Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Association internationale pour l’histoire de l’éducation (ISCHE)

XXVIIe et XXVIIIe congrès
p. 67-68

Le 27e congrès de l’ISCHE a lieu à Sydney (Australie) du 3 au 9 juillet 2005 dans le cadre du 20e congrès du Comité international des sciences historiques (CISH) auquel l’association est affiliée. Outre les communications portant sur le thème spécifique du congrès de l’ISCHE, « Frontières et barrières dans l’histoire de l’éducation » (détaillé dans Histoire de l’éducation, n° 101, p. 87), il sera l’occasion d’une session des trois groupes de travail internationaux actuellement en activité au sein de l’ISCHE (genre ; influences transculturelles ; syndicalisme enseignant). Par ailleurs, le programme du congrès du CISH comporte deux thèmes spécifiques (« Les manuels d’histoire, du récit de la nation au récit des citoyens » ; « L’instruction publique comme mécanisme d’inclusion et d’exclusion ») et une table ronde (« Enfance et guerre ») qui intéressent plus particulièrement l’histoire de l’éducation.

Le 28e congrès de l’ISCHE, organisé sous la direction de Daniel Lindmark, aura lieu à l’Université d’Umeå (Suède) en août 2006. Le thème (modifié par rapport à la proposition initiale, et sous réserve d’approbation par l’assemblée générale) en sera « Technologies du mot : les littéracies en histoire de l’éducation » (Technologies of the Word : Literacies in the History of Education). L’oralité, la lecture, l’écriture et l’informatique constituent autant de stades distincts dans le développement de la littéracie, et donc de l’enseignement et de l’apprentissage, correspondant à chaque fois à un changement de support dans l’échange de mots entre individus. Le congrès couvrira l’ensemble de cette évolution historique et sera particulièrement attentif aux transitions, aux pratiques et aux fonctions de la littéracie et de l’éducation au niveau individuel, local, régional, national et mondial. Comment la littéracie change-t-elle l’éducation et comment l’éducation change-t-elle la littéracie ? Quelles sont les conséquences des nouvelles pratiques de littéracie dans l’éducation et comment ces pratiques se transforment-elles ? Quels sont les besoins et les usages en matière de littéracie, et comment varient-ils dans le temps et en fonction des individus et des groupes ?

Les organisateurs invitent à envisager la littéracie sous différents angles : comme un instrument de pouvoir et d’identité ; en liaison avec le contexte politique, social, économique ou psychologique ; du point de vue des pratiques éducatives en matière de culture orale ou écrite, de la question de la précocité ou du retard de l’alphabétisation ; ou en mettant l’accent sur les oppositions entre littéracies classique et vernaculaire, religieuse et citoyenne, élitiste et populaire, ou entre instruction formelle et informelle, destinée aux enfants ou aux adultes.

Des exposés portant sur les transitions entre les différents modes de « littéracie » et de « post-littéracie » (iconographie, audio-visuel) seront particulièrement bienvenus, mais aussi des études autour des alphabets, des caractères d’imprimerie, des styles d’écriture à la main, ou sur des pratiques éducatives telles que les méthodes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture ou l’enseignement et l’apprentissage aidés par ordinateur. Le site web de ce congrès sera prochainement en ligne. Comme celui du congrès de Sydney, il sera accessible depuis le site officiel de l’ISCHE (http://www.inrp.fr/she/ische).

Le principe d’un 29e congrès à l’Université de Hambourg (Allemagne) en 2007, sur le thème de l’enfance et de la jeunesse en danger, sera proposé par Christine Mayer à la prochaine assemblée générale de l’association.