encore à compter de 1770, quand les derniers villages sans maître se dotèrent d’écoles34. Les seize paroisses de la principauté s’enorgueillissaient d’avoir des écoles dans les paroisses mêmes, mais aussi dans leurs filiales et annexes. L’on évitait ainsi aux enfants de longues distances et l’absentéisme causé par les facteurs climatiques. Cela était important car les écoles se tenaient en automne et en hiver – hiver souvent rigoureux. Cela s’accompagna d’une légère amélioration des salaires des maîtres et d’une politique de rénovation des bâtiments – encouragée par les pasteurs. En 1791, sur 54 paroisses, filiales et annexes visitées, 52 avaient une maison d’école et un maître35.

  • 36  Le piétisme se développa fortement dans le Wurtemberg pour apporter un contrepoids aux princes, ca (...)
  • 37  Voir, par exemple, les courriers du candidat en théologie P.-N. Piguet, qui ouvrit une pension à M (...)
  • 38  Archives départementales du Doubs, EPM 84, mars 1791.

17L’augmentation du nombre des maîtres, l’amélioration relative de leurs salaires et l’attention portée aux bâtiments d’école après 1770 s’expliquent par plusieurs facteurs : le premier est la proximité d’une terre catholique peu disposée, dans les seigneuries franc-comtoises mises sous séquestre par la France en 1723 puis sous sa souveraineté en 1748, à tolérer des protestants. Cela rendait nécessaire le développement des écoles, lieux de catéchisation qui assuraient la permanence et la cohésion du luthéranisme. Le second est l’influence du modèle urbain notamment par le biais des visites du surintendant et la circulation des pasteurs et bourgeois de Montbéliard entre ville et petites communautés. Or les pasteurs, qui discutaient du piétisme36, qui lisaient Rousseau et Rollin37, entre autres, attachaient de plus en plus d’importance à leur rôle de surveillants des écoles. Les surintendants essayaient, eux, d’influer sur le conseil de régence afin de l’amener à prendre des décisions tangibles : en 1791, le surintendant J.-J. Duvernoy demandait ainsi des leçons d’allemand au gymnase, pour faciliter notamment l’introduction de la théologie allemande38.

  • 39  Archives communales de Montbéliard, AIE, CLA.7, extrait du testament publié le 26 avril 1784.
  • 40  L’expression est de J. Viénot.

18Cette offre croissante montre que nombre des habitants de la principauté avaient accepté que l’école soit au centre de la vie confessionnelle et publique. Le confirment, notamment, les fondations ou testaments comme celui d’A.-C. Surleau. Veuve d’un marchand bourgeois de Montbéliard, elle légua à l’école de Clairegoutte 200 livres, priant « Monsieur le Ministre et Messieurs les ancien [sic] Maire et Échevin de prendre garde aux Pères et Mères qui nenveront point leurs enfans à l’École »39. Dans ce contexte, non seulement le nombre des écoles augmentait mais encore le problème de la modernisation des enseignements se posait, surtout quand, à partir des années 1769-1770, le duc Charles-Eugène se fit « maître d’école »40 pour faire oublier sa gestion irresponsable du duché. Au même moment fut écarté du gymnase le recteur Bonsen, jugé trop conservateur.

4. La modernisation des enseignements

  • 41  Supplément, op. cit., p. 43.
  • 42  Jean Hébrard, « Les nouveaux lecteurs », in Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de (...)

19Le Supplément aux ordonnances de 1724 insistait sur la nécessité d’ouvrir les écoles au monde et de ne pas les cantonner à l’apprentissage des rudiments. L’instruction y était présentée comme nécessaire à l’intégration de chacun dans la société. Le développement de l’arithmétique était souhaité dans les écoles françaises comme celui des premiers éléments de mathématiques au gymnase. Lecture, écriture, n’étaient pas destinées seulement à comprendre l’instruction religieuse, bien qu’elles en soient le présupposé, mais encore à l’instruction profane, parce que « les sciences se cultivent par des instructions verbales ou pour écrit, et que la société et le commerce des hommes s’entretient de bouche ou par écrit »41. La lecture y était définie « sous le double contrôle du bien dire et du bien comprendre »42. L’élocution était d’ailleurs un critère d’évaluation lors des visites ecclésiastiques et la lecture et le français firent l’objet de nombreux soins à partir de la surintendance de L.-E. Bonsen (1769-1788). Il pointa alors du doigt l’écart entre langue française scolaire et patois vernaculaire. Son usage nuisait à l’entendement du français, langue scolaire mais aussi langue de l’Église, du catéchisme et de la prière. Or l’entendement des éléments catéchistiques appris à l’école posait alors un problème majeur.

  • 43  Elle fut rétablie sensiblement au même moment en Alsace.
  • 44  Il s’agissait non du grand catéchisme de Luther mais de L’instruction catéchétique contenant les p (...)

20Le Supplément avait rétabli la confirmation43, rite de passage mais aussi temps de verbalisation de sa foi pour le chrétien, qui abordait alors les explications du Grand catéchisme44 et bénéficiait d’une catéchisation particulière par le pasteur. Il affirmait l’importance d’une confession bien comprise. Cela fut appliqué quand, à compter des années 1750-1760, le piétisme se développa localement. Les piétistes réunirent des conventicules, dans lesquels la lecture de la Bible était entrecoupée de réflexions et de prières. Cela montra l’importance de cette question du « sens ». En 1769, Georges David Rossel s’intéressait à l’entendement des élèves et souhaitait qu’ils redécouvrent par eux-mêmes les preuves de l’existence de Dieu, du péché originel puis du salut – en partant de leur propre vie, de leur propre expérience de pécheur; le précepteur leur aurait ensuite apporté le récit du péché originel, celui de la vie de Jésus comme preuve. La Bible ne servait pas, dans ce plan, de point de départ à la réflexion mais elle en était le support. La parole de Dieu confirmait celle de l’homme.

  • 45  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.
  • 46  Jean Hübner, Histoires de la Bible tirées du vieux et du nouveau Testament, pour l’instruction de (...)

21Le conseiller Rossel recommandait cependant toujours l’apprentissage par cœur du Petit catéchisme mais il réfléchissait aux inconvénients d’un apprentissage mécanique, influencé par les réflexions de Rollin sur le rôle de la mémoire, auxquelles faisaient écho d’autres conseillers ou pasteurs. Il cherchait le moyen de faire « bien prier », notion incompatible avec l’empressement des élèves « d’arriver à la fin des prières » et le fait qu’ils les aient apprises trop tôt45. Il recommandait aux précepteurs de prier seuls tant que les enfants n’avaient pas compris le sens des mots et n’étaient pas en mesure de réciter avec « intelligence » et « sentiment ». Toutes ces réflexions autour de l’enseignement de la religion se traduisirent par exemple par l’introduction dans les écoles françaises urbaines des Histoires de la Bible de J. Hübner46 dans les années 1770. Ce livre se trouvait également à l’hôpital.

  • 47  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.

22Il était ainsi établi que l’instruction religieuse devait être adaptée aux nécessités d’une foi intériorisée et d’un contact personnel du chrétien avec Dieu. Mais les Lumières françaises apportaient une autre interrogation : quelle place octroyée à la raison dans le respect de la foi, de la religion et du prince ? G.-D. Rossel essaya de réconcilier « la raison avec la foi ». Selon lui, il était possible de démontrer, a posteriori, « par la voie du raisonnement », l’existence de Dieu ainsi que la « véracité et la divinité de l’Écriture sainte »47 – la première preuve étant l’existence de l’homme (on reconnaît là l’anthropocentrisme des Lumières). Il souhaitait éviter que les écoliers ne succombent aux tentations de certains philosophes, « que le spécieux titre de déistes semble autoriser à dégrader la Divinité ». Ce plan montre que les apports des philosophes n’étaient pas rejetés en bloc mais qu’ils insinuaient un « doute » qu’il fallait repousser sans, cependant, introduire de censure.

  • 48  Bibliothèque d’études et de conservation de Besançon, ms. 42 Duvernoy.

23La réconciliation de Dieu et de la raison était le problème posé par l’Aufklärung et Kant le porta jusqu’à son extrême limite. À Montbéliard, les lettrés tentaient d’établir, à partir de leur lecture et de leurs principes personnels, une synthèse entre culture et foi, et de consolider la place de la religion dans la cité sans fermer cette dernière à la fermentation du monde. G.-D. Rossel, comme on l’a vu, vilipendait en 1769 le déisme, accusé alors de remettre en cause le rôle de l’Église dans la société. Il proposait comme rempart une pédagogie fondée sur le raisonnement de l’élève mais critiquait les philosophes. Cependant les réponses évoluèrent, au fil de débats toujours plus nombreux entre pasteurs, conseillers de régence, corps de la ville. Les titres des déclamations et discours annuels des élèves48 attestent de l’ouverture progressive à l’esprit philosophique, présenté en 1770 comme facteur de l’irréligion puis dressé douze ans plus tard comme rempart aux « funestes préjugés ». L’on admettait désormais que la raison « aidée de la religion » était la source du bonheur puisqu’elle dépouillait l’homme des passions. L’influence de Kant et du « critisme » progressivement développé dans ses écrits n’est sans doute pas étrangère à cette évolution non plus que la Révolution française qui, ne l’oublions pas, commença pour les seigneuries en 1789.

