Navigation – Plan du site
Dossier

La progressive mise en place de la « collaboration » entre l’administration et les organisations corporatives des instituteurs avant la Seconde Guerre mondiale

The gradual setting up of “collaboration” between government and primary school teachers’ corporate organisations before the Second World War
Loïc Le Bars
p. 9-28

Résumés

Mettre fin au fonctionnement « autocratique » de l’administration et à l’intervention des politiques dans le déroulement de la carrière des instituteurs et des institutrices est très vite devenu la principale revendication des représentants du personnel dans les conseils départementaux de l’enseignement primaire mis en place par la IIIe République. Les amicales puis les premiers syndicats la reprennent à leur compte. Faute de parvenir à rendre paritaires les comités départementaux, ces organisations préconisent l’instauration d’une « collaboration » entre leurs représentants et ceux de l’administration dans des comités consultatifs chargés de préparer le mouvement du personnel et son avancement. Cette collaboration se met assez vite en place dans plusieurs départements mais sa généralisation ne se fait que très progressivement. Les circulaires ministérielles de 1911 (Théodore Steeg), 1925 (Anatole de Monzie) et enfin 1937 (Jean Zay) constituent autant d’étapes décisives dans sa mise en œuvre et son approfondissement. Ce processus renforce considérablement le poids du Syndicat national des instituteurs et institutrices dans la profession.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

I. La situation ambiguë des conseillers départementaux
II. L’émergence des organisations corporatives
III. les difficiles débuts de la collaboration
IV. La généralisation de la collaboration

Aperçu du début du texte

En 1909, le rapporteur d’un projet de loi sur l’instauration d’un statut des fonctionnaires, Georges Chaigne, peut affirmer à la tribune de la Chambre des députés sans crainte d’être contredit qu’« à l’heure actuelle, la démocratie française est administrée comme si Louis XIV ou Napoléon régnaient encore. En haut, une volonté souveraine ; au-dessous, des manœuvres chargés d’exécuter des décisions prises en dehors d’eux ». Dans l’enseignement primaire, cette contradiction entre un régime politique se réclamant de la démocratie et le fonctionnement autocratique de son administration est d’autant plus mal vécu que les instituteurs sont nommés par les préfets qui ne se privent pas de répondre favorablement aux sollicitations des élus de leur département désireux d’obtenir le « déplacement d’office » d’un instituteur aux idées trop « avancées », ou qui refuse de devenir leur agent électoral, et son remplacement par un fonctionnaire plus docile.

La nomination des instituteurs par « l’autor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Le Bars, « La progressive mise en place de la « collaboration » entre l’administration et les organisations corporatives des instituteurs avant la Seconde Guerre mondiale », Histoire de l’éducation, 146 | 2016, 9-28.

Référence électronique

Loïc Le Bars, « La progressive mise en place de la « collaboration » entre l’administration et les organisations corporatives des instituteurs avant la Seconde Guerre mondiale », Histoire de l’éducation [En ligne], 146 | 2016, mis en ligne le 30 décembre 2019, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3211 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3211

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page