Navigation – Plan du site
Comptes rendus

QUEYNNEC (Jacques). – Frère Didier-Jacques Piveteau : de l’éducation à la formation

Paris : Éditions Don Bosco, 2004. – 302 p.
Marie-Laure Viaud
p. 140
Référence(s) :

QUEYNNEC (Jacques). – Frère Didier-Jacques Piveteau : de l’éducation à la formation. – Paris : Éditions Don Bosco, 2004. – 302 p.

Texte intégral

1À l’instar de la vie de Jacques Piveteau (en religion Frère Didier), cet ouvrage comprend trois parties, consacrées respectivement à ses conceptions de la foi et de la formation des catéchistes, aux objectifs d’une transformation de l’école, et à ses conceptions de la formation permanente en entreprise.

2On y découvre un pédagogue novateur qui, dans les années 1960 et 1970, s’investit dans le mouvement de réforme de l’enseignement du catéchisme, pour lequel il prône le travail de groupe, le travail personnel de recherche, la pédagogie différenciée, et le renouvellement de la formation des animateurs en catéchèse. À la même époque, les mutations de l’école l’amènent à penser que cette institution doit « se réformer, évoluer tant dans ses structures et ses programmes que dans ses méthodes » (p. 105). J. Piveteau milite en faveur des méthodes actives et de l’instauration de relations différentes entre enseignants et élèves. Dans la mouvance d’Illich, il réfléchit à des alternatives éducatives, au moyen de « déscolariser la société » en supprimant le système scolaire et en inventant d’autres lieux et d’autres temps d’éducation. À partir de 1973, devenu formateur en entreprise, il contribue à l’introduction en France du management situationnel et du management par objectifs. Il veut développer « des styles de management responsabilisants » et aider les cadres à améliorer les relations professionnelles vers des rapports plus justes et plus efficaces.

3C’est le principal mérite de ce livre : nous permettre de faire ainsi connaissance avec les idées de J. Piveteau. Pourtant, le parti pris méthodologique de s’en tenir à ses écrits conduit l’auteur à ne pas prendre en compte « l’essentiel de l’œuvre de Piveteau [qui] tient dans son action d’animateur et de formateur », comme l’explique D. Hameline (p. 278) en faisant part de ses réserves dans la postface. On peut également regretter que l’auteur ne situe que très peu J. Piveteau dans l’histoire des idées pédagogiques et n’explique pas réellement en quoi sa pensée a été singulière, alors que dans l’effervescence des années 1970, bien des hommes et des femmes ont adopté des positions très proches des siennes.

4Cet ouvrage est complété par des repères biographiques et une liste des livres de J. Piveteau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Viaud, « QUEYNNEC (Jacques). – Frère Didier-Jacques Piveteau : de l’éducation à la formation », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 140.

Référence électronique

Marie-Laure Viaud, « QUEYNNEC (Jacques). – Frère Didier-Jacques Piveteau : de l’éducation à la formation », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1167

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Viaud

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page