  • 49  Passionné par l’enseignement, il publia un traité sur l’arithmétique, un autre sur la sphère et la (...)
  • 50  Ce terme désignait les futurs instituteurs et non les enseignants du gymnase (appelés précepteurs, (...)

24De telles modifications attestent de ce que les apprentissages profanes n’étaient pas négligés. D’ailleurs, à compter de 1771, des élèves du gymnase purent suivre dans le Wurtemberg les cours de l’académie militaire fondée par Charles-Eugène. Cet établissement, où étudia G. Cuvier, permettait de ne plus envisager la seule théologie pour avoir une bourse d’études, ce que favorisait le développement des enseignements profanes au gymnase. Les sciences furent mises à l’honneur, accompagnées du droit naturel, du développement de la rhétorique et des belles-lettres. Une classe supplémentaire fut formée en 1771, dans laquelle l’on dispensait des leçons d’histoire, de géographie et de mathématiques ainsi que d’hébreu. Jean-Georges Surleau, alors candidat en théologie49, en fut le premier « lecteur ». Dans les écoles rurales, le développement de l’arithmétique fut chaudement encouragé par J.-J. Duvernoy, qui, toujours inspiré par le modèle piétiste, réclamait une école pour former les régents50.

  • 51  Ce conventionnel fut très critiqué pour son action dans l’Est, notamment par Robespierre le jeune (...)

25En 1793, avant que Bernard de Saintes51 ne vienne s’emparer des terres de Montbéliard, sur demande des négociants asphyxiés économiquement, le bilan était donc, pour un pays dont le chef-lieu ne comptait pas même 4 000 habitants, positif. Seules les seigneuries rattachées à la France connaissaient une situation moins favorable car les écoles étaient devenues un enjeu de la lutte cultuelle des catholiques séquanais et des luthériens – au détriment de ces derniers, le plus souvent. Des écoles avaient été fermées ou ne pouvaient bénéficier de réparation en l’absence de participation financière de la communauté.

II. 1793-1816 : défense et gestion des acquis

  • 52  En 1788, G. Cuvier s’excusait de ses fautes d’allemand en avançant le fait qu’il était « né en Fra (...)

26En septembre 1790, à la suite d’un rapport du pasteur G.-L. Kilg (1742-1816), l’Assemblée constituante promulgua un décret relatif aux protestants des seigneuries leur assurant la liberté de culte ainsi qu’une protection de droit contre les atteintes qui y seraient portées. Cinq communautés qui avaient été privées d’école dans les seigneuries de Blamont et Clémont pouvaient désormais les rouvrir. Le combat de ce pasteur, futur administrateur, montre qu’il participait activement aux débats politiques. Les théologiens auraient de nombreux défis à relever, après 1793 : éviter que la Révolution ne détruise l’ordonnancement confessionnel du réseau scolaire, recréer un établissement où former leurs successeurs et modérer les effets de l’industrialisation sur la scolarisation. À leurs côtés œuvraient les membres laïcs des églises consistoriales et de nombreux notables attachés à leur identité luthérienne francophone52.

1. La déscolarisation urbaine

  • 53  Pour plus de détails sur la période révolutionnaire, voir É. Berlioz, « Écoles et Révolution dans (...)

27À compter d’octobre 1793, l’encadrement des écoles échappa totalement aux pasteurs et aux consistoires53. C’était là une rupture trop profonde pour qu’elle fût acceptée sereinement. Lors des réflexions sur l’installation d’écoles primaires dans la ville de Montbéliard en l’an II le problème fut posé : pouvait-on décemment confier le contrôle des écoles aux parents et administrateurs municipaux seuls ? Quel serait le poids du luthéranisme dans le pays désormais ? La situation était d’autant plus préoccupante qu’une partie de l’infrastructure scolaire urbaine s’effondra. Les campagnes furent plus épargnées.

28Bernard de Saintes confisqua la recette ecclésiastique. Ce geste provoqua la fermeture de l’école allemande, celle de l’école des filles, tandis que le maître semi-gagé Weyland, chargé des abécédaires, ainsi que le maître d’écriture, qui officiait pour le gymnase, perdaient des émoluments peu importants mais fixes. N’étant plus financées, les écoles latines et françaises fermèrent leurs portes. Or ces écoles, surtout les classes latines, étaient le garant et le symbole d’une identité protestante luthérienne et montbéliardaise. Elles permettaient, on l’a vu, la formation conjointe, dans le respect profond du luthéranisme, d’administrateurs et de futurs pasteurs.

  • 54  Haute-Saône, Haut-Rhin et Doubs. Ces tribulations administratives complexes, qui ne faisaient que (...)

29Au renversement de ce symbole s’ajoutait la réduction de Montbéliard au rang de commune de second ordre alors que la ville avait été la capitale d’une principauté relativement autonome. La principauté même avait été éclatée entre divers départements54. Ce découpage administratif amplifia l’isolement des pasteurs. La suppression du gymnase, orgueil de la ville, renforçait encore le sentiment pour les élites d’appartenir à un territoire abandonné. Enfin, les pasteurs dépendaient désormais entièrement de la libéralité de leurs paroissiens. Enseigner leur aurait permis de compléter leurs revenus, or le gymnase était fermé, ses bâtiments amodiés.

  • 55  Voir É. Berlioz, « Écoles et Révolution dans le pays de Montbéliard », art. cit.
  • 56  Nous nous basons pour affirmer cela sur des courriers et sur une enquête postérieure, datant de 18 (...)

30Pourtant, le point critique ne fut pas le nombre des écoles car des écoles privées continuèrent de se tenir tant que les écoles primaires ne furent pas installées55. La situation était critique parce que désormais les instituteurs étaient payés par chaque élève mensuellement sans que personne ne soutienne les parents. Cela était d’autant plus grave que la commune avait fermé l’école des pauvres. Environ la moitié des enfants de la ville ne furent plus scolarisés56.

31Les solutions trouvées ne concernaient que l’enseignement des plus aisés. Les bâtiments des écoles françaises et latines échappèrent à la vente en vertu du décret du 3 brumaire an IV [25 octobre 1795] parce qu’y furent implantées quatre classes primaires, deux de filles et deux de garçons. Les deux premiers instituteurs primaires de garçons étaient d’ailleurs deux théologiens, anciens enseignants du gymnase. D’autre part, plus de quatre-vingts habitants de la ville rachetèrent le bâtiment des Halles, à charge pour eux de le rétrocéder à la ville, quand l’occasion serait venue, au profit de la restauration de l’instruction publique. Ils prêtèrent d’ailleurs quelques salles à l’institut secondaire d’éducation. Ce dernier fut fondé en 1798 par des pasteurs, dont Léopold-Frédéric Masson, ancien lecteur du gymnase, et des hommes de loi. L’institut, qui entendait compenser la perte du gymnase et rivaliser avec l’école centrale de Porrentruy que Montbéliard aurait aimé avoir, permit à quelques garçons d’étudier tout en restant dans le cadre familial. Il périclita cependant rapidement.

2. Les écoles rurales, protégées par le pragmatisme des paroissiens

  • 57  Terme pompeux pour des agents souvent nommés contre leur gré pour administrer, sans dédommagement, (...)
  • 58  En l’an II, la commune de Chagey, qui retrouvait son école fermée après 1748, vendit son quart de (...)

32Cette situation urbaine difficile n’eut pas son pendant dans les écoles rurales, car la recette ecclésiastique ne comptait presque pour rien dans leur financement. Les « administrations communales »57, chargées des instituteurs, ne fermèrent pas les écoles. Des contrats furent passés avec les anciens régents, ou de nouveaux, et les écoles restèrent ouvertes. Les parents continuèrent de scolariser leurs enfants. Fortes d’une responsabilité ni tout à fait nouvelle (puisque maîtres et écoles avaient toujours été payés par les habitants) ni tout à fait ancienne (car jamais un tel silence sur le rôle du pasteur n’avait été connu), certaines communes s’assurèrent même de la réfection des écoles – bien que l’argent disparût parfois dans les caisses de l’État58. La pérennité des écoles rurales s’explique par l’attachement des populations envers leurs écoles, une longue habitude de la scolarisation, la proximité des bâtiments, non confisqués.

