Navigation – Plan du site
Dossier

Le paradigme institutionnel et ses effets en histoire de l'éducation. Un exemple : les apprentissages élémentaires avant 1850

The institutional paradigm and its effects in the history of education. The example of the elementary learnings, before 1850
Pierre Caspard
p. 9-28

Résumés

Le paradigme institutionnel veut que l'École soit historiquement voulue, organisée et inspirée par une autorité supérieure, Église ou État. Ces « institutions d'institutions » définissent les grandes finalités de l'enseignement et les modalités permettant de les atteindre. Ainsi, avant l'instauration d'une école d’État, dans le courant du XIXe siècle, ce sont ces finalités et modalités qui ont régi en France l'enseignement de la lecture, de la religion et de l'écriture. À partir de quelques exemples précisément analysés, on montre comment la force de ce paradigme conduit à mésinterpréter les sources qui pourraient le réfuter en témoignant sur les intérêts, les objectifs et les pratiques des acteurs mêmes des apprentissages, parents et enfants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

I. Les incohérences internes du paradigme
1. Apprendre à lire : de grandes finalités plutôt que des objectifs
2. Moraliser, socialiser
3. Enseigner à écrire
II. L’as de pique était rouge ! La fausse reconnaissance des situations éducatives
1. Avant Guizot : l’École, une institution incompétente ?
2. Un magister de village tortionnaire ?
3. Révolution dans la pédagogie scolaire ?

Aperçu du début du texte

L’histoire des apprentissages élémentaires, liés ou non aux processus de socialisation de l’enfant, est ordinairement associée, voire identifiée, à celle de l’« École ». Le paradigme institutionnel veut que l’École soit une institution, au double sens du terme. Instituée, l’École est une forme d’enseignement voulue par ces « institutions d’institutions » que sont l’Église et/ou l’État, relayées par des institutions locales. Instituante, l’École a pour objectif de former et conformer les enfants aux compétences et aux valeurs sociales qui caractérisent, selon les époques, les bons chrétiens, les bons citoyens, les sujets raisonnables, les travailleurs efficaces et employables. L’« École », comme institution, doit donc être essentiellement distinguée des « écoles », indûment réduites à une essence commune, alors que celles-ci ne se définissent que comme un mode d’enseignement collectif – c’est-à-dire, non strictement individuel – pouvant résulter d’initiatives les plus diverses, paren...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Caspard, « Le paradigme institutionnel et ses effets en histoire de l'éducation. Un exemple : les apprentissages élémentaires avant 1850 », Histoire de l’éducation, 144 | 2015, 9-28.

Référence électronique

Pierre Caspard, « Le paradigme institutionnel et ses effets en histoire de l'éducation. Un exemple : les apprentissages élémentaires avant 1850 », Histoire de l’éducation [En ligne], 144 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/3025 ; DOI : 10.4000/histoire-education.3025

Haut de page

Auteur

Pierre Caspard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page