Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Écrire les histoires nationales en Europe. Un programme de recherches européen

Emmanuelle Picard
p. 105-111
  • 1  Vol. 1 : Ilaria Porciani, Lutz Raphael (ed.), Atlas of the Institutions of European Historiographi (...)
  • 2  Stefan Berger, « Representations of the Past : The Writing of National Histories in Europe », Deba (...)

Le programme Representations of the Past : The Writing of National Histories in Europe est une opération européenne mise en oeuvre dans le cadre de la European Science Foundation. Lancé en 2003 et regroupant plus de vingt pays, ce programme a pour objectif l’étude comparatiste des formes, des contenus et des cadres dans lesquels se sont mises en place les histoires nationales dans les différents pays européens aux XIXe et XXe siècles. L’ensemble de ces travaux fera l’objet d’une publication en six volumes chez Palgrave Macmillan, à paraître entre 2007 et 20091. La présentation de ce programme, depuis ses conditions d’élaboration jusqu’aux bilans intermédiaires, est disponible sur un site dédié de l’Université de Leizig, ainsi que dans des Newsletters qui lui sont consacrées et dans deux articles récents de Stefan Berger et Ilaria Porciani2.

Au sein de ce programme, un premier groupe de travail rassemble des chercheurs sur le thème « Institutions, réseaux et communautés de l’histoire nationale ». Sa problématique porte sur les relations entre la professionnalisation académique de la discipline historique et l’émergence d’histoires nationales durant les deux derniers siècles. Le parti a été pris de se centrer sur les modalités pratiques et institutionnelles de la mise en place des communautés d’historiens, que celles-ci relèvent des universités, des sociétés savantes ou d’associations diverses, mais aussi d’institutions ayant joué un rôle dans la construction des histoires nationales comme les archives, les musées ou les revues. L’un des objectifs est de construire un instrument synthétique et comparatiste sous la forme d’un atlas historique européen. Il s’agira de présenter un ensemble de cartes de l’Europe à différentes dates (années 1820, 1850, 1875, 1900, 1928, 1955, 1980 et 2005), pour chacune desquelles seront figurées les chaires, les sociétés savantes, les associations professionnelles, les revues, les musées d’histoire et les archives. À la suite de ces cartes, une seconde partie de l’ouvrage offrira des textes décrivant chaque cas national, accompagnés d’indications chronologiques et bibliographiques. Le but du travail est de permettre une comparaison en termes chronologiques des différents processus d’institutionnalisation de la discipline historique, et particulièrement des conditions de son intégration au sein des universités.

Dès l’origine, la question a été posée du cadre le plus pertinent pour rendre compte de réalités géopolitiques européennes qui n’ont cessé d’évoluer depuis deux siècles. L’équipe a résolu cette difficulté en partant de la carte de l’Europe en 2005, dernière année de collecte des données. Cette position, acceptant les frontières actuelles comme cadre des communautés politiques considérées, présente à la fois des avantages et des inconvénients. Les premiers permettent de mettre en lumière les processus de très long terme (par exemple l’existence de sociétés savantes locales et régionales au sein des empires dès le XVIIIe siècle), les « éclipses » (comme celle de la période de l’occupation soviétique), tout en soulignant très clairement les effets des indépendances nationales sur la constitution de la discipline dans sa forme académique. Il s’ensuit que tous les pays européens de 2005 feront l’objet d’une étude de cas sur les deux siècles passés. L’inconvénient principal est la perte des logiques en oeuvre dans des constructions politiques particulières (les empires, les « fédérations »…). En ce qui concerne les cartes synthétiques de la première partie, elles s’appuieront sur les frontières en vigueur à la date étudiée, ce qui permettra de dépasser ce premier écueil. Quant aux empires (Autriche-Hongrie, Russie-URSS et Empire ottoman), ils feront l’objet d’un ensemble de cartes supplémentaires, appuyées sur des notices spéciales.

Les 9 et 10 juin 2006 s’est tenu à l’université de Bologne un Workshop qui rassemblait les historiens participant à ce premier volume. Étaient présents les deux éditeurs scientifiques du projet, Ilaria Porciani (Université de Bologne) et Lutz Raphael (Université de Trèves), et le co-éditeur du deuxième volume Jo Tollebeek (Belgique), ainsi que Robert D. Anderson (Grande-Bretagne), Mary O’Dowd (Irlande), Rengenier Rittersma (Hollande), Emmanuelle Picard (France), Mariano Esteban de Vega et Javier Castro (Espagne), Antonio Ramon Peña (Catalogne), Mauro Moretti (Italie), Ernst Bruckmüller (Autriche), Pavel Kolar (République tchèque), Ferdan Ergut (Turquie), Anna Zadora (Biélorussie) et Mervi Kaarninen (Finlande), auxquels il faut ajouter Paolo Prodi, Monika Baar et Daniela Saxer. Son principal objectif était d’établir les caractéristiques des données utilisées pour constituer l’atlas et, ce faisant, de réfléchir tant à des questions de définition (qu’est-ce qu’un historien aux XIXe et XXe siècles ?) qu’aux conditions de construction d’un instrument véritablement comparatif englobant quarante pays européens. À la différence des autres équipes impliquées dans le programme, celle qui s’est constituée autour de l’Atlas se doit de produire une réflexion extrêmement poussée sur les conditions du comparatisme en termes statistiques.