  • 59  Voir par exemple Archives départementales du Doubs, L1098, 29 floréal an II [18 mai 1794], tableau (...)
  • 60  Archives départementales du Doubs, L734, rapports sur la situation des écoles dans les cantons, an (...)
  • 61  Archives départementales du Doubs, L1098, 29 floréal an II [18 mai 1794], tableau des écoles.
  • 62  Archives départementales du Doubs, L1891, correspondance du commissaire exécutif près l’administra (...)
  • 63  Le pasteur Boissard fut ainsi, à son corps défendant, juge de paix du canton de Désandans en l’an  (...)

33Dessaisis de leur rôle de surveillants des écoles, déchus de leur statut de fonctionnaire, les pasteurs ne savaient cependant quel rôle jouer. Ils approuvèrent certainement les instituteurs, qui demandaient les autorisations ou prêtaient les serments nécessaires comme eux-mêmes le firent à Montbéliard en l’an VI59. Les instituteurs du Doubs catholique ne se plièrent pas aussi facilement60. Ce pragmatisme, qui s’appuie sur la théorie des deux règnes chez Luther, permit aux instituteurs de continuer à enseigner le catéchisme en toute quiétude, non sans lui adjoindre la déclaration des droits de l’homme et du citoyen61. Très peu se permirent d’abonder dans le sens jacobin – de toutes façons, les parents ne l’auraient pas accepté62. Les habitants du Comté, entrés dans la Révolution au moment le plus contrasté de cette dernière, associèrent souvent Révolution et Terreur. Les pasteurs gardaient, eux, le plus souvent une attitude discrète. Certains acceptèrent des fonctions administratives, notamment pour trouver quelque revenu63. En ce cas, ils proposaient des solutions ou donnaient des informations sur les écoles avec attention, comme ils l’eussent fait par le passé.

3. Les préoccupations urbaines sous l’Empire

  • 64  Cela était notamment le cas des Églises consistoriales d’Héricourt et Blamont.
  • 65  Le traitement des pasteurs protestants des pays rattachés fut assimilé à celui des autres pasteurs (...)

34Les articles organiques du 18 germinal an X [8 avril 1802] firent naître dans le pays l’espoir de revenir à une situation plus stable, voire à la situation antérieure. Cependant, son cas fut long à traiter parce qu’il était « pays rattaché », partagé entre trois départements malgré son identité luthérienne francophone marquée. Fut créée une inspection ecclésiastique formée de cinq églises consistoriales empiétant parfois sur les limites départementales64. Les pasteurs, dont le sort fut réglé par le décret du 13 fructidor an XIII [31 août 1805]65, disposaient d’un salaire inférieur à celui de leurs pairs de l’ancien royaume de France. Il leur était donc difficile de financer la scolarité de leurs enfants.

  • 66  Les articles organiques étaient vécus, pour certains, comme le début d’une collaboration entre les (...)
  • 67  Bibliothèque d’études et de conservation de Besançon, ms Duvernoy 7 ; Archives communales de Montb (...)

35La création d’un établissement secondaire, alors que l’institut avait fermé ses portes, leur aurait ouvert un revenu supplémentaire et aurait évité à leurs enfants d’effectuer leurs études secondaires à Strasbourg. Or il apparut que la restauration du gymnase serait délicate. Deux partis s’opposaient dans la ville. L’un souhaitait, dans la droite ligne du passé, un établissement tout luthérien, sous le contrôle étroit de l’Église consistoriale de Montbéliard66. Le second parti, se satisfaisait de la situation héritée de la Révolution et se félicitait de ce que les écoles fussent sous la surveillance de la seule administration. Il souhaitait un collège contrôlé par la seule municipalité, sans aucune participation luthérienne visible67.

  • 68  Le mode de désignation des maires et des membres laïques de l’Église consistoriale, choisis sur un (...)

36Ce parti achoppa quand la municipalité, justement, passa entre les mains du « parti consistorial ». En août1809, G.-F. Rossel fut nommé maire. Il était un des fondateurs de l’institut d’éducation avec L.-F. Masson, lui-même président du consistoire à présent. Rossel, fils du rédacteur du projet déjà mentionné, fut peu après nommé délégué au consistoire de Strasbourg. Cela régla la situation dans le sens du passé : la commune et le consistoire de Montbéliard, qui tendaient à n’être plus qu’un seul corps68, collaborèrent afin de doter la ville d’un établissement secondaire qui formerait futurs pasteurs et notables dans le strict respect du luthéranisme. Pasteurs ou candidats en théologie en seraient les enseignants. Les Halles furent cédées par leurs acquéreurs à la ville dans le but de reconstituer cet établissement avec l’argent de leur location. Une quête fut entreprise auprès de la population. En 1811, le collège ouvrit ses portes.

  • 69  François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Fe (...)

37La reconstruction du gymnase avait occupé durant de nombreuses années les élites urbaines parce qu’il était un « symbole avant d’être une fonction »69 : symbole de la continuité du corps pastoral ; symbole de l’autonomie du pays par rapport aux catholiques proches comme par rapport aux luthériens germanophones. Restait au collège à remplir les attentes qu’il avait nourries. Cela fut difficile.

4. Limites de la surveillance pastorale des écoles primaires

  • 70  En brumaire an IV [décret du 24 octobre 1795] puis en floréal an X [loi générale sur l’instruction (...)
  • 71  En l’an IX, les quatre écoles publiques accueillaient quinze élèves indigents. Pour échelle, la co (...)
  • 72  Cette classe élémentaire, comprise aussi dans les gymnases strasbourgeois, était un héritage du Wu (...)
  • 73  Archives communales de Montbéliard, 1R70.

38Certains habitants montrèrent, en 1811, leur mécontentement car ils trouvaient que le primaire, entièrement à la charge des parents, était délaissé par rapport à l’enseignement secondaire, qui touchait peu d’enfants au regard des nécessités. Autour de Montbéliard, le problème de la scolarisation des plus pauvres avait parfois été pris en compte quand la loi avait incité les communes à le faire70 mais la ville restait à l’écart de ce mouvement71. De surcroît, elle devait des arriérés considérables à l’hôpital mais aussi à la Croix d’Or qui, faute de revenus, ferma en 1814. En 1811, une classe de pauvres fut certes créée et la classe élémentaire française72 accueillit des élèves gratuitement. Cela ne concernait toutefois que 35 enfants dont 28 au moins devaient fournir un petit écolage73.

39Ce désintérêt relatif des administrateurs de la ville à l’égard des écoles primaires, qui s’observe dès le rattachement à la France, provenait de l’endettement de la commune et du désengagement financier de l’État. Le sentiment prévalait qu’aucun élan national ne venait au secours des efforts locaux. Il s’explique aussi par le schéma mental des administrateurs de la commune, qui semblent s’être comportés sur le modèle du conseil de régence et non celui du Magistrat. Enfin, il était motivé par la volonté de rendre à la ville un établissement qui donnât envie aux pasteurs de revenir au pays après leurs études à Strasbourg et aux enfants favorisés et/ou brillants de ne pas tous partir pour les lycées.

  • 74  La suprématie qu’aurait aimé exercer le consistoire de Montbéliard, ancien centre ecclésiastique d (...)
  • 75  Archives communales de Montbéliard, AIE, 5D3 et 5D6.
  • 76  Le pasteur de Beaucourt demandait ainsi que les pasteurs fussent autorisés à prendre, de concert a (...)
  • 77  Archives communales de Montbéliard, AIE, 6E1.
  • 78  Archives communales de Montbéliard, AIE, Mon.C. 3.
  • 79  Cela n’était pas toujours le cas en France. Voir André Encrevé (dir.), Les protestants. Dictionnai (...)
  • 80  Les préfets modéraient souvent, avant 1816, les dépenses communales en matière d’instruction comme (...)

40En dépit de cette polarisation urbaine autour du collège, les pasteurs ne s’étaient pas coupés des écoles primaires dans les autres églises consistoriales74. Les comptes rendus des prédications circulaires de 1806-1808 montrent qu’une fois l’inspection ecclésiastique organisée, ils reprirent le chemin des écoles75. Ils se préoccupaient de leur sort, de la déscolarisation des enfants par l’effet de l’industrialisation, du niveau des maîtres76. Le consistoire de Saint-Julien militait en faveur de la publication d’un Petit catéchisme moins onéreux que celui qui circulait dans le pays. Il voulait le faire publier aux frais des boîtes des pauvres qui détournaient « l’argent des pauvres » en laissant s’accumuler les intérêts77. À Montbéliard, le consistoire proposa un catéchisme en deux parties, l’une historique et l’autre dogmatique, où l’on aurait traité « avec quelque étendue deux points sur lesquels les chrétiens […] ont surtout besoin d’être affermis ; […] la divinité de notre sainte religion » et celle de Jésus78. L’on s’inquiétait aussi de ce que la Confession d’Augsbourg n’était pas connue. Mais ni les moyens matériels ni les lois ne suivaient : le Directoire mit neuf ans à autoriser l’impression du nouveau catéchisme. Et si les préfets et les sous-préfets entretenaient en général de bonnes relations avec les communes protestantes et leur Église79, ils limitaient les dépenses en matière d’instruction primaire80.

