Navigation – Plan du site
Varia

Le recrutement des boursiers des collèges royaux sous la monarchie de Juillet : nouveau regard à partir des ordonnances de nomination

The recruitement of royal colleges’ scholarship holders during the July monarchy: a reassesment from appointement orders
Jean Le Bihan
p. 55-78

Résumés

Cet article examine la question du recrutement des boursiers royaux sous la monarchie de Juillet. Il exploite l’ensemble des ordonnances de nomination prises en leur faveur entre 1834 et 1841, et secondairement quelques sources concernant le collège de Rennes, choisi à titre de test. Il intéresse en tout 3 100 élèves. L’analyse révèle que le premier des titres à l’obtention d’une bourse royale est constitué par les services que la famille du candidat a rendus à l’État, ce qui explique que les boursiers sont majoritairement des enfants de fonctionnaires et ce qui invite à interpréter la distribution des bourses comme l’un des dispositifs administratifs dont se sert l’État du temps pour s’assurer la fidélité de ses serviteurs. Les critères du défaut de fortune de la famille et de la compétence scolaire de l’enfant jouent aussi mais de manière très secondaire. À une échelle plus fine, l’analyse montre que les collèges sont inégalement dotés en bourses. Cela tient au fait que le ministère se sert aussi des bourses pour soutenir les établissements les moins prospères et cela contribue à les rendre inégalement accessibles selon les territoires. Enfin, d’un collège à l’autre s’observe une certaine diversité quant à l’origine socioprofessionnelle des boursiers : constat important, qui invite à se départir de l’image faussement unifiante attachée traditionnellement à cette catégorie d’élèves.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

I. La source : les ordonnances de nomination
II. Primat des services familiaux
III. L’infortune et le mérite
1. Ressources et charges familiales
2. « Cet élève n’a mérité que des éloges sous tous les rapports »
IV. Diversité territoriale et pragmatisme ministériel
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les études historiques, tant les travaux de recherche que les ouvrages de synthèse, évoquent communément de deux manières la question du recrutement des boursiers de l’État dans les lycées et collèges du xixe siècle. D’une part, elles indiquent les grandes étapes qui scandent en ce domaine l’évolution du cadre réglementaire. Au nombre de ces étapes figure d’abord la création même du système des bourses, en 1802, exactement contemporaine, donc, de celle des lycées. Le mot création, toutefois, est trompeur : il minore le poids des continuités, sociologiques et idéologiques, qui par-delà la parenthèse révolutionnaire, unissent l’œuvre du Consulat à celle de l’Ancien Régime qui, à travers les écoles militaires et les collèges de l’université de Paris, avait généré un premier dispositif de bourses que l’on peut considérer comme nationales. Puis, le mitan du siècle : la révolution de 1848 entend réaffirmer le principe du concours, du moins pour l’attribution d’une partie des bourses ; mai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Le Bihan, « Le recrutement des boursiers des collèges royaux sous la monarchie de Juillet : nouveau regard à partir des ordonnances de nomination », Histoire de l’éducation, 144 | 2015, 55-78.

Référence électronique

Jean Le Bihan, « Le recrutement des boursiers des collèges royaux sous la monarchie de Juillet : nouveau regard à partir des ordonnances de nomination », Histoire de l’éducation [En ligne], 144 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3042 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3042

Haut de page

Auteur

Jean Le Bihan

Université Rennes 2/CERHIO UMR CNRS 6258

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page