Navigation – Plan du site
Comptes rendus

BEJA (Filomena) et al. – Muitos Años de Escolas

Avec la collaboration de Julia Serra, Estella Machás, Isabel Saldanha. T. I : Edifícios para o Ensino Infantil e Primário até 1941. T. II : Edifícios para o Ensino Infantil e Primário, anos 40 - anos 70. – Lisbonne : ministère de l’Éducation, 1990 et 1996. – 344 p. et 342 p.
Ana Teresa Santa-Clara
Référence(s) :

BEJA (Filomena) et al. – Muitos Años de Escolas, Avec la collaboration de Julia Serra, Estella Machás, Isabel Saldanha. T. I : Edifícios para o Ensino Infantil e Primário até 1941. T. II : Edifícios para o Ensino Infantil e Primário, anos 40 - anos 70. – Lisbonne : ministère de l’Éducation, 1990 et 1996. – 344 p. et 342 p.

Texte intégral

1Abondamment illustré, cet ouvrage repose sur une documentation principalement conservée au Centre de documentation et d’information du ministère de l’Éducation portugais, où travaillent les auteurs. C’est à travers des cartes, plans et relevés, photographies d’époque ou actuelles, qu’est en effet retracée l’histoire de l’architecture scolaire portugaise, située dans son contexte politique, social et pédagogique.

2Le premier volume traite des écoles primaires construites jusqu’aux années 1940. Les documents antérieurs au XIXe siècle sont rares, et c’est seulement vers 1880 qu’apparaissent les premières constructions spécifiquement vouées à l’enseignement primaire ; elles sont notamment dues à de grands bourgeois qui financent la construction d’écoles pour les fils de leurs ouvriers. La fin de la monarchie a lieu en 1910. Après cette date, les républicains s’efforcent de réformer l’enseignement primaire. C’est une période où sont construites de nombreuses écoles, signées par les architectes les plus renommés de l’époque. Ces édifices sont de grande qualité, tant esthétique que fonctionnelle. À cette époque, l’école primaire, en sus des salles de classe, inclut souvent une bibliothèque, une salle pour le(s) professeur(s), et une salle pour les travaux manuels. Au contraire, après les années 1930, elle se réduit à une salle unique, ou dédoublée, en distinguant filles et garçons.

3Le deuxième volume commence avec les années 1940. Celles-ci constituent, en effet, une période importante dans l’histoire de la construction des écoles primaires. En 1940, le régime organise une grande commémoration à la fois de la naissance du royaume du Portugal (1140) et du rétablissement de l’indépendance après 80 ans de domination par la Castille (1640). La commémoration des « centenaires » s’accompagne de nombreuses initiatives culturelles, l’une d’entre elles concernant les écoles primaires, qui font l’objet d’un plan général de constructions nommé précisément, « Plan des centenaires ». Ce plan s’organisait selon les divisions administratives du territoire, se déclinant en projets-types propres aux différentes régions : on cherchait à traduire leur « spécificité régionale » essentiellement par le choix des matériaux de construction, retenus parmi les plus utilisés par l’architecture populaire de chaque région. Un autre tournant dans l’histoire des constructions scolaires se situe dans les années 1960. Les pressions internationales et nationales, qui dénoncent le bas niveau de scolarisation portugais, et aussi la pression de la croissance démographique, forcent alors le ministère de l’Éducation à fournir un effort financier important pour l’éducation. Cette période se caractérise non seulement par la construction de nombreuses écoles, mais aussi par l’adoption de nouveaux mobiliers et outils didactiques adaptés aux enfants. Le livre s’achève au début des années 1970. Celles-ci ouvrent une nouvelle phase dans l’histoire de l’éducation portugaise, puisque ce sont elles qui voient le phénomène de massification scolaire – avec toutes ses conséquences dans la (ré)organisation des espaces pour accueillir un nombre croissant d’élèves – et aussi parce que la Révolution de 1974 permettra de modifier profondément le système scolaire lui-même.

4Les différentes phases qu’a connues l’histoire des constructions scolaires sont donc révélatrices de celles de la société portugaise tout entière. À ce titre, la succession de documents ici réunis et présentés constitue une initiation à l’histoire de l’éducation de ce pays, tout en offrant, plus particulièrement, des éléments de comparaison intéressants à ce qui est devenu, internationalement, un secteur de recherche novateur : l’histoire matérielle de l’école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Teresa Santa-Clara, « BEJA (Filomena) et al. – Muitos Años de Escolas », Histoire de l’éducation [En ligne], 85 | 2000, mis en ligne le 11 octobre 2008, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/411

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page