Navigation – Plan du site
Comptes rendus

MUSSELIN (Christine). – La Longue marche des universités françaises.

Paris : PUF, 2001. – 218 p.
Françoise Mayeur
p. 173-174
Référence(s) :

MUSSELIN (Christine). – La Longue marche des universités françaises. – Paris : PUF, 2001. – 218 p.

Texte intégral

  • 1 Cf. entre autres E. Friedberg et C. Musselin : L’État face aux universités, Paris, Anthropos, 1993 (...)

1Spécialiste de la structure contemporaine des universités, notamment dans leurs relations avec l’État1, l’auteur adopte ici, au départ, une démarche plus historique destinée à montrer l’échec des réformes entreprises depuis la Révolution, Elle voit au contraire un grand changement dans le comportement récent du ministère. Il cesse en effet de centrer son action sur les disciplines (les anciennes facultés) pour la porter, à partir de 1988, sur les universités qui vont ainsi accroître leur autonomie.

  • 2 La troisième partie : « D’une configuration universitaire à l’autre » ne cite presque intégralement (...)

2Une première partie brosse à traits un peu trop larges ce qui aboutit, dans une centralisation étatique et corporative, à « l’échec » des réformes conduites par la iiie République. L’« émergence d’une nouvelle représentation de ce que devraient être les universités françaises et du rôle de la tutelle » provient apparemment des contrats quadriennaux entre chaque université et l’administration centrale. L’évolution de cette dernière a pour conséquence un renforcement du gouvernement des universités. Ce qui permet à l’auteur de « proposer un cadre d’analyse des systèmes universitaires et de leurs évolutions ». Regardée d’abord comme une panacée, la contractualisation s’avère une « solution fragile » et contient une contradiction entre un « mode interventionniste centralisateur » et un « mode différenciateur » qui tient mieux compte des diversités locales. Passé un bref hommage à l’action de Claude Allègre (p. 118), Christine Musselin mène, style et vocabulaire compris, son développement à la manière des sociologues et l’histoire n’est plus qu’une série de repères chronologiques. Les organisations, les « configurations » finissent par occulter les acteurs qui les ont fait évoluer2. Allégés ainsi du poids des singularités, les lecteurs se voient en face d’une interprétation du changement qui en fait la « greffe d’un nouveau référentiel sur le précédent » (p. 186).

3La conclusion, passablement volontariste (« Elles doivent », « il faut… il faut ») constate un point commun : l’évolution renforce le gouvernement des universités. Elle envisage les « défis à venir » : comment intégrer, dans le gouvernement de l’établissement, les directeurs d’UFR, dont elle assombrit la marginalisation ? Quel sera « le positionnement des universités en matière d’offre de formations » ? Le dernier et non le moindre de ces défis regarde la gestion des personnels et enseignants, comme l’implication des présidents et des instances universitaires dans les décisions de recrutement. D’où l’appel à des formes d’expertise plus indépendantes de la tutelle.

4L’ouvrage, à l’évidence, relève plus de la sociologie des organisations que de l’histoire. L’opposition entre l’Université « napoléonienne », « facultaire », immobile, et l’évolution subie par les universités durant ces trente dernières années se révèle en quelque sorte manichéenne. C’est méconnaître les mutations survenues auparavant, même si certaines initiatives ont essuyé un échec au moins partiel. Elles montrent qu’un même cadre institutionnel peut supporter ces mutations. Compte tenu des changements numériques qui eurent lieu durant tout un siècle, le rôle que connurent les acteurs dans ces petits univers où tout le monde se connaissait et où les universitaires avaient plus de poids qu’aujourd’hui devant l’autorité de tutelle, n’apparaît pas si négligeable.

Haut de page

Notes

1 Cf. entre autres E. Friedberg et C. Musselin : L’État face aux universités, Paris, Anthropos, 1993 et En quête d’universités, Paris, L’Harmattan, l989.

2 La troisième partie : « D’une configuration universitaire à l’autre » ne cite presque intégralement que des travaux de sociologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Mayeur, « MUSSELIN (Christine). – La Longue marche des universités françaises. », Histoire de l’éducation, 93 | 2002, 173-174.

Référence électronique

Françoise Mayeur, « MUSSELIN (Christine). – La Longue marche des universités françaises. », Histoire de l’éducation [En ligne], 93 | 2002, mis en ligne le 15 janvier 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/324

Haut de page

Auteur

Françoise Mayeur

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page