Navigation – Plan du site
Varia

La question de la mixité dans l’enseignement public genevois. Entre séparation, porosité et convergence (1836-1969)

The issue of coeducation in Geneva public school system. Between separation, porosity and convergence (1836-1969)
Anne Monnier
p. 201-219

Résumés

La généralisation de la mixité scolaire est l’une des réformes pédagogiques les plus marquantes du XXsiècle. Si celle-ci se déroule à peu près à la même période dans l’ensemble des pays industrialisés, son avènement se réalise différemment selon les contextes. Elle arrive à Genève en 1969, par la volonté d’une partie des acteurs du monde scolaire et du monde politique désireux de permettre aux jeunes filles et aux jeunes gens, non seulement d’accéder aux mêmes diplômes, mais d’étudier ensemble sur les mêmes bancs. Cette réforme est cependant le résultat d’un long processus d’unification des programmes et des finalités entre les institutions réservées aux jeunes filles et celles qui sont réservées aux jeunes gens, dans lequel l’enseignement des jeunes filles joue un rôle clé. Organisé dès 1848 autour d’une culture littéraire moderne, ce dernier apparaît comme l’accélérateur des transformations que connaît l’enseignement des jeunes gens qui, centré depuis le XVIe siècle quasi exclusivement sur les humanités classiques, s’ouvre progressivement aux sciences et aux langues vivantes. Qui plus est, il se départit des finalités utilitaires et professionnelles promues du côté masculin sous l’influence des Realschulen très en vogue dans la partie alémanique de la Suisse. Enfin, grâce à ses spécificités, l’enseignement des jeunes filles favorise, dès 1936, l’implantation et la diffusion de la culture générale, importée de France, dans l’ensemble du système scolaire genevois.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I. Une école spécifique pour les jeunes filles
1. Un enseignement féminin sans latin
2. La création de l’ESJF et sa place dans le système genevois
3. Le développement du secondaire féminin au XXe siècle
II. Séparation, échanges et circulations
1. Des filières gymnasiales à l’ESJF pour limiter la co-éducation
2. La culture générale comme paradigme fédérateur du système scolaire
III. L’avènement de la mixité scolaire au niveau gymnasial : une réforme « naturelle »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans son histoire du Collège de Genève publiée en 1979, Marc Chouet, enseignant de latin et doyen de l’établissement, affirme :

« Aux futurs historiens de l’école genevoise, les années soixante de ce siècle apparaîtront sans doute comme les plus importantes depuis la création du Collège de Genève en 1559. L’ouverture du Cycle d’orientation et du Collège du soir (1962), la fusion du Collège et de l’École supérieure de jeunes filles avec la formation de trois, puis de quatre, cinq, six et sept établissements de type gymnasial en moins de dix ans (1969-1978), enfin la généralisation de l’éducation mixte ne sont que les épisodes majeurs d’une réforme qui, d’ailleurs, se poursuit ».

Marc Chouet voit ainsi les années 1960 comme le second moment-clé dans l’histoire de l’école genevoise, après la création en 1559 du collège par Calvin, mais dont la portée ne deviendra manifeste qu’a posteriori. Trente ans après, le nombre de travaux portant sur les transformations de l’enseignement secondaire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Monnier, « La question de la mixité dans l’enseignement public genevois. Entre séparation, porosité et convergence (1836-1969) », Histoire de l’éducation, 142 | 2014, 201-219.

Référence électronique

Anne Monnier, « La question de la mixité dans l’enseignement public genevois. Entre séparation, porosité et convergence (1836-1969) », Histoire de l’éducation [En ligne], 142 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2954 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2954

Haut de page

Auteur

Anne Monnier

Université de Genève, groupe de recherche ERHISE

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page