Navigation – Plan du site
Comptes rendus

CHALMEL (Loïc). – Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle

Berne : Peter Lang, 2004. – 270 p. (Éducation : Histoire et pensée).
Marcel Grandière
p. 117-118
Référence(s) :

CHALMEL (Loïc). – Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle. – Berne : Peter Lang, 2004. – 270 p. (Éducation : Histoire et pensée).

Texte intégral

1En 1775, deux jeunes Strasbourgeois, Jean Frédéric Simon et Jean Schweighaüser, se déplacent vers la principauté de Saxe Anhalt Dessau pour se former à la méthode que Jean Bernard Basedow met en œuvre dans son institut ouvert l’année précédente. Ils suivent les conseils d’Isaac Iselin : celui-ci dirige à Bâle la revue Ephemeriden der Menscheit qui soutient tous les amis de l’humanité qui travaillent à la réforme de l’éducation, comme Basedow et bientôt Pestalozzi. Cette revue est une source importante de l’ouvrage de Loic Chalmel. Les deux jeunes pédagogues strasbourgeois ont aussi le soutien du pasteur piétiste Jean Frédéric Oberlin du Ban de la Roche. Après leur retour en 1777 en Alsace pour y poursuivre leur carrière éducative, Simon et Schweighaüser sont initiés à la loge « Ferdinand aux neuf étoiles » de leur ville. Telle est la problématique de ce livre : suivre le parcours de ces deux jeunes Français pour faire vivre et reconstituer le réseau des pédagogues philanthropinistes, en particulier dans le couloir rhénan, et pour faire connaître leur œuvre pédagogique. L’intérêt du livre est aussi de montrer les liens établis avec l’espace français et la tentative de Simon pour s’introduire dans les débats sur l’instruction publique sous la Révolution.

2L. Chalmel entreprend d’abord de contextualiser les idées pédagogiques agitées à Dessau, la relation entre la formation intellectuelle et l’expérience sensible, en particulier l’image, le choix de la religion naturelle, l’usage des langues. Le contexte germanique est certes favorable aux efforts des philanthropinistes pour réformer l’éducation. Les réalisations humanistes et piétistes, l’influence de l’Orbis sensualium pictus quadrilinguis (1685) de Coménius permettent les nouveaux développements du XVIIIe siècle, quand les idées de l’Aufklärung et les sentiments d’humanité des philanthropes viennent enrichir et renouveler la réflexion pédagogique. L’idée du bonheur, l’amour de l’homme, invitent à l’instruction et à l’éducation des enfants. Les progrès de l’humanité espérés par les philosophes y sont totalement associés. Il existe bien un terrain favorable à un nouveau mouvement de réforme dans la deuxième moitié du siècle des Lumières. Ce mouvement a le soutien des sociétés philanthropiques, des réseaux maçonniques ; les Éphémérides d’Iselin font connaître les idées, présentent les livres de J.-F. Simon, soutiennent les instituts. Les deux pédagogues strasbourgeois fondent l’Institution des Jeunes Demoiselles en 1779 à Strasbourg.

3Simon participe avec enthousiasme à la Révolution française. Il veut faire partager au comité d’Instruction publique ce qui est la passion de sa vie, la formation des maîtres, qui était aussi celle de Basedow à Dessau et de tout autre directeur de philanthropinum. L’expression « école normale » aurait été introduite en France par Simon, une expression empruntée à une école autrichienne créée par l’évêque Felbiger en 1774. Le pédagogue strasbourgeois obtient l’établissement dans sa ville de la première école normale départementale française, en 1794 ; si elle reste alors sans réalisation concrète, c’est quand même à Strasbourg que sera créé, en 1810, avec succès cette fois, le premier établissement français, pour former des maîtres localement, un modèle auquel se référeront Ambroise Rendu et François Guizot deux décennies plus tard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Grandière, « CHALMEL (Loïc). – Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 117-118.

Référence électronique

Marcel Grandière, « CHALMEL (Loïc). – Réseaux philanthropinistes et pédagogie au XVIIIe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1134

Haut de page

Auteur

Marcel Grandière

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page