Navigation – Plan du site

L’éducation du prince par les arts du discours au XVe siècle : l’oratio comme outil de formation et jeu de regards à la cour de Francesco Sforza

The education of the prince through the art of speech in the 15th century: the oratio as a training tool and a ballet of glances at the court of Francesco Sforza
Monica Ferrari
p. 9-36

Résumés

En Italie, dans la seconde moitié du XVe siècle, les cours représentent une sorte de laboratoire culturel où, entre persistances et mutations, se redéfinissent les idées et les stratégies visant à l’éducation des princes et des élites, à partir de l’entourage des princes en devenir. La cour des Sforza, qui récemment a fait l’objet de nombreuses études, est un point d’observation intéressant pour analyser un dispositif de formation conçu à l’intention de ceux qui sont appelés, par leur naissance, à « gouverner les autres ». Dans ce dispositif, les arts du discours jouent un rôle central et participent également aux mécanismes de légitimation du pouvoir sous des formes qui ont marqué leur empreinte dans l’histoire italienne et européenne. S’il est vrai que la lettre – outil de communication in absentia – contribue à l’intériorisation d’un certain style de vie et de la situation de chacun dans la hiérarchie sociale, ainsi qu’à un processus d’individuation très précoce pour les princes, les enfants de Francesco Sforza et de Bianca Maria Visconti disposent de plusieurs autres outils centrés sur la parole. Un discours en latin, écrit manu propria par Ludovico Maria Sforza adolescent, pour être prononcé en public dans une occasion significative pour la vie de la cour, nous aide à comprendre quelques aspects d’un itinéraire de formation, entre la représentation de soi dans le présent et la promesse d’avenir. Ce document permet de mieux comprendre aussi quelques éléments d’un dispositif pédagogique, centré sur un jeux de regards entre le jeune prince, ses parents et la culture des ses maîtres.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

I. Éducations princières au XVsiècle
II. Typologie des « textes » du prince
III. Parler pour écrire, écrire pour parler
IV. Un miroir pour la cour

Aperçu du début du texte

Tout système d’éducation est une manière politique de maintenir ou de modifier l’appropriation des discours, avec les savoirs et les pouvoirs qu’ils emportent avec eux. (Michel Foucault, L’ordre du discours, Paris, Gallimard, 1971, p. 46).

À partir du milieu du XVe siècle, lorsque Francesco Sforza (1401-1466) conquiert le pouvoir, la cour de Milan devient un « laboratoire culturel » d’un grand intérêt pour l’historien des mœurs éducatives. Les éducations princières représentent, dans cette période et dans ce contexte, un observatoire privilégié du débat sur la formation des élites à cette époque et de l’évolution, entre être et devoir être, de stratégies et pratiques pédagogiques. Les huit enfants de Francesco Sforza et Bianca Maria Visconti (1424/1425-1468) « vont à l’école », de la cour. On organise un entourage complexe, fait de « précepteurs » (magistri) et « gouverneurs » (governatori) chargés de la formation des héritiers (garçons et filles) d’une nouvelle dynastie qui aura un ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monica Ferrari, « L’éducation du prince par les arts du discours au XVe siècle : l’oratio comme outil de formation et jeu de regards à la cour de Francesco Sforza », Histoire de l’éducation, 143 | 2015, 9-36.

Référence électronique

Monica Ferrari, « L’éducation du prince par les arts du discours au XVe siècle : l’oratio comme outil de formation et jeu de regards à la cour de Francesco Sforza », Histoire de l’éducation [En ligne], 143 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3128 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3128

Haut de page

Auteur

Monica Ferrari

Université de Pavie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page