Navigation – Plan du site
Dossier

Le pouvoir des pairs : le tribunal de la faculté des arts de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles

The power of peers: the Court of the Paris Arts Faculty in the Seventeenth and Eighteenth Centuries
Boris Noguès
p. 19-44

Résumés

Le tribunal de la faculté des arts de Paris naît, sans doute au XVe siècle, comme instance chargée de faire appliquer les règlements et de résoudre les conflits internes. Composé du recteur et des quatre procureurs des nations universitaires, tous élus, il représente alors l’ensemble des membres de la faculté. Cependant, à partir de la fin du XVIIe siècle, les professeurs des collèges d’humanités mettent la main sur l’institution, dont ils excluent les étudiants. Celle-ci devient alors un organe corporatif contrôlant l’entrée dans le groupe enseignant et défendant les intérêts collectifs ou individuels des régents, en particulier contre les principaux, qui échouent à imposer leur autorité. Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, le tribunal esquisse une évolution vers une forme de conseil académique permanent, chargé d’administrer certaines fondations universitaires et de dialoguer avec le pouvoir, marque de la reconnaissance dont il jouit. À travers l’histoire de cette institution universitaire médiévale, l’article met ainsi en valeur la capacité du groupe enseignant à transformer et mobiliser une structure traditionnelle pour se distinguer des étudiants, résister efficacement à l’autorité naissante des chefs d’établissement et finalement affirmer une identité et des intérêts propres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

I. L’émanation de la communauté des maîtres
II. Entre roi, facultés et pairs : le pouvoir limité du tribunal du recteur
III. L’épreuve hiérarchique du XVIIe siècle
IV. Vers un conseil académique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Historien oublié du corps enseignant de l’époque moderne, Maxime Targe affirmait en 1902, à propos du recteur de l’université de Paris, que « sa principale fonction consistait à présider le tribunal de l’université et celui de la faculté des arts, qui se réunissaient chez lui ». Ce jugement trouve cependant peu d’illustration sous la plume des historiens de cette université. À les lire, le recteur de l’époque moderne, quand il n’est pas en train de processionner, passe semble-t-il son temps à se disputer avec les pouvoirs concurrents que sont l’évêque, la faculté de théologie et la monarchie. Friande de tumulte et d’affaires, fidèle à une chronologie rigoureuse sans négliger pour autant le cadre institutionnel, les synthèses qui dominent l’historiographie traditionnelle, dans une veine souvent positiviste ou commémorative inaugurée par Charles Jourdain et plus récemment illustrée par André Tuillier, se sont en effet bien peu penchées sur les acteurs qui animaient les institutions un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Noguès, « Le pouvoir des pairs : le tribunal de la faculté des arts de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire de l’éducation, 145 | 2016, 19-44.

Référence électronique

Boris Noguès, « Le pouvoir des pairs : le tribunal de la faculté des arts de Paris aux XVIIe et XVIIIe siècles », Histoire de l’éducation [En ligne], 145 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 17 août 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3177 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3177

Haut de page

Auteur

Boris Noguès

LARHRA UMR 5190- École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page