L’objectif étant de produire un instrument permettant la comparaison de la formation des communautés d’historiens, il fallait tout d’abord s’entendre sur la définition de telles communautés. La définition choisie s’est centrée dans un premier temps sur une acception académique du terme d’historiens, qui impliquait une fonction au sein d’une université, d’une école ou d’une institution de recherche. Le terme anglais chair avait été choisi pour désigner les données collectées, mais encore fallait-il s’entendre sur sa signification : ce mot est en effet loin de recouvrir une réalité homogène sur l’ensemble du territoire européen, et encore moins sur l’ensemble de la période. Pour s’en tenir au cas français, les chaires en tant qu’institutions ont disparu du système universitaire depuis près de 40 ans et, même auparavant, elles n’avaient jamais eu le statut des chaires d’université allemandes. Il aurait été possible de substituer au terme de chaire celui de professeur, réalité institutionnelle plus facilement identifiable dans la plupart des pays. Ce mot a cependant pour principal inconvénient de ne pas prendre en compte le « champ d’intérêt ou de compétence » de l’individu concerné, sur lequel nous renseigne l’intitulé des chaires quand elles existent. D’autre part, les professeurs n’ont pas été les seuls historiens professionnels dans les universités, particulièrement dans le dernier demi-siècle. Dans certains pays, ne considérer que les professeurs pouvait induire un biais considérable en laissant de côté les deux tiers des historiens en poste dans les universités. Se posait également la question de la prise en compte du statut, permanent ou temporaire, des individus comme critère central. Là encore, de nouvelles difficultés ont surgi : si le système français est relativement clair et simple à exposer, avec des positions de fonctionnaires ou assimilés (l’exclusion des non-titulaires, si elle entraîne de fait une vision un peu tronquée de la réalité, ne modifie pas radicalement le dispositif général), la situation devient problématique dans les cas belge ou allemand, dans lesquels les non-permanents sont non seulement les plus nombreux mais bénéficient de contrats de plusieurs années. Enfin, dans le système anglais, toutes les positions sont contractuelles, mais cette uniformité apparente cache en fait de très grandes diversités de situation et les fellows peuvent bénéficier d’un contrat annuel ou pluri-annuel, être ou non relativement assurés de la stabilité de leur position. Ainsi envisagé, le problème semblait insoluble et de nature à empêcher la comparaison. La discussion a contribué à déplacer la réflexion vers une vision certes limitée, mais sans doute très féconde et opérationnelle, qui prend en considération la notion de « dispositif institutionnel » pour décrire la communauté nationale des historiens professionnels. Dans ce sens, sont prises en compte toutes les positions permanentes, non au sens où on emploierait ce terme en France du fait du fonctionnariat, mais comme l’ensemble des positions stables dans l’institution, susceptibles d’être occupées par des agents successifs. Il s’agit d’une définition pragmatique, qui s’appuie sur la nature des positions considérées et non sur leur forme, et qui permet également de dépasser les problèmes liés à l’évolution chronologique de leur définition.