  • 81  Archives départementales du Haut-Rhin, 1T197.

41L’Académie de Strasbourg, dont dépendaient les cantons de Montbéliard et d’Audincourt, noua dès sa création effective une collaboration étroite avec les luthériens. En 1808, ces derniers encouragèrent les instituteurs à demander les autorisations nécessaires à leur établissement dans une commune. Dans le pays, les instituteurs firent toutes les démarches nécessaires. En échange, le recteur de l’Académie rappelait en 1811 que l’autorité ecclésiastique gardait un rôle majeur dans la vie scolaire81. Le Directoire établit en 1813 une circulaire qui recommandait aux pasteurs de visiter les écoles pour s’assurer du niveau de l’instruction religieuse dispensée par l’instituteur. Cela permettait de contourner le décret impérial du 15 novembre 1811 qui plaçait les instituteurs sous le seul contrôle de l’administration civile.

  • 82  Archives départementales du Doubs, 2J10, 23 germinal an X [13 avril 1804].

42La surveillance des écoles ne suffisait cependant pas à leur développement : il fallait aussi une impulsion concrète. À Montbéliard, plusieurs facteurs entravèrent ce développement. D’abord, les luthériens entretenaient un lien plus étroit avec les autorités administratives qu’avec le Directoire. Celui-ci tardait à répondre aux demandes et avait concentré, d’après les Montbéliardais, trop d’institutions scolaires luthériennes parmi lesquelles l’Académie, dont ils avaient rêvé après la publication des articles organiques82. D’autre part, l’éloignement géographique et linguistique, ne permettait pas aux instituteurs de se rendre à l’école normale qui y fut fondée en 1810.

43Le rattachement au département du Doubs, linguistiquement et géographiquement plus proche, fut, lui, favorable au développement de l’instruction primaire. Cela paraît contradictoire car le Doubs, catholique, était fortement ancré dans l’héritage de la contre-réforme. Mais la création, en 1816, de comités cantonaux protestants permit de franchir cet obstacle.

III. 1816-1833 : le développement de l’instruction primaire sous l’impulsion consistoriale

  • 83  Notes concernant le Montbéliard remises au Conseil d’État, Paris, Demonville.

44En 1816, Montbéliard, à la faveur de son rattachement au Doubs, enleva la sous-préfecture à Saint-Hippolyte. Le rattachement des cantons de Montbéliard et d’Audincourt au Doubs tenait notamment à ce que le pays était industrialisé et utile aux industries bisontines83. Au même moment, le collège connaissait une grave crise, les pasteurs ne souhaitant même plus y enseigner. En outre, il était inadapté aux exigences des industriels, tandis qu’un nombre toujours plus grand d’enfants échappait à la scolarisation à cause des industries mêmes. En effet, alors que dans le cadre du domestic system ils pouvaient se rendre à l’école quelques heures dans la journée, leur regroupement dans les manufactures Peugeot ou Japy les déscolarisait totalement.

45Les comités cantonaux protestants créés sous l’impulsion de Georges Cuvier permirent aux pasteurs et aux consistoires de trouver une « surveillance participante » que les visites établies lors des prédications circulaires en 1806 n’avaient pas suffi à concrétiser, non plus que les circulaires du Directoire sur la confirmation (27 février 1811) ou la formation des instituteurs (27 mai 1806). Galvanisées par le nouveau statut administratif, dotées de moyens, les élites se sentaient plus impliquées dans les mouvements nationaux tels que la création de la Société pour l’instruction primaire. Ce d’autant plus qu’ils étaient sous le régime des cultes reconnus. La Charte leur assurait aussi, en principe, une égalité de droit. À Montbéliard, les protestants ne s’étaient pas sentis menacés dans l’exercice de leur culte entre 1814 et 1816. C’est donc en toute confiance que l’inspecteur ecclésiastique demanda au recteur une inspection des écoles et dressa le tableau des besoins et des problèmes.

1. Le collège, symbole contesté

  • 84  Il réclama par exemple le simultaneum dans le temple de Saint-Martin, symbole du protestantisme mo (...)
  • 85  L’affaire éclata en 1819 quand une pétition de chefs de famille bordelais « révéla » à la Chambre (...)
  • 86  Archives départementales du Doubs, 1T311, mars 1818 ; N. Rocot n’obtint son titre définitif que so (...)

46Cette demande eut des effets inattendus : le préfet du Doubs, Scey-Montbéliard, était un ultra. Il trouvait, entre autres choses84, négatif que le collège fût entièrement protestant alors que le nouvel arrondissement comptait des cantons catholiques. À la faveur de l’inspection d’A. Rendu, en 1817, fut imposé un régent catholique. Cela provoqua de nombreuses protestations, parvenues jusqu’à la Chambre des députés85. La cohésion confessionnelle de l’établissement ne fut cependant pas menacée car le régent avait une petite classe et son titre provisoire permettait de le renvoyer86. Par ailleurs, il épousa la fille d’un pasteur.

  • 87  AN, F 17-8112, rapport sur les personnels des collèges communaux.
  • 88  Archives communales de Montbéliard, 1D25, 10 mai 1824.
  • 89  Archives communales de Montbéliard, 1R7, lettre du 4 février 1827 au président du Consistoire géné (...)

47Le collège était donc toujours, malgré sa présence, éminemment protestant. Il rencontra une seconde opposition après 1824. L’Académie, alors administrée par l’abbé Calmel, le nota défavorablement et le régent catholique fut déconsidéré par la hiérarchie académique87. Les membres du collège et le consistoire, dans ce climat, souhaitaient soustraire l’établissement à la surveillance de l’Académie pour le placer sous celle du Consistoire général de la confession d’Augsbourg88. Ils demandèrent sa transformation en petit séminaire, après l’ordonnance du 8 avril 1824. Ils craignaient qu’aux candidats en théologie qui officiaient dans le collège ne fussent substitués des agrégés catholiques, puisque ces candidats ne pourraient passer l’agrégation, étant voués à « l’état ecclésiastique ». Selon eux, le collège était « comme une école ecclésiastique protestante »89. Cet établissement fut, plus que toute autre école, la cible d’attaques parce qu’on y abordait la théologie et non plus la catéchèse. Il matérialisait aux yeux des catholiques la présence protestante et le renouvellement des pasteurs.

48Parallèlement, l’Académie ne décourageait pas les efforts de catholiques pour s’implanter dans les seigneuries, favorisant ainsi la résistance au protestantisme mais aussi du clergé face à l’Université. Après 1822, les instituteurs catholiques furent d’ailleurs, dans le Doubs, formés par la congrégation des Frères de Marie; cela excluait naturellement les instituteurs protestants.

2. Un enseignement primaire modernisé

  • 90  Cette idée était celle d’A. Rendu. Il avait accepté la formation de comités cantonaux protestants (...)
  • 91  Le 26 mars 1829, les protestants bénéficièrent d’une réorganisation des comités qui correspondiren (...)
  • 92  Notons toutefois que le comité de Montbéliard fut beaucoup plus discret que ceux de Blamont et d’A (...)

49Les instituteurs luthériens n’étaient cependant pas inquiétés, sans doute parce qu’ils assuraient la moralisation de la population90. Les comités cantonaux puis consistoriaux91, bien que participant activement à l’enseignement protestant, furent ainsi toujours favorablement évalués – d’autant qu’ils s’impliquaient activement dans le développement de l’instruction primaire92. Dans le canton d’Audincourt, l’ensemble des pasteurs fit partie du comité.

  • 93  Ordonnance ecclésiastique des Comté, Terres et seigneuries de Montbéliart et Richeuille, trad. Lég (...)
  • 94  Le conseil de régence avait essayé d’abolir les châtiments corporels au gymnase en 1774.
  • 95  Il devint inspecteur ecclésiastique.
  • 96  ABC ou manuel des commençants, publié par le comité protestant d’instruction primaire du canton d’ (...)
  • 97  Annonce publicitaire dans L’Impartial, n° 68, janvier 1834.
  • 98  À ce sujet, voir les actes du colloque Images du temps de la réforme, op. cit.

