Navigation – Plan du site
Varia

La voix des pauvres : chant et civilité oratoire dans les écoles de charité de Lyon à la fin du XVIIe siècle

The Voice of the poor: singing and oral propriety in the Lyon charity schools during the late 17th century
Xavier Bisaro
p. 125-154

Résumés

Fondées par Charles Démia à la fin du XVIIe siècle, les écoles de charité de Lyon permirent à de nombreux enfants pauvres de bénéficier d’une instruction scolaire incluant prioritairement l’apprentissage de la lecture. À celui-ci était adjoint l’initiation au plain-chant que les écoliers étaient appelés à pratiquer lors d’offices, mais également en classe pour des exercices liés à la lecture ou lors de rituels tels que la distribution des repas. Loin d’être dissociées, les deux techniques d’oralisation que constituaient la lecture et le chant reposaient sur un même corpus textuel latin (notamment les psaumes) et devaient répondre à des critères de convenance partagés. Explorant les différents paramètres de ce double enseignement, cet article propose de souligner les points qui en fondaient la cohérence et de définir le projet éducatif qui le sous-tendait.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le chant entre instruction et éducation
L’Église des enfants
Lire et chanter : une décence partagée
De la lecture comme production sonore
Morphologie syntaxique et sonore
Conclusion

Aperçu du début du texte

Lorsque le chant est étudié comme composante du paysage sonore sous l’Ancien Régime, c’est prioritairement au travers de circonstances professionnelles ou festives concernant surtout la part adulte de la population. À l’inverse, sauf à frôler la limite entre norme et déviance autour de laquelle l’appareil policier se manifeste avant de capter ses paroles, l’enfant reste un quasi silencieux de l’archive. Afin de saisir son expression vocale ou, pour le moins, de cerner les cadres de son expansion, il convient de chercher un lieu où l’enfant était si possible appelé à chanter, et où son activité était suffisamment conditionnée pour avoir suscité l’attention des adultes. Or ce lieu existe dès qu’on se penche sur la plupart des communautés paroissiales, puisqu’il s’agit de l’école. Contrats d’engagement de maîtres et règlements scolaires attestent en effet que l’initiation au plain-chant faisait partie de l’enseignement dispensé dans les petites écoles sous l’Ancien Régime, et que le ch...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Bisaro, « La voix des pauvres : chant et civilité oratoire dans les écoles de charité de Lyon à la fin du XVIIe siècle », Histoire de l’éducation, 143 | 2015, 125-154.

Référence électronique

Xavier Bisaro, « La voix des pauvres : chant et civilité oratoire dans les écoles de charité de Lyon à la fin du XVIIe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 143 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3152 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3152

Haut de page

Auteur

Xavier Bisaro

Université de Tours, UMR 7323 CESR IUF

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page