Navigation – Plan du site
Notes critiques

CHIOSSO (Giorgio) (dir.). – TESEO. Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento

Milan : Editrice Bibliografica, 2003. – 760 p.
Mariella Colin
p. 86-89
Référence(s) :

CHIOSSO (Giorgio) (dir.). – TESEO. Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento. – Milan : Editrice Bibliografica, 2003. – 760 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage qui ne devra manquer dans aucune bibliothèque d’un département d’histoire de l’éducation, et d’histoire tout court, en Italie. Véritable monument de 760 pages in quarto, TESEO – acronyme formé par les initiales de Typographes et Éditeurs du secteur Scolaire et Éducatif de l’Ottocento, soit le XIXe siècle –, est non seulement un aboutissement mais aussi un modèle de recherche historique. Il constitue le résultat d’un programme collectif exemplaire, mené sous la direction de Giorgio Chiosso, qui a établi un réseau de 61 collaborateurs et regroupé quatre universités (Turin, Padoue, Bologne et Florence), pendant cinq ans, de 1998 à 2003. Un travail titanesque, en raison de l’immensité du domaine à explorer et de l’état fragmentaire des sources, dispersées dans toute la péninsule. La division séculaire du territoire national, qui commence à s’unifier en 1860 (date de la constitution de l’Italie en État) mais qui persistera encore longtemps, explique l’ampleur de l’opération déployée, ainsi que la minutie avec laquelle la tâche a dû être assumée par les chercheurs.

2Il fallait d’abord, pour pouvoir repérer tous les éditeurs-typographes de livres scolaires et éducatifs, cerner ce secteur au sein de la production libraire : une décision difficile à prendre, dans la mesure où il s’agissait d’un domaine extrêmement flou au siècle dernier, lorsque les ouvrages de ce genre étaient légion. La question a été tranchée dans le sens le plus large ; les auteurs de TESEO se sont inspirés des critères qui avaient été retenus au siècle dernier par le Bollettino bibliografico delle pubblicazioni italiane, et les publications prises en considération recouvrent la totalité de la production à caractère didactique et pédagogique du XIXe siècle. Celle-ci comprend : les manuels scolaires proprement dits pour chaque discipline et chaque degré de l’enseignement ; les textes de littérature classique et moderne commentés et annotés à usage scolaire ; les livres « d’instruction et d’éducation » ou « d’instruction et de récréation » qui circulaient tant dans les écoles primaires que dans les bibliothèques et chez les familles ; les livres d’instruction populaire pour les adultes et les livres de didactique et de pédagogie pour les enseignants. Le choix d’un corpus de référence très vaste a donc conduit à prendre en considération non seulement les éditeurs-typographes spécialisés dans la production et la commercialisation de livres et manuels scolaires, mais aussi tous ceux qui sont intervenus de manière plus occasionnelle dans l’un des champs pris en considération par l’enquête.

3TESEO a ainsi recensé 601 entreprises d’édition et de typographie qui ont été identifiées à partir de toutes les sources bibliographiques et archivistiques existantes, comme les catalogues collectifs des libraires du XIXe siècle et les brochures et prospectus diffusés individuellement par les éditeurs-typographes de la péninsule, puis les répertoires bibliographiques les plus récents, comme CLIO (autre acronyme désignant le Catalogo Libraio Italiano dell’Ottocento). Les archives historiques municipales ont permis aux chercheurs de reconstituer les vicissitudes des petits typographes-libraires de toutes les provinces de la péninsule.

4Les 601 éditeurs-typographes recensés ont fait l’objet d’autant de fiches très denses, composées pour chacune d’entre elles de deux parties. La première constitue la carte d’identité de la maison ; son nom, son lieu d’implantation, sa durée de vie (indiquée par les dates de début et fin d’activité) sont suivis par la présentation de tous les auteurs et collaborateurs, avec leurs fonctions et compétences propres. La deuxième partie, plus descriptive, détaille les vicissitudes économiques et technologiques de l’entreprise et de ses propriétaires et présente une analyse de ses publications et de leur évolution. Une bibliographie critique accompagne et complète chaque fiche, tandis qu’un bel encart de trente-deux pages en couleurs reproduit plusieurs couvertures des manuels du corpus étudié. Il s’agit d’un échantillon assemblé avec soin, qui offre de bons exemples de la variété d’une production libraire allant des abécédaires et des catéchismes aux manuels scientifiques de toutes les disciplines, et qui permet d’en suivre l’évolution thématique et chronologique (les couvertures vont de 1744 à 1899). Plusieurs index analytiques et raisonnés (index général de tous les éditeurs-typographes ; index chronologique des dates de fondations des sociétés ; index des lieux d’édition ; index des auteurs et collaborateurs éditoriaux ; index des secteurs de production libraire examinés) complètent l’ouvrage.