50La pédagogie fut ainsi modifiée dans les écoles primaires, sur l’impulsion des comités cantonaux. Les enfants, « trésor céleste »93, furent en théorie dispensés de châtiment corporel, comme cela était le cas depuis de nombreuses années dans l’instruction secondaire à Montbéliard94. Les maîtres eurent l’obligation de choisir la méthode mutuelle ou simultanée. Avant que la Société pour la propagation des livres élémentaires ne fût créée à Strasbourg, A. Masson, pasteur95, fils de Léopold-Frédéric Masson, reçut le soutien de l’Académie pour la publication et la diffusion d’un abécédaire qui comprenait religion, morale mais aussi éléments d’histoire, de géographie et de sciences naturelles avec des explications pour les maîtres96. Plus tard, en 1833, Retté, régent au collège, publia un manuel d’histoire générale sous le titre de Maître Jacques ou l’instituteur de campagne97. Pourtant, ces matières n’étaient pas obligatoires dans les écoles primaires. Des concours furent organisés pour stimuler les élèves et enseignants, concours durant lesquels des livres pieux étaient distribués, telle La vie de Jésusavec des vignettes par J. Edel. Ces vignettes étaient relativement nouvelles : en général, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les livres scolaires religieux du pays ne comptaient pas d’images, hormis les Histoires de la Bible. Cela peut s’expliquer par le penchant calviniste développé de prime abord ; Luther admettait quant à lui les images si elles n’étaient pas objet d’idolâtrie98. L’enseignement catéchistique était complété par la distribution de Bibles et Nouveaux Testaments entreprise après que le Réveil eut révélé l’importance d’une diffusion à grande échelle des textes sacrés et non seulement des catéchismes. Un Recueil de passages de l’Écriture sainte publié par le pasteur Masson fut envoyé dans les écoles avec l’appui du recteur. Le plain-chant était pratiqué dans les écoles qu’il visitait. Les visiteurs des comités contrôlaient les prières – nettement plus courtes qu’au XVIIIe siècle – ainsi que la manière dont était récité le catéchisme. Sa mémorisation devait désormais être effectuée à la maison et non plus à l’école, selon le règlement édicté par le comité en 1822.

  • 99  L’on n’hésitait pas, en effet, à proposer de confier une classe de filles à un maître, comme ce fu (...)

51Dans de rares communes, la mixité fut abandonnée, comme le recommandaient l’Académie et les comités cantonaux. Masson veillait, dans le cas où la mixité existait, à ce que garçons et filles ne soient pas sur le même banc, suivant en cela les normes établies par l’État. Cependant, pour ne pas embaucher d’institutrice ou d’instituteur99, l’on scolarisait parfois filles et garçons alternativement dans la journée – les privant ainsi d’un temps scolaire important. Les parents étaient souvent réfractaires à cette séparation des sexes.

  • 100  Archives communales de Montbéliard, AIE, 1H2, règlement des écoles primaires, 1er octobre 1822 ; c (...)
  • 101  Le prospectus de la société contient en filigrane l’idée que l’obligation eût été souhaitable.

52La scolarisation était définie comme une nécessité et les instituteurs furent tenus par le comité d’Audincourt, puis celui de Blamont, de tenir des registres de leurs élèves, des absents et des inconduites100, bien qu’aucune obligation ne puisse leur être imposée. On peut penser que le comité, comme la Société d’encouragement protestante pour l’instruction primaire, le regrettait101. Les listes une fois tenues, les comités n’avaient aucun moyen d’agir.

53Encouragés par les pasteurs et les préfets, les communes financèrent en général de façon plus régulière et substantielle l’instruction à partir des années 1820. Les parents complétaient les sommes données aux instituteurs selon le système désormais rodé des « gages mouvants », mais cela allait bientôt prendre fin. S’amorçait la modernisation de la gestion financière et matérielle des écoles qui s’affirma avec la loi Guizot.

  • 102  Archives départementales du Doubs, 1T33, 1819.
  • 103  Archives communales de Montbéliard, AIE, 2H4.

54Les comités cantonaux surveillaient aussi attentivement les écoles créées dans les manufactures du pays pour éviter la déscolarisation provoquée par l’industrialisation102. Les maires qui fournissaient des données précises admettaient que le quart des enfants étaient parfois déscolarisés à cause de leur travail dans les fabriques. Les industriels Peugeot, Japy, Lecomte ou Méquillet-Noblot, qui ouvraient ces écoles, étaient influencés par les travaux de la Société d’instruction primaire, née en 1815 de la Société pour le développement de l’industrie. De surcroît, ils étaient souvent liés aux pasteurs par des liens de famille, par leur participation aux consistoires et/ou comités cantonaux, voire par des liens économiques. L’école de la manufacture était, au moins dans les premières années de leur développement, un lieu d’évangélisation, comme l’étaient toutes les écoles protestantes du pays. Mais les temps d’apprentissage quotidiens étaient courts et l’idée d’ouvrir une « école du dimanche » pour faire réciter le catéchisme fut proposée par A. Masson, en 1821, à Méquillet et Noblot, à Chevret103.

3. Le contrôle des instituteurs par les pasteurs libéraux

  • 104  Dès 1816 fut institué un jury local montbéliardais pour l’examen des instituteurs, comme cela avai (...)

55Les instituteurs dûment brevetés et présentés après une année d’essai104 à l’agrément des autorités après leur examen par la commission protestante locale, commençaient de leur côté à acquérir des connaissances plus solides. Comme ils jouaient toujours un rôle majeur dans la vie spirituelle, leurs compétences croissantes les rendaient plus influents. De ce fait, les comités cantonaux puis consistoriaux veillaient très attentivement à leur discours religieux. Ils empêchèrent ainsi le recrutement local des instituteurs formés à Glay.

  • 105  A. Encrevé, op. cit., p. 13.

56H. Jaquet, piétiste suisse, pasteur de Glay depuis 1821, y avait fondé une école où il accueillait des garçons pauvres ; membre de la Société chrétienne bâloise, il formait des instituteurs missionnaires. Il fut destitué de sa cure en 1833, sur l’insistance de l’inspection ecclésiastique de Montbéliard, parce qu’il pratiquait la double communion, dans l’esprit du « pessimisme consolé »105 propre aux revivalistes. Cette mesure ouvrit la voie à l’entrée en dissidence des piétistes dans le pays. Soutenu par G. Cuvier, il conserva cependant son école. Cela provoqua la création d’une école modèle d’instituteurs chargée de la concurrencer. Elle avait été réclamée dès 1824 par Auguste Masson et des industriels comme le papetier Lecomte, de Glay, qui percevaient en Jaquet un contempteur de l’ordre social établi. Elle ouvrit ses portes en 1838 à Montbéliard. Elle assura alors le contrôle doctrinal des futurs instituteurs par les membres des consistoires. Tel avait été, en 1786, le projet de Jean-Jacques Duvernoy qui, lui, ironie de l’histoire, avait été un piétiste longtemps critiqué par sa hiérarchie locale. Ces dissensions locales, et surtout celle qui se créa autour de l’institut de Glay, marque justement une des limites alors posées à la modernité par les protestants de Montbéliard : il ne fallait pas que cette modernité fût subversive.

  • 106  Patrick Cabanel, Trames religieuses et paysages culturels dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Sel (...)
  • 107  Telle la Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France qu (...)
  • 108  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.

57En 1860, la seule ville de Montbéliard comptait 17 écoles protestantes. Parmi elles, une école modèle, un collège, une salle d’asile et une école du soir pour les ouvriers. Ces écoles trouvaient toutes leur origine au XVIIIe et au début du XIXe siècle. Nées des réflexions des notables luthériens et surtout des pasteurs mais aussi du débat public qui souvent surgissait autour des écoles et de l’instruction religieuse, ces écoles attestaient d’un rendez-vous réussit avec la modernité. Elles montrent également l’impact que joua le mode de formation des ministres et des administrateurs. Leurs études universitaires lointaines, souvent en terres germanophones, leur permirent aux XVIIIe et XIXe siècles de jouer le rôle de « passeurs » entre les centres (Tübingen, Strasbourg, Paris) et le pays. Ils rapportaient alors leurs convictions plurielles et la modernité, à laquelle le protestantisme est fondamentalement lié106 et décloisonnaient ce pays, somme toute, très exigu. Cela les entretenait dans le sentiment de leur importance mais aussi de la nécessité d’agir en intégrant les nouvelles idées mais en respectant le passé, et, souvent, l’œuvre de leurs propres pères (Masson, Rossel…). Soutenus par le rôle croissant des protestants chargés de l’instruction dans les ministères et les statuts octroyés aux comités protestants, encouragés par la multiplicité des sociétés œuvrant pour l’instruction107, ils adaptèrent les institutions existantes aux nécessités économiques tout en défendant l’idée d’un progrès moral assuré par l’instruction. Car il s’agissait bien de cela : ils souhaitaient donner les clefs de leur confession aux enfants, en les dotant, selon leur classe sociale, des connaissances nécessaires pour qu’ils soient utiles aux autres, à eux-mêmes108 et à la cohésion de leur communauté.


