Navigation – Plan du site
Dossier

De l’« omnipotence des bureaux » à la représentation du personnel : les organes de décision concernant l’avancement et les promotions dans l’enseignement secondaire entre 1808 et 1940

From the omnipotence of the administration to the representation of teaching staff: decision-making bodies concerning promotions in secondary education
Yves Verneuil
p. 45-78

Résumés

L’histoire de l’évolution de la procédure décisionnelle de l’avancement et de la promotion des professeurs de l’enseignement secondaire permet de mettre en relief la différence des procédés de gestion administrative selon les régimes politiques entre 1808 et 1940. Cependant, une constante parcourt presque toute la période : l’existence d’un organisme, composé d’universitaires, chargé de faire des propositions en matière d’avancement des professeurs de l’enseignement secondaire. Cet organisme matérialise la part d’autonomie laissée à l’Université, conçue à l’origine comme une corporation. Cependant, entre les deux guerres, émerge parmi les cégétistes la revendication d’une gestion paritaire. Ce système peut être considéré comme le prélude à un néo-corporatisme. Mais certains syndiqués y voient plutôt la transposition de la lutte des classes. Aussi bien cette conception ne fait-elle pas l’unanimité, certains professeurs restant attachés à l’idée de corporation universitaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

I. Du Premier au Second Empire : entre monarchie et oligarchie
1. L’Université napoléonienne : le grand maître et le Conseil impérial
2. Décentralisation ?
3. De la Commission au Conseil royal de l’instruction publique
4. Le ministre face à l’oligarchie du Conseil
5. La loi Falloux réorganise le Conseil supérieur
6. Le Second Empire supprime la section permanente
II. Le Comité consultatif de l’enseignement public
1. Un Comité consultatif à la place de la section permanente du CSIP
2. Composition et rôle du Comité consultatif de l’enseignement public
3. Une pratique en décalage
4. Reprise et clarification par Jules Ferry
5. Un rôle effectif ?
III. Le personnel demande des garanties
1. La République du mérite ?
2. La Fédération nationale contre l’arbitraire et le favoritisme
3. Le Cartel des Gauches accorde une représentation officielle au personnel
4. Une présence trop formelle ?
5. Le Front populaire renforce la représentation du personnel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Napoléon 1er, on le sait, a organisé l’Université impériale comme une corporation. L’Université bénéficie de ce fait d’une certaine marge d’autonomie par rapport au pouvoir. Cela ne signifie pas qu’elle n’ait pas pour vocation de consolider le régime politique : le décret du 17 mars 1808 édicte que toutes les écoles « prendront pour base de leur enseignement : 1) les préceptes de la religion catholique ; 2) la fidélité à l’Empereur, à la monarchie impériale […] et à la dynastie napoléonienne ». Cette exigence a assurément varié en intensité, mais a parcouru tout le XIXe siècle. Le régime républicain ne demande pas qu’on lui prête allégeance, mais, à la fin des années 1880, il a néanmoins épuré les lycées et collèges des professeurs s’étant compromis avec le mouvement boulangiste. En fait, la marge d’autonomie dont jouit l’Université se traduit surtout par l’idée que celle-ci doit être régie par des universitaires. Ce fut d’ailleurs un motif de scandale, pour nombre de professeurs, d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Verneuil, « De l’« omnipotence des bureaux » à la représentation du personnel : les organes de décision concernant l’avancement et les promotions dans l’enseignement secondaire entre 1808 et 1940 », Histoire de l’éducation, 145 | 2016, 45-78.

Référence électronique

Yves Verneuil, « De l’« omnipotence des bureaux » à la représentation du personnel : les organes de décision concernant l’avancement et les promotions dans l’enseignement secondaire entre 1808 et 1940 », Histoire de l’éducation [En ligne], 145 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 17 août 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3192 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3192

Haut de page

Auteur

Yves Verneuil

Université de Reims Champagne-Ardenne -CERHIC (EA 2616)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page