Navigation – Plan du site
Comptes rendus

TERRAL (Hervé). – « Hussards noirs » en Midi toulousain. Choix de textes (1830-1940)

Toulouse : Les Amis des archives de la Haute-Garonne, 2004. – 156 p.
Marcel Grandière
p. 156-157
Référence(s) :

TERRAL (Hervé). – « Hussards noirs » en Midi toulousain. Choix de textes (1830-1940). – Toulouse : Les Amis des archives de la Haute-Garonne, 2004. – 156 p.

Texte intégral

1Cette anthologie, certes modeste, selon son auteur, montre la part d’hommes et de femmes du Midi toulousain dans la construction de l’école populaire française. Elle regroupe quelque vingt-cinq textes, surtout d’avant 1914, d’origine et de nature très diverses. Des personnalités comme Léon Gambetta (né à Cahors) et Jean Jaurès (député du Tarn) – difficilement assimilables à des « hussards noirs » de la République – y côtoient de célèbres pédagogues, l’abbé Sicard (du début du XIXe siècle), Gabriel Compayré, Pauline Kergomard, Paul Lapie, et aussi de plus obscurs et plus modestes acteurs de l’école, inspecteurs, directeurs d’école normale et instituteurs de base. Hervé Terral éclaire son anthologie d’une introduction générale et d’utiles présentations des textes choisis.

2Ce qui fait l’unité de ce recueil, c’est l’importance accordée au maître dans la construction de l’école, ce maître qui élève l’homme dans l’homme. « Vous tenez en vos mains l’intelligence et l’âme des enfants », écrit Jaurès aux instituteurs de Haute-Garonne le 15 janvier 1888 (p. 36). Les textes retenus sont essentiellement en relation avec la formation des instituteurs et institutrices, la clef des progrès de l’école au XIXe siècle, comme l’ont exprimé avec force Guizot puis Ferry, qui représentent les deux moments majeurs de l’évolution de l’instruction primaire dans le siècle. Les commencements des écoles normales, dans la période 1828-1835, la loi Guizot étant de 1833, ont été très modestes – il fallait trouver des élèves ! –, comme ceux des premières conférences pédagogiques « entre les instituteurs » – instituées par le règlement du 10 février 1837 plutôt que par celui du 27 février 1835 (p. 81) –, difficiles à mettre en place dans les cantons ruraux. Mais la volonté d’organiser est perceptible dans les textes proposés. La presse pédagogique nationale et locale accompagne le lent mouvement de structuration et d’implantation de l’école, promeut de véritables progrès de la pensée éducative, comme les rapports de conférences pédagogiques de la période républicaine le font voir dans ce livre. L’accomplissement se fera avec le Cours de pédagogie théorique et pratique (1885) de Gabriel Compayré (né à Albi), véritable manuel des professeurs des écoles normales (pp. 137-143).

3Malgré les progrès, cependant, la formation des maîtres reste très contestée et critiquée jusqu’à la Grande Guerre, comme le montre la proposition du député Massé, rapporteur du budget de l’Instruction publique – à la séance de la Chambre du 13 juillet 1904 plutôt qu’en décembre (p. 67) –, de les supprimer pour intégrer la formation normale dans les lycées.

4Le livre d’Hervé Terral est une intéressante contribution à la compréhension de la mission de l’école au XIXe siècle. Si l’école a charge d’âmes, les textes qu’il propose en donnent la démonstration.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Grandière, « TERRAL (Hervé). – « Hussards noirs » en Midi toulousain. Choix de textes (1830-1940) », Histoire de l’éducation, 109 | 2006, 156-157.

Référence électronique

Marcel Grandière, « TERRAL (Hervé). – « Hussards noirs » en Midi toulousain. Choix de textes (1830-1940) », Histoire de l’éducation [En ligne], 109 | 2006, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1211

Haut de page

Auteur

Marcel Grandière

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page