Navigation – Plan du site
Comptes rendus

FRAISSE (Emmanuel), HOUDART-MEROT (Violaine) (coord.). – Les enseignants et la littérature : la transmission en question. Actes du colloque de l’université de Cergy-Pontoise

Créteil : Éd. SCEREN/CRDP, 2004. – 288 p.
Clémence Cardon-Quint
p. 134-135
Référence(s) :

FRAISSE (Emmanuel), HOUDART-MEROT (Violaine) (coord.). – Les enseignants et la littérature : la transmission en question. Actes du colloque de l’université de Cergy-Pontoise. – Créteil : Éd. SCEREN/CRDP, 2004. – 288 p.

Texte intégral

1Prenant acte de la crise que traversent aujourd’hui les études littéraires, l’équipe « Lieux de littérature » du Centre de recherche « Texte/Histoire » de l’Université de Cergy-Pontoise examine ici la notion de transmission de la littérature et s’efforce de cerner sa signification et sa pertinence pour l’enseignement littéraire, de la maternelle à l’université.

2Le premier chapitre est consacré aux tentatives de définition et aux mises en perspective. Trois questions importantes sont ainsi abordées sous un angle historique : les divergences et convergences entre le modèle de lecture défendu par les enseignants et celui qui est défendu par les bibliothécaires, le poids des concours de recrutement dans la conception des enseignements littéraires à l’université et la place de la littérature dans les filières non-littéraires. Ces éclairages historiques sont complétés par deux tableaux de l’enseignement littéraire en Italie et en Grande-Bretagne. Enfin, une contribution consacrée à Gustave Lanson montre la pertinence dans le débat contemporain de certaines analyses et propositions faites à l’aube du XXe siècle par ce fervent partisan de la réforme de l’enseignement du français. Le deuxième chapitre met l’accent sur les enseignants et sur leur rôle de « transmetteurs de littérature », non seulement dans la classe, mais aussi, pour certains, dans leur travail de traducteurs, dans leurs échanges avec les écrivains ou dans leur activité poétique. Le troisième chapitre examine différents lieux de transmission de la littérature à travers des études de cas spécifiques : la lecture à l’école et au collège, la transmission littéraire en khâgne, la démarche suivie dans les sections « arts du spectacle », l’évocation en classe de la torture par le biais du témoignage et de l’œuvre littéraire, la place de la littérature allemande dans les études germaniques et la transmission des œuvres poétiques.

3Les contributions réunies dans cet ouvrage sont donc de natures et d’ambitions très diverses, allant du témoignage à la synthèse historique, en passant par l’analyse d’entretiens, l’étude des textes officiels et la réflexion théorique. Cette variété de points de vue et de méthodes a le mérite de mettre en lumière l’inévitable complexité de la transmission littéraire, liée, en définitive, à la complexité de la chose littéraire elle-même. L’observation des pratiques, en rupture avec les discours de déploration, débouche ici sur des propositions concrètes pour mettre un terme à la crise des études littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Cardon-Quint, « FRAISSE (Emmanuel), HOUDART-MEROT (Violaine) (coord.). – Les enseignants et la littérature : la transmission en question. Actes du colloque de l’université de Cergy-Pontoise », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 134-135.

Référence électronique

Clémence Cardon-Quint, « FRAISSE (Emmanuel), HOUDART-MEROT (Violaine) (coord.). – Les enseignants et la littérature : la transmission en question. Actes du colloque de l’université de Cergy-Pontoise », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1148

Haut de page

Auteur

Clémence Cardon-Quint

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page