5Par la richesse et la précision de leurs contenus, la portée des études regroupées dans ce volume s’étend à plusieurs domaines de la vie économique et culturelle de ce temps.

6Le premier est celui de l’histoire de l’enseignement, qui est traitée non seulement dans les fiches analytiques, mais également dans une série d’essais préliminaires. Sept synthèses rédigées par des spécialistes italiens d’histoire de l’éducation sont consacrées aux livres et manuels scolaires, du début du XIXe siècle aux premières décennies du XXe. Elles portent respectivement sur l’évolution générale du livre scolaire pendant toute cette période (Giorgio Chiosso) ; les livres pour l’école primaire pendant la Restauration (Paolo Bianchini) ; les livres de grammaire italienne (Maria Cristina Morandini) ; les anthologies littéraires (Lorenzo Cantatore) ; les manuels d’histoire (Anna Ascenzi et Roberto Sani) ; les manuels de géométrie (Livia Giacardi) et les ouvrages de didactique et de pédagogie pour les maîtres (Carmen Betti).

7Le deuxième domaine est celui de l’histoire de l’édition, pour laquelle l’objet marchand « livre d’école et d’éducation » – le plus important du marché éditorial – était devenu le moteur d’une dynamique économique puissante. La reconstitution, dans le détail, de l’évolution du monde de l’entreprise éditoriale et typographique permet de comprendre les stratégies économiques et technologiques utilisées par ses leaders à tous les niveaux. TESEO permet de vérifier la persistance ou l’élimination de toutes les maisons d’édition, grandes et petites, dont certaines ont disparu (comme Treves, Agnelli et Carrara à Milan, Paggi à Florence, Botta à Turin…) tandis que d’autres sont toujours en activité (comme Paravia et UTET à Turin, Vallardi à Milan, Le Monnier et Loescher à Florence…).

8Le troisième domaine est celui de l’histoire de la culture : les fiches mettent en évidence la grande cohérence du projet de plusieurs éditeurs, qui furent non seulement des entrepreneurs industriels mais aussi des protagonistes de la scène culturelle de leur temps. Si certains ne virent dans le livre d’école qu’une opportunité offerte par un marché en expansion, d’autres en revanche furent des intellectuels personnellement engagés dans l’action de scolarisation et d’alphabétisation collective, et mirent en œuvre des stratégies personnelles tant dans le choix des auteurs et collaborateurs (qu’ils cherchèrent à s’attacher) que dans le choix des directions à donner à leur production, en correspondance avec les attentes d’un public qui était alors en formation.

9Offrant à la fois un instrument bibliographique irremplaçable et une étude scientifique de tout premier ordre, TESEO constitue pour tous les chercheurs en histoire de l’éducation et de l’édition scolaire un instrument de recherche des plus utiles, ainsi qu’un ouvrage de référence dont il sera impossible de se passer dorénavant. On attend avec impatience la suite de ce programme toujours en cours, dont les réalisations à venir sont tout aussi ambitieuses que celle qui est déjà sous nos yeux : tout d’abord, le deuxième tome de TESEO, qui doit poursuivre le même genre de recensement pour les éditeurs-typographes dont l’activité a débuté au XXe siècle ; ensuite, la mise en route du projet EDISCO, base de données de tous les manuels scolaires italiens comparable à EMMANUELLE du Service d’histoire de l’éducation. Une entreprise encore plus redoutable que le recensement des éditeurs-typographes de TESEO, en raison non seulement de la dispersion des sources mais aussi des lacunes dans la conservation ou le catalogage de ces fonds dans les bibliothèques de la péninsule. De quoi occuper toute l’équipe pendant plusieurs années encore !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariella Colin, « CHIOSSO (Giorgio) (dir.). – TESEO. Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento », Histoire de l’éducation, 105 | 2005, 86-89.

Référence électronique

Mariella Colin, « CHIOSSO (Giorgio) (dir.). – TESEO. Tipografi e editori scolastico-educativi dell’Ottocento », Histoire de l’éducation [En ligne], 105 | 2005, mis en ligne le 23 mars 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/1101

Haut de page

Auteur

Mariella Colin

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page