Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Le bicentenaire de l’État enseignant (1808-2008)

Trois colloques
p. 104-105

Le décret du 17 mars 1808, qui organise l’Université impériale créée par la loi du 10 mai 1806, marque la naissance de l’institution scolaire d’État en France. Cette construction réglementaire fait suite aux deux premières lois sur l’instruction publique des 3 brumaire an IV (25 octobre 1795) et 11 floréal an X (1er mai 1802), la deuxième ayant notamment créé les lycées et l’inspection générale. Elle reprend le cadre des anciennes universités, abolies en 1793, pour l’étendre à l’ensemble du territoire de l’Empire. Dans ce cadre, l’instruction publique est organisée sur le mode corporatif, tout en étant, en fait, soumise à la tutelle de l’État. Le décret du 17 mars 1808 jette les bases de l’organisation administrative de l’instruction publique en France, soumise à une administration centrale qui est reliée aux établissements d’enseignement par la tournée des inspecteurs généraux et divisée en académies placées sous la conduite d’un recteur. Il ressuscite les facultés qui vont rester, jusqu’à la Troisième République, placées sous la tutelle directe de l’administration centrale et qui, pour ce qui concerne celles de lettres et de sciences, dans la dépendance du puissant enseignement secondaire. Il crée le premier corps enseignant public et laïc, dont il organise la formation (École normale supérieure) et le renouvellement (agrégation), et auquel il donne un statut comportant le droit à la retraite. La restauration du cadre universitaire donne une certaine légitimité à l’établissement du monopole public sur l’enseignement, qui sera appliqué plus ou moins souplement à l’enseignement secondaire jusqu’à la loi Falloux du 15 mars 1850, et strictement à l’enseignement des facultés jusqu’en 1875. Le décret de 1808 met en place un système de grades universitaires (baccalauréat, licence, doctorat) qui assure à plus long terme le contrôle de l’État sur l’enseignement des élites. Le premier de ces grades, le baccalauréat, constitue la porte d’entrée dans les facultés de médecine et de droit et dans l’enseignement des lycées et des collèges. Les enseignements secondaire et supérieur, encore assez confondus en 1808, vont s’organiser peu à peu de part et d’autre de cette barrière symbolique. À l’occasion de ce bicentenaire, l’université Paris IV - Sorbonne, l’université Charles de Gaulle – Lille III et le Service d’histoire de l’éducation (INRP-ENS) organisent trois manifestations :

L’État et l’éducation, 1808-2008. Colloque international, la Sorbonne, Paris, 11, 12 et 13 mars 2008.

Les recteurs d’académie et la fonction rectorale, deux cents ans d’histoire. Colloque en collaboration avec la Conférence des Recteurs français, la Sorbonne, Paris, 14 mars 2008.

Le baccalauréat et la certification des études secondaires : exception française ou pratique européenne ? (1808-2008). Colloque international, université Charles de Gaulle – Lille III, 14,15 et 16 mai 2008.

On trouvera les appels à communication de ces trois manifestations sur le site du SHE. La date de retour des propositions est fixée au 15 mai prochain pour les deux premiers, au 15 septembre pour le troisième.