Navigation – Plan du site
Varia

La science comme vocation ? Les élèves scientifiques de l’École normale supérieure et l’espace de leurs carrières (1944-1962)

Science as a Vocation? The Scientific Students of the École normale supérieure and their Career Horizons (1944-1962)
Pierre Verschueren
p. 79-103

Résumés

Entre 1944 et 1962, la section scientifique de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm sort de l’ambiguïté qui a longtemps marqué sa fonction : de séminaire de formation d’enseignants de lycée et – pour une élite devenue de plus en plus nombreuse depuis le XIXe siècle – de faculté, elle devient une pépinière centrée avant tout sur la production de chercheurs et d’universitaires, dans le sillage de la mutation historique de l’espace des carrières ouvert à ses élèves. Cet article entend étudier les conditions et les conséquences concrètes de cette transformation à partir des archives de l’établissement et de ses acteurs, d’une étude prosopographique des trajectoires des 539 normaliens scientifiques des promotions 1944 à 1960 et enfin d’une enquête par questionnaire. Il souligne en particulier que bien que la rentabilité du titre de normalien augmente alors fortement, cette augmentation n’est pas la même pour tous : si le concours d’entrée joue un rôle de barrière, il n’en est pas pour autant un niveau, même en période de vaches grasses. L’origine sociale joue un rôle important dans cette différenciation, même s’il faut souligner les conséquences majeures de la rivalité de long terme avec l’École polytechnique, des raisons du choix de la discipline étudiée – sciences mathématiques, physiques ou naturelles –, enfin de la configuration pédagogique très libérale en place dans l’institution et des options scientifiques des enseignants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

I. La barrière et les niveaux
II. Rue d’Ulm et rue Descartes
III. L’absence de curriculum comme curriculum masqué
IV. 75 % au doctorat… et après ?

Aperçu du début du texte

L’École normale créée par le décret du 9 brumaire an III est investie d’une mission avant tout pédagogique, et non savante. Pour les conventionnels, la priorité est en effet de mener la « régénération de l’entendement humain » : c’est pour former les maîtres d’écoles qui seront chargés de cette mission que les 1 500 premiers normaliens, « déjà instruits dans les sciences utiles », sont appelés à Paris afin d’« apprendre, sous les professeurs les plus habiles [...], l’art d’enseigner », avant de retourner le transmettre dans leurs districts. Une ambiguïté s’introduit pourtant dans l’espace des carrières ainsi délimité : les enseignants de l’École normale de l’an III sont largement engagés dans le mouvement scientifique, et professent dès lors un enseignement qui dépasse les besoins officiels. Ainsi, bien que destinée à l’enseignement primaire, l’institution s’avère être dans les faits un lieu d’enseignement supérieur : si la structure et les objectifs des écoles homonymes ultérieures...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Verschueren, « La science comme vocation ? Les élèves scientifiques de l’École normale supérieure et l’espace de leurs carrières (1944-1962) », Histoire de l’éducation, 144 | 2015, 79-103.

Référence électronique

Pierre Verschueren, « La science comme vocation ? Les élèves scientifiques de l’École normale supérieure et l’espace de leurs carrières (1944-1962) », Histoire de l’éducation [En ligne], 144 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3049 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3049

Haut de page

Auteur

Pierre Verschueren

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Collège de France, Institut d’histoire moderne et contemporaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page