*

  • 109  Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, Paris, Mazarine, 1986, p. 18.

58Dans les Mémoires de l’Enclave, Jean-Paul Goux affirmait que le pays de Montbéliard est une « étrange contrée », vouée par la géographie à être « lieu de passage » et, par l’histoire, « monde clos »109. Pourtant, le portrait que nous avons brossé de l’histoire de l’instruction dans ce pays, démontre que la société était plus ouverte qu’il n’apparaît à l’historien quand il pénètre pour la première fois dans les riches archives du « pays des cousins ». Définir ce petit pays luthérien francophone comme un « monde clos », c’est ignorer la création d’un réseau d’écoles aux mailles fines, dès la fin du XVIe siècle, qui provenait en grande partie de l’influence du monde germanophone et luthérien. Que la circulation des idées des Lumières et de l’Aufklärungdans le pays repose notamment sur les modèles allemands de formation de la jeunesse ainsi que sur les liens universitaires tissés d’abord de manière confessionnelle (Tübingen) puis administrative (académie Caroline) avec le duché. Que ces liens noués avec l’Allemagne, mais aussi d’autres pays (Russie, France, Suisse) par les pasteurs surtout, mais également les commerçants et juristes, ont permis une modernisation du réseau scolaire dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, ainsi que la multiplication de débats à ce sujet – même si la bourgeoisie urbaine restait dominante et dans la participation aux discussions et dans le profit qu’elle en tirait pour l’instruction de ses propres enfants. Le rattachement à la France lui-même, contribua à diversifier et rénover l’instruction dispensée, sous l’influence de sociétés parisiennes, strasbourgeoises, bâloises, chargées de diffuser discussions, théories et modèles d’application. Les pasteurs, là encore, jouèrent un rôle notable.

59Derrière cette modernité, Jean-Paul Goux distingue pour le XIXe siècle un paternalisme protestant, destiné à légitimer des formes de domination qui assujettirent les ouvriers au pouvoir d’un groupe de bourgeois industriels (Peugeot, Japy) qui aurait utilisé la modernité. Ces derniers auraient été soucieux de figer la culture politique et confessionnelle des ouvriers dans une perspective conservatrice, tout en assurant leur formation professionnelle moderne, utile à l’entreprise. Ses constatations, rejoignent, en partie, des hypothèses qui étaient les nôtres à la lecture des archives des années 1830 mais semblent minimiser les apports positifs, concrets, des innovations patronales ainsi que leurs motivations confessionnelles intrinsèques, les contradictions qu’ils rencontrèrent et leurs propres divergences. Pour nuancer, confirmer, ou infirmer ces faisceaux de propos et d’hypothèses, il serait aujourd’hui nécessaire d’étudier les écoles nées dans le cadre industriel ou urbain à compter des années 1830, ainsi que sur la place qu’y occupait le luthéranisme et la définition qui en était donnée : la question reste, pour l’heure, ouverte.

Haut de page

Notes

1  Jean-Marc Debard, communication sur La réforme à Montbéliard au XVIe siècle. Colloque Images du temps de la réforme, Montbéliard, 8-9 octobre 2004. Actes à paraître dans les Bulletins et Mémoires de la Société d’émulation de Montbéliard, 2005.

2  Nous omettons ici les seigneuries alsaciennes, qui bénéficiaient d’une administration ecclésiastique et scolaire distincte.

3  En 1617, la principauté fut administrée indépendamment par la branche puînée de la famille. La création d’une académie à Montbéliard par le duc Georges (1662­1699) symbolisa cette indépendance. Cet établissement disparut lors de l’occupation de la principauté par la France en 1679, occupation à laquelle succéda l’administration fantasque du prince Louis-Eberhard (1699-1723).

4  Supplément aux ordonnances ecclésiastiques de la Principauté de Montbéliard, Montbéliard, J. Biber, 1726.

5  René Rémond, Religion et société en Europe. La sécularisation aux XIXe st XXe siècles, 1780-2000, Paris, éd. du Seuil, coll. « Points histoire », 2001, p. 39.

6  Bernard Cottret, Histoire de la réforme protestante. XVIe-XVIIIe siècles, Paris, Perrin, 2001, p. 10. Cela ne signifie pas qu’elle était acceptée. En 1771, un ministre piétiste demanda la formation d’un conseil chargé des affaires ecclésiastiques pour les soustraire à l’administration du conseil de régence ; Archives départementales de la Haute-Saône, E 235.

7  Les ordonnances royales des 13 décembre 1698 et 14 juin 1724 étaient essentiellement destinées à la conversion, forcée, des protestants.

8  Tel était d’ailleurs l’élément que retenait Maggiolo dans l’article « Doubs » du Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire dirigé par F. Buisson, Paris, Hachette & Cie, 1882, tome I, pp. 732-735.

9  Supplément, op. cit., p. 50.

10  Ibidem.

11  Ces dernières permettaient au surintendant de « surveiller » les positions doctrinales des pasteurs mais aussi aux théologiens de réfléchir ensemble à leur Église ; Archives communales de Montbéliard, AIE, 5D7, extraits des conférences ecclésiastiques tenues par les ministres.

12  Ainsi les assesseurs du consistoire de Mandeure se plaignaient parce que leur pasteur n’exhortait pas les parents à scolariser leurs enfants et ne leur imposait aucune amende pécuniaire ; AN, K 2176, visite ecclésiastique, 1777.

13  Archives départementales du Doubs, EPM 89.

14  Archives communales de Montbéliard, AIE, 5D7, conférence de 1776, régent de Mandeure.

15  Ce consistoire, créé par le Supplément aux ordonnances de 1724, était constitué d’ecclésiastiques et d’un laïc (membre du conseil de régence ou maire de la ville). Il censurait les fautes les plus graves ou les pécheurs impénitents. Archives communales de Montbéliard, AIE, Mon. C. 2, registre des censures (1753-1788).

16  Georges David Rossel, (1727-1789), Projet d’un nouveau plan d’instruction. 16 mars 1769. Archives privées. Nous remercions M. A. Bouvard de nous avoir communiqué ce texte.

17  En réalité, Les Principes ou les premiers élémens de la Religion chrétienne […] pour l’usage de la jeunesse de la Principauté de Montbéliard, J.-P. Biber, 1752. L’on y trouvait, outre un petit catéchisme issu de ceux de Luther et de Brenz, des passages de l’Écriture sainte et des devoirs du christianisme, le livret des communiants, le formulaire de renouvellement de l’alliance baptismale, des psaumes et des prières.

18  Voir, par exemple, les prières comprises dans J.-G. Surleau, Grammaire latine divisée en deux parties, Montbéliard, J.-L. Becker, 1788.

19  Les adultes devaient s’y rendre. Cependant, il était peu fréquenté, semble-t-il, y compris lorsque le pasteur le faisait lui-même.

20  Il s’agissait alors de lire quotidiennement un chapitre de l’Écriture et, deux fois par semaine, les « articles de foi et les dix commandements ». Il était également conseillé que fût expliqué un passage de la Bible, mais cela était sans nul doute réservé aux pasteurs. En revanche, devaient être lues les prières circonstancielles (prières pour une parturiente en difficulté, prières dans les cas d’alea climatique…) qui se trouvaient dans la liturgie de la principauté ; cf. Liturgie ou manière de célébrer le service divin établi dans les Églises de la principauté de Montbéliard, Montbéliard, J.-M. Becker, 1766.

21  Ils étaient dans la majorité des communautés payés par tous les chefs de famille, y compris ceux qui n’avaient pas d’enfants ou pas d’enfants d’âge scolaire. L’ensemble de la communauté participait car l’écolage comprenait aussi les services religieux. Ce mode de paiement, qui perdura au moins jusqu’en 1833 dans le pays, facilitait la scolarisation des enfants des familles nombreuses. Cela était rarement pratiqué dans la Franche-Comté catholique voisine, où prédominait le paiement par élève (cf. Louis Borne, L’instruction populaire en Franche-Comté avant 1792, Besançon, imprimerie de l’Est, 1949-1953, 2 vol.).

22  Cependant certains auteurs ne comprennent dans le gymnase que les classes latines ; nous préférons une acception élargie, qui rend mieux compte de l’organisation hiérarchisée des classes.

23  Les écoles françaises urbaines furent alors confiées à des candidats en théologie afin que les futurs pasteurs, trop nombreux, puissent avoir deux postes de plus à briguer avant que des cures ne se libèrent.

