Navigation – Plan du site
Dossier

Syndicats et associations disciplinaires : des engagements concurrents ou complémentaires ? Le cas des enseignants de sciences économiques et sociales en France au début du XXIe siècle

Teachers’ unions and subject associations: rival or complementary commitments? The case of economic and social sciences in French high schools in early 21st century
Aurélie Llobet et Igor Martinache
p. 177-198

Résumés

À partir d’entretiens biographiques d’enseignant-e-s de sciences économiques et sociales de différentes générations exerçant dans le second degré en France, cet article interroge en particulier les rapports respectifs qu’elles et ils entretiennent vis-à-vis des syndicats enseignants et de l’association de spécialistes de leur discipline. Il relativise ainsi la thèse d’un désengagement croissant des « nouveaux enseignants », en montrant que l’investissement dans l’un et/ou l’autre de ces types d’organisations dépend avant tout de dispositions incorporées et du contexte où elles peuvent ou non s’actualiser. Sont ainsi dégagés cinq idéaux-types révélateurs de la pluralité des rapports entretenus aux syndicats et associations, confirmant que ces investissements peuvent être tantôt concurrents, tantôt complémentaires pour les enseignant-e-s concerné-e-s.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

I. Les enseignants-militants : entre concurrence et complémentarité
1. La « double casquette »
2. Les « exclusifs » du syndicat…
3. … ou de l’association
II. Derrière le non-engagement, une pluralité de rapports aux organisations militantes
1. Entre utilitarisme et scepticisme
2. Les « auto–déshabilités »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les enseignants jouent un rôle central dans la vie politique française depuis la fin du XIXe siècle, investissant largement les champs partisans, associatifs ou syndicaux. Historiens et politistes ont insisté sur le pouvoir de leurs syndicats, la ramification de leurs engagements, la densité de leurs réseaux et leur forte intrication avec ceux du Parti socialiste, même si les enquêtes les plus récentes ont mis en évidence le reflux de ces derniers. S’il reste plus élevé que celui de la moyenne des salariés, le taux de syndicalisation des enseignants connaît néanmoins une érosion importante depuis le début des années 1990, à l’image du reste du monde du travail. La plupart des travaux sociologiques de ces dernières années, en focalisant leur attention sur les jeunes enseignants, ont eu tendance à cristalliser une opposition entre « vieux » et « jeunes » professeurs. Sans négliger la syndicalisation, ces travaux en viennent à qualifier plus largement le rapport au métier, à l’institut...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Llobet et Igor Martinache, « Syndicats et associations disciplinaires : des engagements concurrents ou complémentaires ? Le cas des enseignants de sciences économiques et sociales en France au début du XXIe siècle », Histoire de l’éducation, 142 | 2014, 177-198.

Référence électronique

Aurélie Llobet et Igor Martinache, « Syndicats et associations disciplinaires : des engagements concurrents ou complémentaires ? Le cas des enseignants de sciences économiques et sociales en France au début du XXIe siècle », Histoire de l’éducation [En ligne], 142 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://histoire-education.revues.org/2953 ; DOI : 10.4000/histoire-education.2953

Haut de page

Auteurs

Aurélie Llobet

Université Paris Dauphine, IRISSO

Igor Martinache

Université de Lille, CERAPS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page