Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

L’histoire comparée de l’éducation dans l’Europe du sud

Du 25 au 27 novembre 1999 s’est tenu à l’Université de Cassino (Italie) le premier colloque du Groupe international de recherche sur l’histoire comparée de l’éducation dans l’Europe du sud (réseau SPICAE.-Sodalitas Pro Investigatione Comparata Adhaesa Educationi), constitué formellement à Valladolid (Espagne) en juin 1997. Ce réseau, qui regroupe des historiens de l’éducation espagnols, français, italiens et portugais, a pour ambition d’aborder dans une optique comparative l’histoire de l’éducation, tant formelle qu’informelle, dans les différents pays constituant l’aire culturelle de l’Europe du sud, et ce du XVIIIe siècle à nos jours : politiques scolaires, implantation des réseaux institutionnels, introduction des innovations pédagogiques dans les systèmes éducatifs et conséquences culturelles et sociales… Plus particulièrement, le réseau SPICAE vise l’étude des contributions des systèmes éducatifs nationaux à la configuration de l’image et de la réalité européenne, ainsi que l’approche des influences éducatives et pédagogiques entre les divers pays qui composent l’aire d’étude.

Dans ce cadre, la réunion de Cassino, organisée par les professeurs Giovanni Genovesi (Université de Ferrara) et Paolo Russo (Université de Cassino), se proposait d’étudier concrètement les images de l’Europe présentées dans les manuels scolaires des pays de l’Europe du sud de 1900 à 1945 (L’immagine e l’idea di Europa nei manuali scolastici). Dans les faits, seuls furent abordés dans une vingtaine de communications, pour une conjoncture historique plus ou moins large, les cas espagnol (Consuelo Delgado, Agustín Escolano, Jean-Louis Guereña, José María Hernández Díaz, Clara Revuelta, Julio Ruiz Berrio), italien (Catalina Albacete, Luciana Bellatalla, Giovanni et Piergiovanni Genovesi, Anita Gramigna, Silvia Marcucci, Marco Righetti, Paolo Russo) et portugais (Aurea Adâo, António Gomes Ferreira, Justino de Magalhâes, Rogèrio Fernandes, Joaquim Pintassilgo). Manquait ainsi à l’appel le cas français, afin de compléter l’examen comparatif de diverses situations nationales.

À l’heure de la construction européenne et de la mise en place de la monnaie commune, il était certes intéressant de se pencher sur les images réciproques que présentent les différents manuels scolaires en usage dans les enseignements primaire et secondaire (lecture, histoire, géographie, civilité…) de divers pays européens du sud au cours de la première moitié du XXe siècle. Les manuels scolaires, dont l’intérêt pour l’histoire de l’éducation n’est plus à démontrer, renvoient en effet directement aux images nationales des différents pays concernés qu’ils ont tendance à encenser et symboliser, mais reproduisent également les différents stéréotypes nationaux plus ou moins caricaturaux véhiculés par ailleurs et présentent, principalement dans les manuels d’histoire mais pas uniquement, les événements et situations supranationales, et donc européennes. Même si chaque communication n’abordait qu’un seul pays, la discussion a permis de comparer diverses situations (ce fut notamment le cas pour les différents régimes dictatoriaux). Les actes de ce riche et passionnant colloque devraient paraître prochainement en Italie (Franco Angeli Editore).

Le prochain colloque aura lieu au Portugal en 2001 sur le thème de la modernisation pédagogique et de « l’école pour tous » dans l’Europe du sud (au cours de la période allant de 1900 à 2000). Les intéressés sont invités à contacter directement le professeur Giovanni Genovesi, actuel coordinateur général du réseau SPICAE (Universitá degli Studi di Ferrara, Facoltá di Lettere e Filosofia, Dipartamento di Scienze Umane, Via G. Savonarola 38, 44100 Ferrara, Italie ; courrier électronique : gng@ifeuniv.unife.it).