24  Archives communales de Montbéliard, AG, G 27 ; plan d’une maison de charité par Jean-Jacques Duvernoy, 1748.

25  Né en 1709, Jean-Jacques Duvernoy était le neveu du pasteur Nardin qui avait introduit le piétisme dans la principauté. Lui-même était très proche des piétistes-moraves. Il envoya d’ailleurs son fils étudier à Montmirail (Neuchâtel), centre de ralliement des piétistes-moraves en Suisse. Jean-Jacques Duvernoy, qui introduisit les conventicules, accepta en 1769 de ne plus les réunir ; en échange, le piétisme fut mieux toléré. Il devint d’ailleurs surintendant en 1788 et le piétiste Joseph Monnier fut nommé régent de la classe allemande.

26  La chambre de charité accordait aussi des aides ponctuelles pour financer un apprentissage ou encore l’achat du Nouveau Testament ; voir Archives communales de Montbéliard, AH, GG art. 32 et 33.

27  Les régents urbains et, plus tard, les instituteurs, témoignaient toujours de ce qu’en acceptant des pauvres dans leur classe, ils perdaient immédiatement les enfants dont les familles étaient plus aisées.

28  L’achat, ponctuel, de catéchismes et d’abécédaires par la boîte des pauvres de Sainte-Suzanne l’atteste ; Archives communales de Montbéliard, AIE, SAS 1.

29  Cela s’explique notamment parce que le Supplément recommandait que les collectes « soient administrées, de manière qu’après en avoir fait une raisonnable distribution selon le besoin des sujets, surtout des pauvres enfants […] on fasse du restant, autant qu’il sera possible, quelque fonds pour subvenir l’Église dans les cas de besoin, qui pourront arriver », op. cit., p. 32.

30  Des petits furent également envoyés dans les écoles de filles, bien que les visiteurs ne fussent pas tous d’accord. Les plus grandes aidaient les maîtresses à en assurer l’alphabétisation. Cette pratique perdura après le rattachement à la France, comme l’attestent les listes des élèves des deux institutrices primaires en l’an VI. Porrentruy, Archives de l’ancien Évêché de Bâle, MT 335. Je remercie M. J.-M. Guillet de m’avoir communiqué ces documents.

31  Il régna de 1744 à 1793.

32  En ce qui concerne les catholiques, ils n’étaient que très peu dans le comté même. Aucune trace n’a pu être retrouvée de la scolarisation de leurs enfants sur ces terres et notamment dans la ville. Sans doute étaient-ils dirigés vers les écoles catholiques qui se trouvaient dans les seigneuries.

33  Cette mixité fut longtemps le propre des écoles protestantes du pays de Montbéliard, en dépit des vœux de la première ordonnance. Elle les différenciait profondément de la Franche-Comté dans laquelle les écoles de petites filles se multipliaient. Elle permettait de ne pas limiter les fillettes à l’apprentissage des travaux « propres à leur sexe ».

34  Ce fut le cas de Bussurel et de Courcelles-lès-Montbéliard en 1770 et 1771.

35  AN, K 2 176.

36  Le piétisme se développa fortement dans le Wurtemberg pour apporter un contrepoids aux princes, catholiques à compter de 1733. Cela posait un problème dans le cadre du principe Cujus regio, ejus religio, problème qu’il permettait de résoudre en partie en limitant l’influence de la hiérarchie. En 1743, il fut inscrit dans la constitution ecclésiale du duché. Cf. D. Bourel, « Les piétismes en Europe et en Amérique du Nord », in Jean-Marie Mayeur et al., Histoire du christianisme. Tome X. Les défis de la modernité, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, p. 220. En 1747, Charles-Eugène autorisa les conventicules à Montbéliard mais appela les piétistes à plus de discrétion et de diplomatie. Ce rescrit rencontra l’hostilité de beaucoup de pasteurs et d’habitants convaincus que le piétisme nuisait à l’unité confessionnelle, « nationale » et sociale.

37  Voir, par exemple, les courriers du candidat en théologie P.-N. Piguet, qui ouvrit une pension à Montbéliard; Archives départementales du Doubs, EPM 85.

38  Archives départementales du Doubs, EPM 84, mars 1791.

39  Archives communales de Montbéliard, AIE, CLA.7, extrait du testament publié le 26 avril 1784.

40  L’expression est de J. Viénot.

41  Supplément, op. cit., p. 43.

42  Jean Hébrard, « Les nouveaux lecteurs », in Henri-Jean Martin, Roger Chartier (dir.), Histoire de l’édition française, tome III, Paris, Promodis, 1985, p. 489.

43  Elle fut rétablie sensiblement au même moment en Alsace.

44  Il s’agissait non du grand catéchisme de Luther mais de L’instruction catéchétique contenant les principaux points de la foi et de la religion chrétienne, avec les devoirs essentiels du chrétien. Pour l’usage et l’édification des Églises et des écoles de la Principauté de Montbéliard, publiée par J.-F. Duvernoy chez J. J. Biber. Les chefs de famille devaient le posséder sous peine d’amende. En fait, il s’agissait de la traduction d’un ouvrage de Zugel.

45  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.

46  Jean Hübner, Histoires de la Bible tirées du vieux et du nouveau Testament, pour l’instruction de la jeunesse, Neuchâtel, S. Fauche, 1778.

47  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.

48  Bibliothèque d’études et de conservation de Besançon, ms. 42 Duvernoy.

49  Passionné par l’enseignement, il publia un traité sur l’arithmétique, un autre sur la sphère et la géographie et un troisième sur la grammaire latine. Il devint recteur du gymnase, puis pasteur et, en 1806, inspecteur ecclésiastique.

50  Ce terme désignait les futurs instituteurs et non les enseignants du gymnase (appelés précepteurs, co-recteur, recteur, lecteur…).

51  Ce conventionnel fut très critiqué pour son action dans l’Est, notamment par Robespierre le jeune mais aussi par les sociétés populaires. Voir l’article de Jean-René Suratteau, dans Albert Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF-Quadrige, 1989, pp. 108-110.

52  En 1788, G. Cuvier s’excusait de ses fautes d’allemand en avançant le fait qu’il était « né en France ». Voir Philippe Taquet, « Les premiers pas d’un naturaliste sur les sentiers du Wurtemberg : récit inédit d’un jeune étudiant nommé Georges Cuvier », Géodiversitas, 1998, 20(2), p. 295.

53  Pour plus de détails sur la période révolutionnaire, voir É. Berlioz, « Écoles et Révolution dans le pays de Montbéliard », Bulletin et Mémoires de la Société d’émulation de Montbéliard, à paraître.

54  Haute-Saône, Haut-Rhin et Doubs. Ces tribulations administratives complexes, qui ne faisaient que commencer en 1790-1793, sont abordées par Jean Courtieu, « L’errance administrative de la Révolution à la Restauration, 1790-1816 », Le pays de Montbéliard du Wurtemberg à la France, Société d’émulation de Montbéliard, 1992, pp. 41-48.

55  Voir É. Berlioz, « Écoles et Révolution dans le pays de Montbéliard », art. cit.

56  Nous nous basons pour affirmer cela sur des courriers et sur une enquête postérieure, datant de 1819 ; Archives départementales du Doubs, 1T33.

57  Terme pompeux pour des agents souvent nommés contre leur gré pour administrer, sans dédommagement, leur commune. On peut penser que la communauté, les « anciens » voire le pasteur se réunissaient pour délibérer et choisir l’instituteur.

58  En l’an II, la commune de Chagey, qui retrouvait son école fermée après 1748, vendit son quart de réserve pour financer notamment sa reconstruction. L’argent disparut lors de son transit par la caisse d’amortissement ; Archives départementales du Doubs, 116 supplément 3. Béthoncourt et Semondans connurent le même problème.

59  Voir par exemple Archives départementales du Doubs, L1098, 29 floréal an II [18 mai 1794], tableau des écoles établies dans le district en vertu de la loi du 29 frimaire et Archives communales de Montbéliard, 1R1, 21 nivôse an VI [10 janvier 1798]

60  Archives départementales du Doubs, L734, rapports sur la situation des écoles dans les cantons, an III-an VIII.

61  Archives départementales du Doubs, L1098, 29 floréal an II [18 mai 1794], tableau des écoles.

62  Archives départementales du Doubs, L1891, correspondance du commissaire exécutif près l’administration municipale, 26 pluviôse an IV [15 février 1796] : « On oppose au régime républicain le régime des réquisitions, du maximum et des échafauds ».