Le second problème concernait la délimitation des thématiques à prendre en compte. Il ne pouvait s’agir des seules chaires d’histoire nationale, comme aurait pu le laisser supposer le projet initial. Cependant, il est apparu évident que la construction des histoires nationales s’appuyait sur des configurations intellectuelles spécifiques à chaque État, et dans lesquelles les positions respectives des différentes disciplines ou sous-disciplines jouaient un rôle fondamental. La poursuite de la discussion autour de ce thème a souligné à nouveau les profondes disparités nationales : ainsi, les archivistes jouent un rôle essentiel en Autriche, les archéologues dans l’Empire austro-hongrois et les historiens des idées en Espagne. Nombreuses ont été les discussions concernant l’histoire ancienne : si elle est bien évidemment à l’origine de l’histoire nationale en Grèce, elle appartient en revanche aux études classiques en France et en Grande-Bretagne. Dans ces deux derniers pays, c’est l’histoire médiévale qui est au fondement de la construction de l’histoire nationale au XIXe siècle, dans une logique d’histoire de la construction de l’État. En Italie, c’est l’histoire de l’Église qui traite de l’histoire de l’Italie médiévale. Et que doit-on faire des archivistes, des sciences auxiliaires de l’histoire, des historiens de la médecine, du droit ou des sciences ? Autant de questions qu’il fallait à nouveau trancher par une approche pragmatique. La discussion a fait émerger deux processus successifs dans la détermination d’une communauté professionnelles des historiens : une première étape dans laquelle, selon les pays et sur un mode souvent très souple en terme de définition des profils intellectuels, se constituait une première communauté d’historiens académiques, qui pourrait simplement se définir par la détention d’une position dans une institution universitaire ; la seconde, qui correspond véritablement au processus de professionnalisation, est à entendre comme la construction volontaire et rationalisée d’une communauté scientifique, capable notamment de définir les modalités d’inclusion ou d’exclusion de ceux qui demandent à y appartenir (dans l’entre-deux guerres, en France, un archéologue ne peut plus prétendre à une chaire d’histoire). Ces deux étapes divergent bien sûr chronologiquement d’un pays à l’autre. Dans les plus anciennement constitués au sens politique du terme, la seconde étape est en cours dès les premières années du XXe siècle. Pour les pays qui accèdent à l’indépendance au lendemain de la Première Guerre mondiale, le processus est bien sûr plus tardif. Il peut ainsi se décliner jusqu’à aujourd’hui, comme c’est le cas des anciennes républiques de l’Empire russe- URSS, par exemple en Biélorussie où émerge à peine une toute jeune communauté d’historiens nationaux. L’intérêt de la discussion est d’avoir fait apparaître le caractère quasi général de la succession de ces étapes, avec cependant une accélération pour les pays les plus récents, sans doute liée à l’imposition internationale d’une norme en matière de discipline historique et de communauté professionnelle. Pour autant, il fallait trouver une solution susceptible de rendre visibles à la fois les spécificités nationales et le processus de transformation à l’oeuvre au XXe siècle sur les cartes européennes des chairs. Après de très longues discussions, a finalement été adoptée une décision qui rend bien compte de ce double impératif : une coupure chronologique a été choisie (1928), qui conditionne deux types d’approches différentes. Les données antérieures à 1928 sont non standardisées, au sens où chaque auteur est libre d’inclure, en sus des historiens généralistes, tous les historiens spécialisés qui lui paraissent avoir contribué à l’élaboration d’une communauté professionnelle : historiens du droit, de la littérature, de l’Église… pour autant qu’il s’agisse de sous-disciplines sur lesquelles les historiens aient eu la mainmise (c’est le cas en Italie, où les détenteurs de chaires d’histoire de l’Église sont des historiens, alors que ce sont des théologiens en Allemagne). L’enjeu est de mesurer le nombre des individus et des institutions engagés dans ce processus et les particularités de chaque cas national. Ces choix feront l’objet d’une justification dans les notices nationales, qui permettront d’apporter un éclairage plus précis sur les différentes situations. En revanche, à partir de 1928, les données collectées ne concerneront plus que les historiens en tant que membres de départements d’histoire (là où il y en a : ils n’existent pas en Italie jusqu’aux années 1980, par exemple), excluant en particulier les archivistes, mais aussi tous les historiens des disciplines (historiens du droit, de l’art, de la littérature, des sciences…) qui se trouvent au dehors de telles structures et ne sont qu’exceptionnellement historiens de formation.

D’autres choix ont été faits en lien avec la quantité des données collectées et les impératifs liés à la réalisation d’un atlas qui soit manipulable. En effet, le travail de collecte sur les sociétés savantes et autres académies historiennes a fait apparaître leur très grande importance numérique dans la plupart des pays, rendant le plus souvent l’exhaustivité impossible dès lors que l’on voulait s’intéresser au niveau local. Dans le même temps, pour les petits pays ou les pays les plus récents, existe la possibilité matérielle de réaliser une collecte complète, qui présente un grand intérêt. Afin de ne pas introduire un biais qui donne aux petits pays, où l’enquête sera exhaustive, une place qui serait en décalage avec la réalité des réseaux à l’oeuvre dans les grands pays, qui ne pourront être totalement recensés, il s’est avéré nécessaire de faire un choix en se limitant à une cartographie des seuls niveaux national et régional. Cependant, pour ne pas perdre les informations précieuses résultant de collectes qui constituent souvent des expériences inédites, les auteurs envisagent à terme la mise à disposition en ligne de l’ensemble des bases de données qui résulteront de ce travail.

Notes

1  Vol. 1 : Ilaria Porciani, Lutz Raphael (ed.), Atlas of the Institutions of European Historiographies, 1800-Present ; Vol. 2 : Ilaria Porciani, Jo Tollebeek (ed.), Institutions, Networks and Communities of National Historiography : Comparative Approaches ; Vol. 3 : Stefan Berger, Chris Lorenz (ed.), Society and the Nation : Race, Class, Religion and Gender ; Vol. 4 : Matthias Middell, Lluis Roura (ed.), Empires and Nations : The Impact of Transnational Histories ; Vol. 5 : Frank Hadler, Tibor Frank (ed.), Borders and Nations : Confrontations and (Re)Conciliations ; Vol. 6 : Stefan Berger, Christoph Conrad (ed.), Historical Consciousness and National Identity Formation in 19th and 20th Century Europe.

2  Stefan Berger, « Representations of the Past : The Writing of National Histories in Europe », Debate. A Review of Contemporary German Affairs, 12, 1, 2004 ; Ilaria Porciani, « Le Storiografie nazionali nello spazio europeo », Passato e Presente, septembre-octobre 2005.

Haut de page