Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Le site en ligne du SHE

p. 88-89

Mis en ligne en octobre 2000 comme une partie constitutive du site de l’INRP, le site du Service d’histoire de l’éducation (www.inrp.fr/she) a vu, depuis cette date, sa fréquentation progresser régulièrement, le nombre de connexions attribuables et non identifiables doublant chaque année par rapport à l’année précédente pour arriver à un rythme de 800 000 connexions par an au premier semestre 2004. Les connexions identifiables à un pays d’après le suffixe proviennent de toutes les régions du monde, avec un développement marqué depuis deux ans du nombre des visiteurs d’Amérique du Nord, les États-Unis et le Canada étant devenus (mais très loin derrière la France), les deux premiers pays étrangers à fréquenter le site.

Le volume du site a connu dans le même temps une croissance exponentielle qui traduit le développement des services rendus. Des 250 fichiers constituant la première version du site (voir Histoire de l’éducation n° 89, mai 2001, pp. 123-125), on est passé à environ 700 en 2003, et à 21 658 au 1er juin 2004. Dans ce chiffre global, il faut distinguer trois grands ensembles :

  1. 2 455 pages de texte : 2 275 pages html supports de textes et de tables de données et 180 fichiers rtf et pdf.

  2. 19 200 images et fichiers supports d’images ;

  3. Les trois bases de données en PHP actuellement disponibles. Les deux autres bases de données développées par le SHE sont situées dans une autre partie du site de l’INRP, mais accessibles depuis le site propre du SHE.

En se développant, le site a conservé sa vocation de départ :

Il est la vitrine du SHE. Il présente l’unité, ses chercheurs, leurs recherches et publications, les publications propres de l’unité et les manifestations qu’elle organise.

C’est un outil de service qui permet d’améliorer la diffusion de l’information concernant l’actualité de l’histoire de l’éducation (appels à communications, congrès, colloques, séminaires, activités des associations et musées, ouvertures de fonds d’archives privées, directions d’études, etc.), de compléter les services rendus par la revue Histoire de l’éducation (information spécifique, tables rétrospectives des articles et compte rendus d’ouvrages), d’abriter des sites, provisoires ou plus durables, à l’appui de diverses opérations (colloques et journées d’études, congrès de l’ISCHE de 2002, bicentenaire des lycées, inventaire des ressources historiques des anciennes écoles normales d’instituteurs, réseau Ferdinand Buisson, projet « Le cours magistral : modalités et usages, xvie-xxe siècle ») et de diffuser largement des documents ou des éléments d’information historique concernant l’histoire de l’éducation.

Il est, enfin, le moyen d’accès à des bases de données et autres ressources documentaires ou iconographiques : actuellement, les bases de données Emmanuelle (répertoire des manuels scolaires depuis la Révolution, base Doris) et Emmanuelle 5 (bibliographie française sur l’histoire des manuels scolaires, base PHP) ; le Guide international de la recherche en histoire de l’éducation (base Doris) ; la liste des lauréats des concours de l’agrégation des lycées (1821-1950), celle des candidats à l’agrégation de l’université de Paris (1766-1791, base PHP) et de l’agrégation de droit (1856-1914, base PHP) ; les photographies commentées d’instruments scientifiques anciens issus de collections de lycées (plus de 90 instruments présentés, avec les notices biographiques de constructeurs et inventeurs) ; l’iconographie dans les ouvrages pour l’enfance et la jeunesse, de Gutenberg à Guizot (6 486 images indexées, tirées d’ouvrages de littérature et de jeunesse, de l’Ancien Régime à 1834). La mise en ligne de la bibliographie de l’histoire de l’éducation française (bibliographie courante, puis bibliographie rétrospective) est imminente.

Le projet (ACI CNRS) sur le cours magistral, après quelques mois d’existence, a déjà donné lieu à la mise en ligne d’un important volume de ressources documentaires : une base de données (PHP) recensant les cours manuscrits conservés dans les bibliothèques françaises et au Musée national de l’éducation, le texte et les illustrations d’une partie des exposés présentés dans le cadre du séminaire, et l’intégralité des cahiers manuscrits des cours de chimie de Rouelle et de Thénard (1 600 pages en ligne).

Le site du SHE abrite également, depuis l’été 2003, celui de l’Association internationale pour l’histoire de l’éducation (ISCHE).