63  Le pasteur Boissard fut ainsi, à son corps défendant, juge de paix du canton de Désandans en l’an IV (Archives départementales du Doubs, L1891) ; Charles-Louis Berger fut, entre autres, délégué pour plaider devant la Convention le rattachement définitif à la France et commissaire du canton d’Audincourt. Il retrouva une cure en 1805. Cf. B. Sohm (dir.), Contribution à l’étude du rattachement du Montbéliard à la France. Des hommes « nouveaux » pour une nouvelle structure politique, Centre d’entraide généalogique de Franche-Comté, section de Montbéliard, 1993.

64  Cela était notamment le cas des Églises consistoriales d’Héricourt et Blamont.

65  Le traitement des pasteurs protestants des pays rattachés fut assimilé à celui des autres pasteurs du royaume, le 28 juillet 1819.

66  Les articles organiques étaient vécus, pour certains, comme le début d’une collaboration entre les pouvoirs spirituel et temporel, le temporel soutenant le spirituel au besoin. Le consistoire d’Audincourt réclamait ainsi au Directoire le rétablissement de la censure ecclésiastique et demandait l’aide de « l’autorité civile » si les « délinquants » refusaient de se présenter devant leur pasteur ; Archives communales de Montbéliard, AIE, 2E5, février 1806.

67  Bibliothèque d’études et de conservation de Besançon, ms Duvernoy 7 ; Archives communales de Montbéliard, AIE, MON.C. 8.

68  Le mode de désignation des maires et des membres laïques de l’Église consistoriale, choisis sur une liste des notables locaux les plus imposés, facilitait cette tendance.

69  François Furet, Jacques Ozouf, Lire et écrire, l’alphabétisation des Français de Calvin à Jules Ferry, Paris, les Éditions de minuit, 1977, tome 1, p. 81.

70  En brumaire an IV [décret du 24 octobre 1795] puis en floréal an X [loi générale sur l’instruction du 1er mai 1802], un quota d’élèves indigents fut défini par école. Il était d’un quart puis un cinquième des effectifs, afin de ne pas grever le budget des communes et ne pas pénaliser les instituteurs.

71  En l’an IX, les quatre écoles publiques accueillaient quinze élèves indigents. Pour échelle, la commune de Couthenans, qui ne comptait que 36 élèves, recevait 26 indigents.

72  Cette classe élémentaire, comprise aussi dans les gymnases strasbourgeois, était un héritage du Wurtemberg. Elle était un mélange entre les Elementarschulenqui préparaient au gymnase ou aux Realschulenet les Mittelschulenqui formaient une sorte d’enseignement primaire supérieur.

73  Archives communales de Montbéliard, 1R70.

74  La suprématie qu’aurait aimé exercer le consistoire de Montbéliard, ancien centre ecclésiastique de la principauté, était d’ailleurs contestée par les autres Églises consistoriales.

75  Archives communales de Montbéliard, AIE, 5D3 et 5D6.

76  Le pasteur de Beaucourt demandait ainsi que les pasteurs fussent autorisés à prendre, de concert avec leur consistoire, les règlements relatifs aux besoins des écoles et que les régents fussent mieux payés et mieux instruits.

77  Archives communales de Montbéliard, AIE, 6E1.

78  Archives communales de Montbéliard, AIE, Mon.C. 3.

79  Cela n’était pas toujours le cas en France. Voir André Encrevé (dir.), Les protestants. Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, Paris, Beauchesne, 1993, p. 9.

80  Les préfets modéraient souvent, avant 1816, les dépenses communales en matière d’instruction comme le montre l’étude des budgets. É. Berlioz, Écoles et protestantisme dans le pays de Montbéliard, 1769-1833, thèse de doctorat sous la direction de Françoise Mayeur, Université Sorbonne-Paris IV, 2004, p. 95 et pp. 204-209.

81  Archives départementales du Haut-Rhin, 1T197.

82  Archives départementales du Doubs, 2J10, 23 germinal an X [13 avril 1804].

83  Notes concernant le Montbéliard remises au Conseil d’État, Paris, Demonville.

84  Il réclama par exemple le simultaneum dans le temple de Saint-Martin, symbole du protestantisme montbéliardais, centre de la vie locale. Le pasteur de Saint-Martin était toujours le plus élevé dans la hiérarchie ecclésiastique du pays.

85  L’affaire éclata en 1819 quand une pétition de chefs de famille bordelais « révéla » à la Chambre des députés la situation inconfortable des protestants dans les collèges royaux et communaux. L’égalité accordée par les articles organiques avait été acceptée par Louis XVIII, mais elle ne se concrétisait pas encore totalement dans les faits. Voir à ce sujet Le Moniteur universel, 16 février 1819.

86  Archives départementales du Doubs, 1T311, mars 1818 ; N. Rocot n’obtint son titre définitif que sous la Monarchie de Juillet.

87  AN, F 17-8112, rapport sur les personnels des collèges communaux.

88  Archives communales de Montbéliard, 1D25, 10 mai 1824.

89  Archives communales de Montbéliard, 1R7, lettre du 4 février 1827 au président du Consistoire général du directoire de la confession d’Augsbourg.

90  Cette idée était celle d’A. Rendu. Il avait accepté la formation de comités cantonaux protestants car, selon lui, « le protestantisme sincère » ne ferait « pas de conquêtes sur le catholicisme » mais « sur le vide ». Il souhaitait « qu’il arrache […] de malheureuses âmes au vice et à la dégradation morale ». Cf. Eugène Rendu, Ambroise Rendu et l’Université de France, Paris, Fouraut et Dentu, 1861, p. 109.

91  Le 26 mars 1829, les protestants bénéficièrent d’une réorganisation des comités qui correspondirent aux limites des Églises consistoriales. Le 30 juin 1829, un arrêté entérina officiellement la participation de leurs membres aux comités qui pouvaient avoir chacun leur propre commission d’examen des instituteurs – ce qui permit à Audincourt de s’émanciper de la commission de Montbéliard.

92  Notons toutefois que le comité de Montbéliard fut beaucoup plus discret que ceux de Blamont et d’Audincourt.

93  Ordonnance ecclésiastique des Comté, Terres et seigneuries de Montbéliart et Richeuille, trad. Léger Grimault, Bâle, I. Herold, 1568, p. 171.

94  Le conseil de régence avait essayé d’abolir les châtiments corporels au gymnase en 1774.

95  Il devint inspecteur ecclésiastique.

96  ABC ou manuel des commençants, publié par le comité protestant d’instruction primaire du canton d’Audincourt, à l’usage des élèves des écoles de son ressort et approuvé par M. le Recteur de Besançon, Montbéliard, Deckherr, 1825.

97  Annonce publicitaire dans L’Impartial, n° 68, janvier 1834.

98  À ce sujet, voir les actes du colloque Images du temps de la réforme, op. cit.

99  L’on n’hésitait pas, en effet, à proposer de confier une classe de filles à un maître, comme ce fut le cas en 1823 à Colombier-Fontaine puis en 1831 à Longevelle ; Archives départementales du Doubs, T702 et T698.

100  Archives communales de Montbéliard, AIE, 1H2, règlement des écoles primaires, 1er octobre 1822 ; cette mesure rappelle, bien sûr, celle de 1780.

101  Le prospectus de la société contient en filigrane l’idée que l’obligation eût été souhaitable.

102  Archives départementales du Doubs, 1T33, 1819.

103  Archives communales de Montbéliard, AIE, 2H4.

104  Dès 1816 fut institué un jury local montbéliardais pour l’examen des instituteurs, comme cela avait toujours été le cas lorsque pareil jury était formé. En 1829, chaque comité consistorial pouvait avoir le sien.

105  A. Encrevé, op. cit., p. 13.

106  Patrick Cabanel, Trames religieuses et paysages culturels dans l’Europe du XIXe siècle, Paris, Seli Arslan, 2002, p. 30.

107  Telle la Société pour l’encouragement de l’instruction primaire parmi les protestants de France qui déplorait le clivage confessionnel des écoles et de leurs mécènes encouragé par la Restauration (Prospectus, juillet 1829). Sur cette société, voir infra l’article de Patrick Cabanel.

108  G.-D. Rossel, Projet…, op. cit.

109  Jean-Paul Goux, Mémoires de l’Enclave, Paris, Mazarine, 1986, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Berlioz, « Enseignement, protestantisme et modernité. Les écoles du pays de Montbéliard (1724-1833) », Histoire de l’éducation, 110 | 2006, 23-52.

Référence électronique

Élisabeth Berlioz, « Enseignement, protestantisme et modernité. Les écoles du pays de Montbéliard (1724-1833) », Histoire de l’éducation [En ligne], 110 | 2006, mis en ligne le 01 janvier 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1344 ; DOI : 10.4000/histoire-education.1344

Haut de page

Auteur

Élisabeth Berlioz

Université Lyon II

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page