Navigation – Plan du site
Comptes rendus

GUEREÑA (Jean-Louis). – El Alfabeto de la buenas maneras : los manuales de urbanidad en la España contemporánea

Madrid : Fundación Germán Sánchez Ruiperez, 2005. – 191 p. (Biblioteca del libro).
Alain Choppin
p. 216-217
Référence(s) :

GUEREÑA (Jean-Louis). – El Alfabeto de la buenas maneras : los manuales de urbanidad en la España contemporánea. – Madrid : Fundación Germán Sánchez Ruiperez, 2005. – 191 p. (Biblioteca del libro).

Texte intégral

1L’ouvrage que Jean-Louis Guereña consacre aux manuels de civilité espagnols des XIXe et XXe siècles est le produit d’un travail de recherche auquel l’auteur s’est livré depuis de nombreuses années et qui a donné lieu à plusieurs publications de référence. Il se compose de six chapitres, précédés d’une riche introduction consacrée à une première approche du concept de civilité (« urbanidad ») et à une présentation des contextes historique et scientifique de l’étude.

2Le premier chapitre traite des relations étroites qu’ont entretenues en Espagne, notamment au XIXe siècle et au début du XXe, l’éducation à la civilité et l’institution scolaire, ce dont témoignent la permanence et le nombre important des ouvrages de civilité publiés par les éditeurs classiques ou inscrits sur les listes des manuels approuvés par les instances éducatives. L’auteur voit d’ailleurs dans la continuité et l’abondance de cette production une exception espagnole – ou plus exactement ibérique –, liée notamment à l’histoire de la politique scolaire.

3L’ouvrage s’attache en second lieu au marché éditorial que représentent les manuels de civilité. Après avoir abordé les questions délicates que pose leur recensement et l’exploitation des principales sources disponibles, Jean-Louis Guereña étudie les principales caractéristiques et l’évolution de cette production, qui connaît un âge d’or dans la seconde moitié du XIXe siècle : éditeurs les plus prolifiques, titres les plus répandus, profil des auteurs, etc.

4Le manuel de civilité est ensuite étudié en tant qu’instrument pédagogique. Sont analysées les caractéristiques matérielles des ouvrages (titres, formats, typographie,…), puis leurs formes didactiques (dialogue, poésie, fable). Une attention toute particulière est portée à la fonction des illustrations qui apparaissent, dès les années 1830, sur les couvertures et dans le corps de l’ouvrage.

5C’est aux objectifs même de l’éducation à la civilité qu’est consacré le quatrième chapitre. « Quelle(s) étai(en)t alors la ou les fonctions du manuel de civilité dans et hors de l’espace scolaire ; quel était le but explicitement ou implicitement poursuivi ? » (p. 99). Après avoir étudié les définitions de la civilité proposées dans les manuels publiés tout au long de la période, l’auteur analyse, dans le discours des manuels, les quatre espaces où s’appliquent des règles de civilité spécifiques : le cadre familial, l’espace scolaire, les espaces publics et enfin l’Église et les espaces religieux.

6Dans le cinquième chapitre sont mises en évidence les trois notions de base sur lesquelles reposent les règles de la civilité dans le corpus des manuels étudiés : l’ordre, notion en théorie immuable ; les usages, qui sont relatifs aux contextes historiques, géographiques, sociaux, etc. ; le respect, dû à soi-même et aux autres.

7Les manuels de civilité destinés aux jeunes filles font l’objet du sixième et dernier chapitre. L’analyse de ces ouvrages confirme que les fonctions traditionnellement assignées aux femmes dans l’espace social amènent au développement de normes de civilité propres à leur sexe (modestie, pudeur,…), mais elle montre aussi la prise en compte de préoccupations comme la propreté et l’hygiène.

8De nombreuses notes (plus de 300 au total), regroupées à la fin de chaque chapitre, une liste de manuels consultés (120 titres), une abondante bibliographie scientifique (plus d’une centaine de références) et une table des illustrations, instruments dont la rédaction obéit à des normes bibliographiques rigoureuses, viennent confirmer l’incontestable qualité scientifique de l’ouvrage.

9Mais l’essentiel est peut-être ailleurs. Des extraits de manuels viennent en effet animer un discours scientifique qui reste accessible au non spécialiste, et une iconographie abondante (plus de cent reproductions), d’un format très lisible et d’une excellente qualité technique (netteté de l’image, rendu des couleurs), confère à cet ouvrage dont la facture est par ailleurs très soignée un intérêt documentaire et un attrait esthétique manifestes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Choppin, « GUEREÑA (Jean-Louis). – El Alfabeto de la buenas maneras : los manuales de urbanidad en la España contemporánea », Histoire de l’éducation, 114 | 2007, 216-217.

Référence électronique

Alain Choppin, « GUEREÑA (Jean-Louis). – El Alfabeto de la buenas maneras : los manuales de urbanidad en la España contemporánea », Histoire de l’éducation [En ligne], 114 | 2007, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 30 mai 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1285

Haut de page

Auteur

Alain Choppin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page